Science & santé

Un oisillon du temps des dinosaures retrouvé fossilisé dans de l’ambre

Repéré par Juliette Mitoyen, mis à jour le 09.06.2017 à 17 h 04

Repéré sur National Geographic

Le fossile du volatile, vieux de 99 millions d’années, est l’un des mieux conservés jamais découverts dans une ambre.

Non, il ne s’agit pas d’un remake du Jurassic Park de Spielberg mais bel et bien d’une trouvaille d’une équipe de chercheurs de l’université chinoise de géosciences de Pékin: un petit oiseau piégé dans de l'ambre depuis près de 100 millions d'années, comme l'explique National Geographic.

Découvert dans la Hukawng Valley en Birmanie, le morceau de résine ne mesurait que 7 centimètres. Dans la revue Gondwana Research, les scientifiques affirment que l’animal retrouvé appartenait à la classe des enantiornithes, des oiseaux ayant vécu au Crétacé et disparus en même temps que les dinosaures, il y a 65 millions d’années. Pour Lida Xing, paléontologue et directrice du groupe de recherche, cette découverte fut une «énorme surprise».

Avec près de la moitié du corps visible à l'œil nu, la résine a particulièrement bien conservé l’oisillon, dont on peut apercevoir les ailes, une patte pourvue de serres ainsi que la tête. Son observation apporte aux scientifiques des éléments essentiels pour comprendre le mode de vie de cette espèce éteinte et sa différence par rapport à nos oiseaux contemporains.

Une future vedette

 

En observant le plumage de l’animal –dont les couleurs ont elles-aussi été conservées–, les chercheurs ont présumé que l’oisillon n’avait que quelques jours lorsqu’il a été fait prisonnier de l’ambre. Selon l’équipe de Linda Xing, l’ossature de l’animal prouve que les bébés énantiornithes avaient la possibilité de voler, ce qui les rendaient très indépendants vis-à-vis de leurs parents, contrairement aux oisillons actuels. Peut-être trop indépendant d'ailleurs, puisque ce jeune spécimen n'a pas survécu plus de quelques jours.

Une grande variété d’espèces de plantes et d’animaux ayant vécu au Crétacé sont régulièrement découvertes dans de l’ambre par les scientifiques. En décembre dernier, il s’agissait de la queue d’un dinosaure, pourvue de plumes, qui avait été exhumée par l'équipe de Lisa Xing. Une trouvaille qui avait permi d’étayer la thèse selon laquelle les dinosaures étaient probablement recouverts de plumes.

L’oisillon, baptisé «Belone», devrait bientôt voyager jusqu’à Shanghaï pour devenir la vedette de l’exposition du Muséum d’Histoire naturelle de la ville.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte