France

Les bons (et les mauvais) perdants des élections législatives

Temps de lecture : 2 min

Il y a ceux qui savent accepter la défaite... et les autres.

Pour le parti d'Emmanuel Macron, la victoire est sans équivoque. En recueillant 32,32% des suffrages, et malgré une très forte abstention, le mouvement du nouveau président de la République sort largement vainqueur des élections législatives. Un succès qui permettrait à La République en marche (LRM), ainsi qu'à son allié direct, le MoDem, d'obtenir entre 400 et 455 des 577 sièges à l'Assemblée nationale.

Un succès, donc, qui n'est pas sans conséquence sur le paysage politique français. Plusieurs personnalités politiques, à gauche, ont éliminées dès le premier tour du scrutin: Patrick Mennucci, Aurélie Filippetti, Cécile Duflot, Jean-Christophe Cambadélis, Daniel Vaillant, Emmanuelle Cosse, François Lamy, Matthias Fekl, Pascale Boistard ou encore Benoît Hamon, de justesse. Dans la liste des éliminés d'office, on retrouve également Nicolas Bay, responsable national de la campagne électorale du FN qui se présentait en Seine-Maritime, Rama Yade (DVD) dans le Loir-et-Cher ou Henri Guaino (LR), l'ancien conseiller de l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy.

Face à ces résultats, tous ne sont pas parvenus à contenir leur agacement ou leur énervement. Henri Guaino, par exemple, a fustigé les électeurs de la 2e circonscription de Paris, estimant qu'ils étaient «à vomir», avant d'annoncer son retrait de la vie politique.

Pour retrouver toutes nos vidéos, abonnez-vous à notre compte YouTube ou rendez-vous sur notre page Facebook.

Robin Panfili Journaliste à Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters