FranceHistoire

Léon Degrelle, un guignol belge dans la SS qui fascinait l'extrême droite française

Antoine Bourguilleau, mis à jour le 18.06.2017 à 9 h 16

Qui était donc Léon Degrelle, ce Nazi auquel Axel Loustau et Frédéric Chatillon, des proches de Marine Le Pen, sont allés rendre visite dans son exil espagnol, comme en attestent les images d’un documentaire?

Adolf Hitler et Léon Degrelle en 1944I BELGA / AFP

Adolf Hitler et Léon Degrelle en 1944I BELGA / AFP

L’affaire a fait grand bruit quelques semaines avant le premier tour de l’élection présidentielle. Car elle démontrait que la garde rapprochée de Marine le Pen avait à minima par le passé entretenu des rapports avec un personnage trouble, hitlérien revendiqué, antisémite assumé et qui jusqu’à la fin de sa vie continuera de porter des boutons de manchettes ornés des runes de la SS dont il fut membre –en citant sa devise «Mein Ehre Heißt Treue» avec un accent allemand tellement dégueulasse que Goebbels s’en retournerait dans sa tombe en avalant des croix de fer arrosées au kérosène.

Mais qui était donc Léon Degrelle, mort en 1994 sans avoir été jamais inquiété par la justice de son pays, la Belgique, qui l’avait pourtant condamné à mort par contumace en décembre 1944?

Il est né en Belgique, à Bouillon (comme Godefroy) en 1906, dans une famille très catholique. Son père, brasseur de profession, est également député. En 1921, Léon Degrelle entre au lycée à Namur, chez les jésuites. Comme nombre de ses camarades et de ses professeurs, il est proche de l’Action française de Maurras: monarchiste, catholique –et antisémite. En 1924 ce sont les études universitaires qui commencent, mais Degrelle étudie peu et passe son temps à s’occuper du journal L’Avant-Garde, organe de presse d’une organisation étudiante apostolique, l’ACJB. Le journal tire bientôt à 10.000 exemplaires, un tirage considérable.

«Une ambition politique immense»

 

Dès cette époque, note Giovanni di Muro, Degrelle fait montre «d’un penchant prononcé pour les professions de foi; les phrases pleines, les mots ronflants.» En 1930, il tient les rênes de la maison d’édition Christus Rex, très engagée dans le catholicisme, et commence à publier des revues qui se piquent de plus en plus de politique: ce sera Rex, Vlan, Foyer puis Crois, qui tirent une fois encore à un nombre d’exemplaires considérables (et qui font beaucoup d’invendus), mettant les éditions en danger.

Peu importe: en 1933, avec le soutien financier de son père, Léon Degrelle devient le propriétaire des éditions Rex. Son objectif est de remettre de l’ordre dans le parti catholique, qu’il estime trop mou et compromis dans les affaires. Son goût pour la provocation inquiète plus qu’il ne rassure ces milieux conservateurs. Fin 1934, Degrelle finit par émouvoir son premier soutien, Mgr Picard, aumônier général de l’ACJB, qui dans une lettre affirme au cardinal Van Roey, Primat de Belgique:

«Une chose est certaine, c’est qu’il a une ambition politique immense et qu’il rêve de gouverner son pays, comme il dit. Impulsif comme il l’est, dans un moment de trouble social, il est capable des pires imprudences.»

Et Degrelle va bien vite le montrer, en effet. Le 2 novembre 1935, à Courtrai, se tient le congrès annuel de la fédération des associations et cercles catholiques, auquel participent les grandes figures du catholicisme politique en Belgique. Degrelle s’y rend avec des rexistes, qui bloquent les issues et lorsque tous les orateurs ont fini de parler, il monte à la tribune et agonit d’injures les participants qui ne peuvent quitter la salle. Le «Coup de Courtrai» fait scandale et la rupture avec le catholicisme politique est consommée.

«Quand je serai au pouvoir, je règnerai par la terreur»

Au printemps 1936, des élections législatives se préparent et Rex, qui présente des candidats, multiplie les attaques contre les figures du catholicisme politique. Le mouvement lui-même s’en ressent: si à l’instar de son chef, la plupart des membres de sa direction sont des catholiques ardents, Rex devient le porte étendard de tous les mécontents, venus de toutes les classes sociales.

Si les talents oratoires de Degrelle constituent un atout pour son mouvement, sa tendance aux exagérations lui nuit considérablement. Le 15 mars 1936, il s’entretient avec le journaliste Philippe Henriot, futur ministre de la propagande de Vichy. Le contenu de l’interview est résumé par Francis Balace, historien belge:

«Quand je serai au pouvoir, je règnerai par la terreur, des têtes rouleront… Mussolini m’approuve. Hitler veut me donner de l’argent. Avec mes vingt députés, je rendrais la vie gouvernementale impossible en provoquant des cascades de démissions etc.»

Pour étouffer le scandale provoqué par ces propos, Degrelle déclare qu’Henriot est un «gogo» et qu’il lui a raconté n’importe quoi. L’intéressé répondra par voie de presse que «s’il avait pensé que Rex était une énorme zwanze bruxelloise il ne se serait pas déplacé».

La campagne de Degrelle démarre par des dénonciations de scandales, plus ou moins imaginaires. Car il s’agit le plus souvent d’indélicatesses, de pratiques peu morales à défaut d’être illégales. Peu importe: en mêlant habilement des éléments réels et beaucoup d’exagérations, Degrelle donne à ses «fake news», si l’on peut dire, un grand retentissement, amplifié par les organes de presse dont il est le propriétaire, où il se fait l’apôtre d’un certain «dégagisme», comme en témoigne l’extrait suivant d’un des éditoriaux de son journal, le Pays réel, fondé le 3 mai 1936:

«Nous en avons plein les bottes de ces salauds, des aventuriers et des pourris. Ils s’en iront tous.»

Un trublion instable

 

Aux élections du 24 mai 1936, le rexisme obtient 11,5% des suffrages, 21 sièges à la chambre (sur 217) et 8 au Sénat (sur 109). Mais Degrelle a commis l’erreur de ne pas se présenter et ses élus sont inexpérimentés. Chef de parti avec des élus, Degrelle est reçu par le roi, qui refuse de lui confier le poste de ministre de la Justice que Degrelle réclame. Léopold III déclarera à l’un de ses conseillers qu’il a trouvé Degrelle «suffisant et insuffisant».

«Nous en avons plein les bottes de ces salauds, des aventuriers et des pourris. Ils s’en iront tous»

Politiquement, Degrelle est toujours aussi inconsistant: il se rapproche du fascisme et prend des positions contre le droit de grève, mais lorsque les dockers d’Anvers se mettent en grève en juin 1936, il commence par montrer du doigt les «émeutiers» avant de les soutenir sans réserve dès que le mouvement prend de l’ampleur. Dans l’Allemagne nazie, qui pourtant lui octroie déjà des subsides, on s’inquiète de son tempérament de girouette, comme en témoigne un rapport adressé au gouvernement:

«Bien qu’il soit fondamentalement contre le droit de grève il s’y est montré favorable dès qu’il a senti que les ouvriers y étaient attachés, si bien qu’il est impossible de déterminer quelle attitude il pourrait adopter sur ce point à l’avenir.»

Tandis qu’à la chambre, les députés rexistes se ridiculisent par leur amateurisme, Degrelle négocie un accord avec le VNV de Staf de Clercq, parti nationaliste flamand, sécessionniste –aux antipodes du nationalisme belge de Rex. L’accord ne durera pas, mais contribue à inquiéter les partisans de Rex, qui perçoivent de plus en plus Degrelle comme un trublion instable.

Radicalisation

 

En octobre 1936, Degrelle affirme que 200.000 Rexistes vont profiter des commémorations de la bataille de l’Yser pour marcher sur Bruxelles. Son modèle de prise du pouvoir semble osciller entre la marche sur Rome de Mussolini et la tactique d’Hitler. Au final, 2.000 Rexistes défilent dans les rues, une farce pathétique.

Constatant qu’il ne peut peser politiquement qu’en entrant à la chambre, Degrelle demande à un de ses députés de démissionner pour provoquer une élection anticipée. Degrelle s’imagine qu’une fois élu, il poussera le roi à dissoudre la chambre et à reproduire ainsi le coup d’Hitler avec Hindenburg en 1933. À sa grande surprise, ses adversaires politiques décident de lui opposer un seul candidat, le Premier ministre en personne, Paul van Zeeland, dont les soutiens vont des communistes au Primat de Belgique. Degrelle n’obtient que 19% des voix. Son mouvement est en perte de vitesse, son amateurisme détourne les électeurs, son autoritarisme effraie.

Au fur et à mesure que la déconfiture de Degrelle s’accélère, il se radicalise davantage. En vain: En avril 1939, aux élections législatives, Degrelle conserve son siège mais Rex n’a plus que 4 députés et à peine 4,5% des voix. Degrelle est, politiquement, un homme mort. Mais la guerre va tout changer.

Opération séduction

 

Car comme pour Maurras, la défaite de la France, de la Belgique et de la Hollande en mai-juin 1940 est pour Degrelle, une divine surprise. Certes, les choses commencent mal: Degrelle est arrêté par les autorités belges, puis transféré en France et manque de peu d’être fusillé à Abbeville. Degrelle fréquente de nombreuses prisons françaises et finit sa course au camp du Vernet (Ariège) où il est libéré le 24 juillet. De retour à Bruxelles le 30 juillet, Degrelle n’a plus qu’une seule idée en tête: gagner les faveurs d’Hitler et engager ce qui reste de son mouvement dans la collaboration.

Degrelle pense que ses diatribes fascistes et l’exil du gouvernement belge lui donnent du poids auprès du roi Léopold, oubliant qu’aux yeux des autorités belges et allemandes, il est perçu comme un vaniteux doublé d’un guignol. Il tente de relancer son mouvement en créant les «Formations de combat» qui regroupent, selon ses dire, 4.000 hommes et qu’il espère utiliser comme faire-valoir auprès des autorités allemandes. Las, les fonctionnaires allemands chargés de l’administration de la Belgique préfèrent s’appuyer sur des personnages moins voyants –et un peu plus crédibles.

À partir de 1941, c’est la fuite en avant et un engagement toujours plus entier vers le nazisme: constatant que personne ne le prend au sérieux en Allemagne, Degrelle va toujours plus loin dans les mains tendues et les propositions de collaboration. Les Allemands le font lanterner, attendant de voir jusqu’où leur interlocuteur est prêt à promettre pour gagner leurs faveurs. Ils ne vont pas être déçus.

En janvier 1941, Degrelle termine pour la première fois un discours au cri de «Heil Hitler», sans plus de succès. Il faut attendre l’invasion de l’URSS et la proposition par Fernand Rouleau, adjoint de Degrelle, de la création d’une Légion Wallonie, sur le même modèle que la LVF française, pour que des contacts soient enfin noués. Degrelle tente de verser les membres de ses Formations de combat dans cette nouvelle légion, dont il s’attribue naturellement la paternité.

La rencontre avec Himmler

 

Degrelle n’a aucune intention de partir pour le Front de l’Est, comme en atteste un discours prononcé le 6 juillet 1941 où il dit regretter de n’être plus assez jeune pour partir, mais pousse les autres à y aller rapidement, de peur qu’il n’y ait plus de laurier à cueillir. Pourtant, trois semaines plus tard, il s’engage comme simple soldat dans la légion Wallonie. Il semble que Degrelle ait brandi son intention de s’engager en espérant que les Allemands le supplieraient de rester en Belgique, mais ces derniers continuent de se soucier de lui comme d’une guigne. Degrelle parvient à décider près de 900 hommes à rejoindre son bataillon. Il leur a fait miroiter un service en seconde ligne, des uniformes et un commandement belges. Aucun de ces engagements ne sera tenu.

La légion combat bientôt sur le front de l’Est et notamment contre les partisans. Degrelle participe aux actions et il sera même blessé à quelques reprises –des blessures le plus souvent légères et qui sont naturellement montées en épingle par le chef, qui ne rate jamais une occasion de se mettre en avant. Les ennuis se multiplient, les pertes grimpent en flèche, mais Degrelle fait preuve, pour une fois, d’une patience qui va s’avérer payante –pour lui-même, bien sûr.

Fin 1942, il entre en négociation avec l’entourage d’Himmler. Le IIIe Reich se souciant toujours aussi peu de lui, Degrelle veut verser ce qui reste de son unité dans la Waffen-SS, comme brevet de son nazisme. En mai 1943, c’est la première consécration: Degrelle rencontre Himmler, une rencontre dont il n’a pas manqué de fournir des détails changeants au fur et à mesure du temps et en fonction de l’auditoire mais dont il ressort, selon ses dires, qu’il a mené Himmler par le bout du nez, a obtenu tout ce qu’il désirait et a durablement impressionné le chef de la SS en lui imposant sa loi. Les archives allemandes, hélas, sont moins affirmatives: Degrelle a accepté à peu près tout en l’échange de concessions mineures.

Avec Hitler, «les fluides passent»

 

Il se vante d’avoir sauvé la Belgique du démembrement –il n’a pourtant obtenu aucune garantie et ce qu’il a accepté prévoit l’absorption pure et simple de la Belgique par le Reich– et les moyens qu’il conviendrait d’employer pour y arriver. Le 1er juin 1943, la Légion Wallonie devient la Brigade de Volontaires SS Wallonie. En janvier 1944, alors que la formation de ses hommes laisse fort à désirer, ils sont engagés, sur l’insistance de Degrelle, dans la bataille de Tcherkassy. Degrelle craint, en effet, que ses petits effectifs soient absorbés par une autre division de la Waffen-SS, ce qui le priverait naturellement du rôle majeur qu’il aspire toujours à jouer. Degrelle participe aux combats et paie de sa personne.

Le 20 février 1944, c’est l’heure de gloire tant attendue et que Degrelle narrera à maintes reprises. Il est reçu par Hitler en personne, qui le décore de la croix de fer et avec qui, selon Degrelle, «il discute toute une nuit». Toujours selon lui, «les fluides passent», Hitler lui dit à quel point il «s’est fait du souci» pour lui et ils discutent tous deux de l’avenir de l’Europe et de la Belgique.

La réalité, une fois encore, est bien différente de ce que Degrelle va propager pendant cinquante ans dans ses livres et devant des auditoires acquis à sa cause: la réunion n’a pas duré une heure, il n’a jamais été en tête-à-tête avec Hitler et aucun sujet de fond n’a été abordé autre que la situation militaire. Et si tel avait été le cas, Degrelle n’y aurait sans doute rien compris: il ne parle pas un traitre mot d’allemand.

Rentré à Bruxelles, Degrelle parade. Il est gonflé à bloc par son entrevue avec Hitler sur lequel il répétera après-guerre qu’il exerçait désormais sur lui une influence certaine. Si les agissements de Degrelle n’étaient pas aussi désastreux pour lui-même, pour ses compagnons et pour son pays, une telle vantardise pourrait prêter à rire.

La dernière décoration

 

Le 1er avril 1944, c’est le sommet de la carrière de Léon Degrelle: il assiste, juché sur un canon automoteur et en uniforme de SS, entouré de sa femme et de ses enfants, à un défilé militaire en Belgique. Détail qui en dit long sur la bouffonnerie de l’exercice: les véhicules ont été prêtés par une autre unité de la Waffen-SS, car l’unité de Degrelle est une simple brigade d’infanterie.

Au mois d’août, Degrelle est reçu pour la dernière fois par Hitler, qui lui remet une nouvelle décoration et qui, dira Degrelle, lui confie qu’il aurait «aimé avoir un fils tel que lui». Encore une carabistouille de Degrelle: jamais Hitler n’aurait prononcé pareille parole. (Il semble que Degrelle se soit figuré qu’après la chute du Reich, la plupart des archives avaient été détruites et qu’il ne risquait guère d’être contredit, mais malheureusement pour lui, elles sont aussi bien conservées que bavardes. Et rien naturellement, aucune trace d’une telle discussion entre Hitler et Degrelle.)

Poussé par l’un de ses anciens camarades de la brigade Wallonie, Jean Vermeire, à s’expliquer sur cette soi-disant phrase du Führer, Degrelle finira par concéder: «J’ai été reçu comme un fils.» Différence de taille…

L'exil

Mais la dégringolade est déjà bien commencée. Le Reich s’effondre sous les coups de boutoir des Soviétiques –et aussi, un peu, ceux des Britanniques et des Américains– et pour Degrelle comme pour des milliers de collaborateurs, il faut choisir entre mourir les armes à la main ou s’enfuir. La capitulation du 8 mai 1945 surprend Degrelle au Danemark non sans qu’il ait croisé par hasard Heinrich Himmler qui l’a verbalement nommé au grade de SS-Oberführer, ce qui explique qu’il n’existe aucune trace de cette nomination (rires enregistrés).

En Belgique, l’avenir ne s’annonce pas rose pour Léon Degrelle. Son frère a été assassiné par la Résistance et les partisans de Degrelle se sont lancé dans des représailles. Des otages désignés par Degrelle sont abattus et la répression s’intensifie, les assassinats de la Résistance succèdent aux assassinats commis par les Rexistes.

Depuis le Danemark, Degrelle gagne la Norvège. À Oslo, il met la main avec quelques compagnons sur un bombardier allemand qui traverse l’Europe avant de s’écraser sur la plage de San Sébastien, tombé en panne d’essence. Degrelle est grièvement blessé.

Naturellement, l’Espagne franquiste n’est guère ravie d’avoir un hôte de ce genre sur son sol. Les gouvernements belges successifs demandent l’extradition de Degrelle, mais plutôt mollement. Léon Degrelle fait d’ailleurs savoir aux autorités belges qu’il est tout à fait prêt à rentrer en Belgique pour y être jugé, mais à ses conditions, qui sont naturellement inacceptables. Les autorités espagnoles refusent d’extrader Degrelle. En 1947, la Belgique porte plainte devant le Conseil de sécurité de l’ONU pour obtenir son extradition. Mais l’Espagne fait la sourde oreille.

«Le beau Léon»

 

Au cours des années 1950 puis des années 1970 et 1980, le gouvernement belge tentera de nouveau d’obtenir l’extradition, en pure perte: en 1954, le gouvernement de Franco a accordé la nationalité espagnole à Léon Degrelle. S’il ne peut plus guère risquer de quitter le territoire espagnol, au moins est-il assuré de pouvoir y couler des jours paisibles. Il s’y remarie, travaille dans une entreprise de travaux publics et peut s’adonner à son loisir préféré: parler de lui et écrire sur lui. Dès 1949, il commence à publier des ouvrages d’une suffisance ahurissante, où les éléments de vérité se mêlent aux fables grotesques.

Degrelle s’invente une vie où il aurait traité d’égal à égal avec Hitler et Mussolini, où le roi Léopold III le recevait dans son intimité, où il aurait été une des plus grandes figures politiques de l’Europe du XXe siècle et où, point de détail comme dirait l’autre, la destruction des Juifs d’Europe est un bobard que les Juifs exploitent car «le Juif (sic) est exhibitionniste».

Comment expliquer que pareille baudruche ait pu attirer ainsi des lecteurs mais aussi des admirateurs qui, jusqu’à sa mort en 1994, se sont pressés pour voir «le beau Léon» dans son exil espagnol? Peut-être à cause de ce que l’on avait appelé, dans les années 1930, le «Rex Appeal», cette capacité qu’avait Degrelle à électriser les foules –et disait-on, particulièrement les femmes. Degrelle était beau parleur. Et il était surtout une des dernières figures vivantes de la Waffen-SS qui ne soit pas obligée de vivre terrée.

Un sulfureux vantard antisémite

 

Et puis, bien sûr, il y avait aussi le fait que de nombreux visiteurs étaient tout à fait prêts à gober les bobards et les exagérations de Degrelle. Degrelle le fils qu’Hitler aurait aimé avoir; Degrelle dont Hitler avait dit à Ribbentrop qu’il n’avait jamais vu pareille énergie chez un jeune homme de son âge; Degrelle qui avait barre sur Hitler; Degrelle que Himmler a nommé verbalement général dans la SS; Degrelle qui avait servi de modèle à Hergé pour le personnage de Tintin; Degrelle et les Picaros; Degrelle contre Zorro; Degrelle et Maciste contre Godzilla.

Ce que Degrelle fut bien, par contre, c’est un autocrate, vantard, antisémite et négationniste, un nostalgique de l’œuvre d’Hitler, qui a aidé à fonder une association d’entraide aux anciens nazis en cavale. Il est mort à 87 ans, en 1994, en exil, sans avoir jamais rien renié, rien regretté. Il reçut donc, jusqu’à sa mort, de nombreux admirateurs dont certains peuvent bien dire, comme Loustau qu’ils venaient se faire dédicacer des ouvrages d’histoire militaires. Si l’on était frappé de dédicacite aigüe dans les années 1990, ça n’était pourtant pas les anciens combattants qui manquaient en France.

Un mot pour finir: la figure de Léon Degrelle est toujours une source de gêne en Belgique. En France, les principaux collaborateurs ont été jugés –parfois sommairement. Mais le gros du travail a été fait. En Belgique, la figure première de la collaboration a échappé à la justice. Et Degrelle lui-même n’hésitait pas à moquer les gouvernements belges successifs et leur manque d’empressement à le récupérer. C’est, disait-il, qu’il avait des révélations à faire et qui auraient embarrassé du monde.

Dernière zwanze du guignol Degrelle: peut-on imaginer une seule seconde que celui qui passa son temps à inventer des scandales se serait privé de révéler des éléments susceptibles de semer la pagaille en Belgique s’il en avait eu à sa disposition? Mais le manque d’empressement des autorités belges à le faire extrader interroge. Il n’y a pourtant sans doute pas à chercher beaucoup plus loin qu’un désir de ne pas vouloir ranimer de vieilles querelles et du feu sous la cendre, un passé peu glorieux et que chacun préfère oublier.

Ce qu’il ne faudrait pas oublier, c’est qu’en plus d’être un personnage haut en couleur, Léon Degrelle fut avant tout un autocrate vaniteux, un négationniste, un va de la gueule sans vergogne, un mégalomane sans bilan et un traitre à sa patrie. On a décidément de bien drôles de héros, au siège du Front national.

Pour en savoir plus: D’excellents documentaires ont été consacrés à Léon Degrelle, notamment par la RTBF. On visionnera avec grand intérêt Léon Degrelle – Face et revers, diffusé du vivant de Degrelle, mais aussi l’excellent, Léon Degrelle – La Führer de vivre, sorti plus récemment. Le premier de ces documentaires remet les propos de Degrelle dans leur contexte avec des interventions d’historiens, le second (où l’on voit notamment de jeunes français rendre visite à Degrelle dont qui vous savez) choisit de laisser parler Degrelle qui, il est vrai, est un des mieux placés pour se ridiculiser lui-même.

En librairie, on peut lire Martin Conway, Degrelle, les années de collaboration: 1940-1944: le Rexisme de guerre, Ottignies, Quorum, 1994 et Giovanni F. di Muro, Léon Degrelle et l'aventure rexiste (1927-1940), Bruxelles, Editions Luc Pire, 2005.
Antoine Bourguilleau
Antoine Bourguilleau (59 articles)
Traducteur, journaliste et auteur
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte