Monde

Les sœurs du djihad: Malika El Aroud, la grande sœur

Temps de lecture : 2 min

Découvrez dans notre web-série co-produite avec France 24, «Les Sœurs du djihad», notre enquête sur le terrain favori des djihadistes: le web. Ici, épisode 2.

En février 2017, France 2 (dans «Envoyé Spécial») et France24 diffusaient Les Sœurs. Ce documentaire de Slug News/TVPresse racontait la vie des femmes au sein du djihad grâce à l'exploration de leur territoire favori: le web. Les sœurs, comme on appelle ces femmes, avaient révélé à l'équipe d'investigation leurs parcours, leurs histoires, leurs doutes. Pour parvenir à en savoir plus, l'équipe avait aussi enquêté auprès des recruteurs, comme Rachid Kassim, un cadre français de Daech alors très recherché.

Que s'est-il passé à la suite de la diffusion de l'enquête? Slug News a maintenu intacts ses contacts et ses réseaux. Suite de l'enquête dans notre web-série, en partenariat avec France24 et Slate.fr.

Pour retrouver l'épisode 1 | «Les recruteurs, le retour»

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters