Tech & internetCulture

Notre indignation vertueuse permanente tire notre société vers le bas

Xavier Landes et Pierre-Yves Néron, mis à jour le 10.06.2017 à 13 h 04

Vous vous irritez de ceux qui s’efforcent en permanence de paraître plus vertueux que leur voisin, ou vous tombez parfois vous même dans ce travers? Bienvenue dans le monde de la grandiloquence morale.

Preach It, Brother. Steve Snodgrass via Flickr CC License by.

Preach It, Brother. Steve Snodgrass via Flickr CC License by.

Avez-vous remarqué comment, lors de la récente élection présidentielle, nombre de commentaires sur les réseaux sociaux donnaient le sentiment qu’une croisade morale avait commencé? Avez-vous été surpris ou irrité par les prises de position jusqu’au-boutistes ou la surenchère à la bonne conscience menée par certains de vos amis ou connaissances? Considérez-vous être plus moralement pur ou épris de justice que votre famille ou vos voisins?

Si vous avez répondu par l’affirmative à l’une de ces questions, c’est que vous avez probablement été le témoin ou l'acteur d'un phénomène de grandiloquence morale (moral grandstanding), c’est-à-dire du fait d’adopter des positions morales très marquées, en particulier sur les réseaux sociaux, et de pratiquer la surenchère en s’efforçant de paraître plus vertueux que son voisin (ou que celui qui a écrit le commentaire précédent sur Facebook).

Au-delà de son caractère irritant, la grandiloquence morale a quatre travers:

1) Elle représente une course vers la pureté morale qui est collectivement préjudiciable.
2) Elle défigure le débat politique en contribuant à la polarisation des positions antagonistes et en dévalorisant le compromis.
3) Elle sert d’outil de distinction entre des élites vertueuses et le reste de la populace, rompant ainsi l’égalité entre citoyens.
4) Enfin, elle imprègne le milieu académique, ce qui, en raison de l’importance du débat de bonne foi et de l’esprit critique pour l’activité scientifique, est inquiétant.

Difficile compromis

Deux philosophes, Justin Tosi et Brandon Warmke, ont récemment publié un article académique sur cette grandiloquence morale (on peut en lire une version grand public ici). Leur argument consiste à décrire le phénomène en se basant sur des études en psychologie, mais aussi d’en soulever les effets pervers pour les débat privés ou publics.

Qu’on se comprenne bien, le «moralisme», c’est-à-dire la prise de positions morales tranchées et rigides, tend en général à nous irriter, à juste titre. Mais la grandiloquence morale identifie un phénomène quelque peu différent. Le moraliste pèche par idéalisme, il est donneur de leçons mais un peu déconnecté, isolé. Le grandiloquent moral, lui, initie ou poursuit une compétition distinctive. Ses postures morales sont guidées par leur valeur intrinsèque, mais aussi par une volonté d’en imposer à ses interlocuteurs. Alors que l’idéaliste peut manquer de sensibilité au contexte de ses prises de position, le grandiloquent n’en est que trop conscient: il en joue. Et cette quête de supériorité morale n’est pas si bénigne qu’il n’y paraît.

En effet, pratiquer la grandiloquence morale a pour fâcheuse conséquence de lancer les participants d’une discussion dans une course à la pureté morale, chacun essayant de paraître plus moral que son voisin, ce qui rend les problèmes moraux et enjeux de société d’autant plus insolubles. Elle accentue la polarisation entre les différentes opinions d’un débat et éloigne la perspective d’un compromis. En somme, la quête effrénée de supériorité morale a toutes les allures d’une course à l’abîme[1]. Si elle est supposée conduire ceux qui la pratiquent vers ce qu’ils identifient comme une hauteur morale (c’est leur souhait, après tout), elle a cet effet paradoxal de nous tirer collectivement dans la direction opposée, vers le bas.

Travestissement du débat politique

Il n’est pas question de nier que le politique est le théâtre d’affrontements souvent violents. De plus, l’histoire regorge de tragédies où le bien a clairement choisi son camp (que l’on pense à l’Holocauste). Toutefois, la vie démocratique n’est pas que le champ de chocs entre conceptions politiques ou visions morales irréductibles. Ou, à tout le moins, ce n’est nécessairement le cas.

Le champ politique est le lien du débat idéologique, de l’échange d’idées et de raisons, souvent musclé, mais de l’échange malgré tout. Dans ce contexte, la grandiloquence morale a ceci de pervers qu’elle place les acteurs qui la pratiquent dans une logique de surenchère. Alors que, comme les échecs répétés de Trump le démontrent, la politique est basée sur le pragmatisme et la recherche constante du compromis, la grandiloquence morale envoie tout balader en plaçant les participants du débat face à un dilemme désagréable: capituler devant un interlocuteur qui tente d’avoir barre sur vous en affirmant sa supériorité morale ou en remettre une couche afin de démontrer sa pureté, radicalité ou son absence de compromission.

En plus d’une logique de surenchère qui s’appuie sur une volonté de se distinguer à l’égard des «autres» (qui seraient moins soucieux de justice, de liberté, d’égalité ou qui sont simplement moins enclins à l’indignation), la grandiloquence assimile compromis à compromission. De manière simpliste, toute recherche d’un équilibre entre opinions divergentes (recherche qui est la norme en démocratie) est moquée ou conspuée comme étant la marque, et cela est particulièrement grave, d’une moralité défaillante.

Le problème est que l’exposition à une stratégie grandiloquente ne nous incite pas à maintenir l’ouverture d’esprit nécessaire à un échange rationnel d’arguments. Au contraire, la réaction naturelle est d’opter pour la surenchère (montrer que l’on est moral aussi, voire plus moral que notre interlocuteur) ou la rupture de l’échange de raisons.

Rupture d’égalité

Le problème ne s’arrête pas là. La grandiloquence morale ne fait pas que nuire à la qualité des débats démocratiques: elle représente aussi une certaine figure de l’inégalité. Cela est ironique, car celui qui la pratique est bien sûr épris de justice sociale et d’égalité. Mais la quête de supériorité morale accentue la séparation entre une élite jugée vertueuse (ou engagée dans une course poursuite pour se revendiquer ainsi) et le reste de la société, jugé moralement inférieur, voire abject.

Dès lors, la grandiloquence morale constitue un outil afin d’afficher son statut. C’est une puissante source de distinction, à la Bourdieu. Certains groupes utilisent alors leur «capital moral» pour se distancier du reste de la population. La grandiloquence morale peut ainsi recouper des divisions sociales préexistantes en fonction du niveau d’éducation, de l'appartenance géographique (urbain contre rural), etc. Elle aboutit aussi à créer de nouvelles hiérarchies, dont le principe actif est le supposé courage politique, la prétendue pureté morale et les bonnes intentions.

Ainsi, elle remplit la fonction de signalement vertueux (virtue signalling) à l’adresse de l’environnement de celui ou celle qui la pratique. La personne affiche sa supériorité morale, ce qui le distingue d’autrui, surtout des masses ignorantes et peu vertueuses. C’est bien pour cela que la grandiloquence morale n’est pas bénigne: elle est démocratiquement troublante.

Travers académique

Et force est de constater que les universitaires, notamment en sciences humaines et sociales, manifestent une tendance marquée à la grandiloquence. Cela peut être dû au fait d’avoir suivi des études poussées, qui donnent la (fausse) conviction d’une supériorité acquise par l’effort, au travers de l’empilement des livres lus, articles écrits ou conférences prononcées. Cela peut aussi être dû à la conviction d’appartenir à une élite éclairée qui doit montrer la voie. Une dernière possibilité est la volonté de se constituer une réputation, une «marque de fabrique», basée sur la radicalité et le refus de la compromission. Cela permet d’affirmer sa valeur morale, son engagement politique et son désintéressement. Des carrières et des réputations se bâtissent sur cette surenchère.

Quoi qu’il en soit, la grandiloquence est un travers répandu dans l’univers académique. (Les auteurs ne sont d’ailleurs pas immunisés contre ce travers.) Elle s’applique même aux rapports entre collègues, les conférences et colloques dérapant régulièrement dans une course effrénée à la supériorité morale.

Tout cela est préjudiciable, non seulement pour le milieu académique mais aussi pour la qualité du débat public, car les questions morales (sur la justice sociale, le vivre-ensemble, la reconnaissance des minorités, la protection des personnes vulnérables, etc.) sont importantes, urgentes. Il est dommage que nos tentatives d’y répondre prennent si souvent la forme d’une compétition distinctive.

1 — En théorie des jeux, une course à l’abîme caractérise une situation dans laquelle les participants d’une interaction sociale sont prisonniers de stratégies de surenchère (dépenser plus que son voisin, s’armer plus que les autres nations, etc.). De ce fait, leur interaction porte préjudice à la collectivité. Un exemple de course à l’abîme est l’augmentation effrénée des dépenses pour les biens de luxe, les logements toujours plus grands, les vacances dans des destinations exotiques, l’équipement électroménager, etc. Retourner à l'article

Xavier Landes
Xavier Landes (24 articles)
Professeur en éthique des affaires et développement durable à la Stockholm School of Economics de Riga
Pierre-Yves Néron
Pierre-Yves Néron (1 article)
Maître de conférences en philosophie politique à l'European School of Social and Political Sciences (Université catholique de Lille)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte