Monde

Attentat de Londres: l’un des trois attaquants était connu des services de police

Temps de lecture : 2 min

Il était notamment apparu dans un documentaire intitulé «Les djihadistes next door»

Londres, 5 juin 2017. NIKLAS HALLE'N / AFP
Londres, 5 juin 2017. NIKLAS HALLE'N / AFP

L’identité des trois auteurs de l’attaque de samedi 3 juin à Londres, qui a fait sept morts, s’apprête à être révélée par les enquêteurs. Ceux-ci connaissent déjà les noms des trois assaillants, tous trois tués par la police, mais attendent que le moment soit «opérationnellement» propice pour les dévoiler. L’enquête a par ailleurs abouti à l’arrestation de sept femmes et quatre hommes en lien avec les attaques, tous arrêtés à Barking, une ville de banlieue du Grand Londres.

Ces révélations devraient susciter des controverses puisqu’au moins l’un des trois hommes tués, âgé de 27 ans, était connu des services de police. Selon le Guardian, une femme a affirmé avoir signalé deux ans plus tôt l’homme à la police, alors qu’elle s’inquiétait de ses tentatives de radicaliser des enfants dans un parc. Un homme qui le connaissait et fréquentait régulièrement la mosquée locale, indique avoir lui aussi signalé l’individu après une discussion lors de laquelle ce dernier avait fait l’éloge de l’État islamique.

Enfin, le suspect apparaît dans un document de la chaîne Channel 4 diffusé l’année précédente, intitulé «Les djihadistes next door». Dans la séquence, le coauteur des attentats prie devant un drapeau d’ISIS dans un parc de Londres avant d’être interpelé par la police.

Khalid Masood, auteur de l’attaque contre le pont de Westminster en mars dernier et Salman Abedi, qui a tué 23 personnes lors du concert d’Ariana Grande en se faisant exploser au Manchester Arena, étaient tous deux connus de la police, poursuit le Guardian, mais ne faisaient ni l’un ni l’autre partie des suspects particulièrement surveillés en raison de leur dangerosité.

Rappelant que les services de police avaient déjoué 18 projets d’attaque depuis 2013, la responsable de la police métropolitaine de Londres interrogée sur la BBC a néanmoins admis l’impossibilité d’empêcher des attaques commises par des individus pourtant connus des services:

«Inévitablement, même avec une large base de donnée et de très bons renseignements, de temps à autre quelqu’un peut passer entre les mailles du filet et réussir, bien qu’ils aient pu être connus de nos services auparavant.»

Slate.fr

Newsletters

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

Alors que la Pride de la cité-Etat, encore plus politique qu’à l’accoutumée, aura lieu dans une semaine, les femmes cis et transgenres sont aux avant-postes.

Municipale d'Istanbul, petite leçon turque à l'électorat français désabusé

Municipale d'Istanbul, petite leçon turque à l'électorat français désabusé

Comme lors du scrutin annulé, le candidat du parti d'Erdoğan a été défait.

La crise hongkongaise révèle l'incapacité de la Chine à frayer avec l'opinion publique

La crise hongkongaise révèle l'incapacité de la Chine à frayer avec l'opinion publique

Le texte de loi qui était en préparation apparaît comme une considérable maladresse.

Newsletters