Sciences

Les baleines sont de retour à New York (et cela ne doit rien au hasard)

Temps de lecture : 2 min

Le retour de ces cétacés est le signe d'une amélioration de la qualité des eaux dans la région, mais il n'est pas sans risque.

Image d'illustration I Unspalsh via Pixabay (License by)
Image d'illustration I Unspalsh via Pixabay (License by)

Dans les eaux de New York, c'est un spectacle que l'on n'avait pas vu depuis longtemps. Très longtemps, même, puisque la dernière fois que des baleines ont été aperçues, c'était il y a plus d'un siècle, rappelle Popular Science.

Depuis 2011 et jusqu'à aujourd'hui, des baleines à bosse ont donc repris leur quartiers dans la région de New York afin de se nourrir, avant de migrer vers les eaux plus chaudes du Sud pour la saison de la reproduction. L'une d'entre elles, Gotham de son surnom, a même été aperçue dans l'Hudson, en plein cœur de la ville, en novembre 2016.


Aujourd'hui, les baleines à bosse sont donc de retour de manière durable. Et en nombre suffisamment conséquent pour que des entreprises lancent des croisières touristiques d'observation des cétacés. Mais quelles donc sont les raisons de ce retour?

Une bonne et une mauvaise nouvelle

D'abord, la qualité de l'eau. À New York, les efforts de nettoiement et d'assainissement qui ont été entrepris ces dernières années ont aidé à l'apparition d'une abondance de poissons qui semble avoir convaincu les cétacés de revenir dans la région plutôt que de nager dans les eaux du Massachusetts et du Maine, plus au Nord.

Paul Sierswerda, le président de l'association Gotham Whale, qui scrute la vie marine et propose des croisières dans les environs de la ville de New York, précise à PopSci:

«Grâce à l'amélioration de la qualité de l'eau, les algues et le zooplancton se sont multipliés, ce qui a permis de nourrir correctement le menhaden [des petits poissons dont les baleines à bosse sont particulièrement friandes, ndlr] qui est revenu dans la région à des niveaux que les pêcheurs disent n'avoir jamais vu de leur vivant.»

Mais si tout cela sonne avant tout comme une bonne nouvelle, le phénomène cache une autre réalité, plus inquiétante, rappelait Le Monde en 2016. Car en revenant nager à New York, les baleines à bosse s'exposent à des dangers. En effet, la zone observe non seulement un trafic dense de bateaux et d'embarquations, ce qui n'est pas sans risques pour les cétacés, mais également des endroits où la profondeur vient à manquer. Pour les New-yorkais, comme pour les baleines, il est donc désormais temps de réapprendre à cohabiter.

Newsletters

Nos papilles gustatives influencent-elles nos opinions politiques?

Nos papilles gustatives influencent-elles nos opinions politiques?

Une étude estime que les personnes ayant tendance à réagir avec dégoût à des saveurs intenses seraient également plus conservatrices.

De nouveaux organes cachés dans notre tête ont peut-être été découverts

De nouveaux organes cachés dans notre tête ont peut-être été découverts

Une paire de glandes salivaires vient d'être observée pour la première fois.

Nos gènes limitent-ils notre libre arbitre?

Nos gènes limitent-ils notre libre arbitre?

Notre ADN et certains événements ayant marqué la vie de nos ancêtres pourraient influencer notre comportement.

Newsletters