Science & santé

Les enfants seraient plus touchés par la pollution à l’intérieur des voitures qu’à l’extérieur

Repéré par Juliette Mitoyen, mis à jour le 13.06.2017 à 10 h 30

Repéré sur The Guardian

Pour plusieurs spécialistes, loin de protéger des émissions toxiques, les voitures enferment l’air pollué de l’extérieur, particulièrement néfaste pour les jeunes enfants.

Baby Bella |Sasha Thompson via Flickr CC License by

Baby Bella |Sasha Thompson via Flickr CC License by

Beaucoup de parents pensent qu’emmener leurs enfants à l’école en voiture les protège des émissions polluantes nocives de l’extérieur, explique le Guardian. Mais pour nombre d’experts en la matière, aller à l’école en vélo ou en marchant serait pourtant beaucoup plus sûr pour la santé des jeunes enfants.

Le Guardian cite Stephen Hokgate, professeur et spécialiste de l’asthme à l’université de Southhampton, au Royaume-Uni. Ce dernier est formel: les voitures sont des incubateurs à air pollué:

«Dans les voitures, la pollution de l'air est neuf à douze fois supérieure à celle de l’extérieur. Les enfants sont en général assis à l’arrière et lorsque l’on met en route l’air climatisé ou la ventilation, ils respirent directement les gaz d’échappement des voitures situées juste devant.»

Lorsqu'il s'infiltre dans une voiture par les points d'aération, le dioxyde d'azote (ou NO2) émis par les véhicules diesel y reste ainsi piégé et va être absorber par les occupants de l'habitacle.

Ben Barrat, professeur au King’s College de Londres, a conduit en 2014 une étude sur l’exposition des Londoniens à la pollution. Il en a conclu que les conducteurs de voitures étaient les citadins les plus exposés à l’air pollué. «Ils devancent nettement les conducteurs de bus, les cyclistes et les gens qui se déplacent à pied», affirme l'universitaire.

Des conséquences néfastes sur la santé des enfants

 

Particulièrement inquiétante pour les adultes, la pollution à l'intérieur des voitures s'attaque encore plus aux jeunes enfants. L’absorption de dioxyde d'azote peut avoir un impact sur le développement des poumons des plus jeunes, mais peut aussi conduire à des crises d’asthme ou toutes sortes de maladies respiratoires.

Le Guardian cite notamment une étude de l’université de Barcelone qui explique que l’exposition régulière à de l’air pollué réduirait le temps de réaction des enfants et leur capacité à se concentrer à l’école. Enfin, la pollution auxquelles les enfants sont exposés dans les voitures peut mener à des détériorations de leur ADN. 

Alors bien que fumer au volant lorsqu’on transporte un enfant de moins de 12 ans soit interdit, il reste exposé à une haute teneur d’air pollué, installé sur la banquette arrière de la voiture. Les solutions donc: aller à l’école en marchant ou à vélo. Plus long, mais moins risqué.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte