Monde

Les fils Trump lancent «American Idea», une chaîne d'hôtels patriotiques

Temps de lecture : 2 min

La Trump Organization s'est trouvée une nouvelle clientèle: les électeurs de Trump dans les États conservateurs.

Les fils Trump (et leurs femmes) à l'inauguration d'un hôtel Trump à Vancouver, le 28 février 2017 | STEPHANIE LAMY/AFP
Les fils Trump (et leurs femmes) à l'inauguration d'un hôtel Trump à Vancouver, le 28 février 2017 | STEPHANIE LAMY/AFP

Alors qu'Eric et Donald Trump Jr. faisaient campagne avec leur père en 2016, ils ont découvert que plusieurs petites villes pro-Trump au cœur du pays n'avaient pas d'hôtels dignes de ce nom. Ils ont donc eu l'idée de créer «American Idea» («idée américaine»), une chaîne d'hôtels trois étoiles typiquement américaine, avec vieux distributeurs de Coca-Cola et objets made in America.

Le projet American Idea fait écho aux slogans de campagne de Trump, America First («l'Amérique d'abord»), et Make America Great Again («rendre à l'Amérique sa grandeur»).

«Cela indique que les Trumps voient des profits potentiels dans le soutien qu'ils ont reçu dans les régions conservatrices pendant la campagne électorale», écrit le New York Times.

La Trump Organization, dont le président Donald Trump demeure actionnaire, vient d'annoncer le lancement de cette chaîne, et les premiers hôtels, plutôt bon marché, ouvriront dans le Mississippi, un État qui a voté Trump à 58%. Pour la plupart, il s'agira de convertir des Holiday Inns et Comfort Inn existants en hôtels American Idea.

«Ça n'a rien à voir avec la politique, a expliqué Donald Trump Jr. à ABC News. Nous essayons de gagner de l'argent avec un genre d'hôtel qui manque dans ce pays. Je pense que de nombreuses entreprises feraient bien d'être un peu plus patriotiques.»

Pour Norm Eisen, un avocat chargé des questions d'éthique sous l'administration Obama, il est problématique que la famille Trump utilise l'aura de la présidence pour lancer ce genre de business:

«Visiblement, les Trump pensent que l'"Idée Américaine", c'est exploiter la présidence pour faire des profits».

Dans Salon.com, Eisen note que le président américain pourrait, par exemple, créer des politiques fiscales bénéfiques aux nouvelles entreprises lancées par ses fils. De plus, des développeurs immobiliers qui cherchent à s'attirer les bonnes grâces du président pourraient décider d'investir dans cette chaîne, ce qui serait une forme de contribution politique non contrôlée.

Officiellement, Donald Trump n'est plus impliqué dans le management de son organisation, mais son fils Eric a récemment dit qu'il discutait des rapports internes de la Trump Organization avec le président.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 9 au 15 octobre 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 9 au 15 octobre 2021

Affrontements meurtiers à Beyrouth, élections législatives en Irak et éclosions de fleurs dans le désert d'Atacama... La semaine du du 9 au 15 octobre en images.

La ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande se sépare de son sorcier

La ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande se sépare de son sorcier

Le conseil municipal a mis un terme au contrat de Ian Brackenbury Channell après vingt-trois années de magie et de divertissement.

«Tourista», un podcast pour découvrir les merveilles (et les pépins) du voyage

«Tourista», un podcast pour découvrir les merveilles (et les pépins) du voyage

Tous les quinze jours, Maxime Musqua, Marie de Brauer et leurs invités nous emmènent à l'aventure, pour le meilleur et pour le pire.  

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio