Monde

Le panneau "Arbeit macht frei" retrouvé

Temps de lecture : 2 min

Finalement, les cambrioleurs ne seront pas allés bien loin. Après avoir volé vendredi dernier le panneau d'entrée de l'ancien camp nazi d'Auschwitz-Birkenau en Pologne, les malfrats ont été interpellés par la police dans la nuit de dimanche à lundi avec leur «butin».

«Nous avons interpellé dans le nord de la Pologne cinq hommes âgés de 20 à 39 ans » a annoncé un porte-parole de la police de Cracovie (sud de la Pologne. Les cinq hommes ne seraient pas des néo-nazis mais des repris de justice déjà condamnés pour vol. Ils ont été retrouvés avec  le panneau volé, découpé en trois morceaux

Le vol de ce panneau en métal, sur lequel est inscrit «Arbeit macht frei» ("Le travail rend libre"), avait provoqué une vive émotion, notamment en Israël et au sein de la diaspora juive.

Le panneau avait été remplacé par une réplique.

«Nous sommes très impatients de voir dans quel état est l'inscription, a déclaré un porte-parole du Musée d'Auschwitz. Nos conservateurs se chargeront de la remettre en état, pour qu'elle revienne le plus vite possible à sa place».

[Lire l'article complet sur Le Monde]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: porte d'entrée du camp d'Auschwitz-Birkenau. REUTERS/Irek Dorozanski

Newsletters

Mais à quoi joue Macron sur la scène internationale?

Mais à quoi joue Macron sur la scène internationale?

Le président français entend rebattre les cartes de l'OTAN et de l'Union européenne. Plus vite le reste de l'Europe y verra une aubaine, mieux ce sera.

Haute mer, le Far West des océans

Haute mer, le Far West des océans

Entre pêche illégale et traite d'êtres humains, les eaux internationales constituent un espace de non-droit que les institutions ont toutes les peines à réguler.

Il y a trente ans, un pasteur hongrois précipitait la chute de Ceaușescu

Il y a trente ans, un pasteur hongrois précipitait la chute de Ceaușescu

Le 16 décembre 1989, les autorités exfiltraient le religieux anticommuniste László Tőkés de son église de Timișoara: l'étincelle qui allait déclencher la révolution roumaine.

Newsletters