France

Agressions sexuelles à la télé: on a quand même avancé en dix ans

Titiou Lecoq, mis à jour le 02.06.2017 à 13 h 56

La réaction rapide à l'agression du tennisman Maxime Hamou tranche avec la violence d'une séquence diffusée en 2006 avec Cécile de Ménibus, Florence Foresti et Rocco Siffredi.

Montage capture YouTube/Dailymotion

Montage capture YouTube/Dailymotion

Alléluia, réjouissons-nous! Il n’aura fallu qu’une journée pour que la fédération de tennis retire à Maxime Hamou son accréditation pour Roland-Garros et que Henri Leconte, présentateur télé, exprime ses excuses pour s’être contenté de glousser pendant la séquence diffusée en direct. Vous avez dû voir ce qui s’est passé. Le tennisman a attrapé de force la journaliste qui l’interviewait.

Alors OK, son accréditation, il s’en fout sûrement, de toute façon il venait d’être éliminé du tournoi. Mais pour une fois, on peut se féliciter qu’il y ait eu une réaction aussi rapide. C’est simple, j’ai eu l’impression d’avoir été téléportée en 2017, cette époque de progrès où la vie serait mieux et le corps des femmes pas un paquet de chips qu’on piocherait comme on voudrait. 


On a le droit d’être satisfait de voir Henri Leconte obligé de s’excuser, même s’il le fait avec une sincérité qui n’est pas sans rappeler la tête de Vladimir Poutine quand il nous parle droits de l’homme. Notons quand même que Gérard Holtz trouve que la sanction de la fédération est trop sévère parce que c’est une bêtise de gamin. Bah oui, c’est vrai, le respect et le consentement ça ne s’apprend pas à 20 ans. 

 

Tout est à vomir

 

Bref. On est sur la bonne voie. Parce qu’on part quand même de très loin, et je n’en avais pas à ce point conscience avant de revoir la fameuse émission de Cauet de 2006 dans laquelle Rocco Siffredi a agressé Cécile de Ménibus. Il ne faut pas se fier aux vidéos de trois minutes qu’on trouve sur YouTube. Il faut voir la scène dans son intégralité pour comprendre.


Dès le début, Florence Foresti et Cécile de Ménibus, installées de chaque côté de Siffredi, sont mal à l’aise, et même un peu effrayées. Elles essayent clairement d'éviter tout contact physique avec lui, quitte à se contorsionner –ce qui prouve déjà qu'il y a un problème avec le type. En même temps, ça fait pas dix secondes qu'il est sur le plateau qu'il a déjà embrassé les seins de Cécile de Ménibus sous les yeux effarés de Florence Foresti. (Elles ne savent pas qu'avant son arrivée sur le plateau, Cauet a dit Rocco Siffredi que c'était deux «salopes» et qu'il pouvait y aller.

Dans la séquence de l’agression de Cécile de Ménibus, tout est à vomir. (Vous pouvez le constater vous-même, même en version montée. En fait, je dis l'agression, mais ça s'est passé à différents moments de l'émission.) (D'ailleurs, si vous pouvez me trouver le nom du connard qu'on entend dire au début «je la connais bien, elle dit non mais elle pense oui»...) On voit clairement qu’elle est humiliée et qu’elle essaie de faire bonne figure en vain.

À la fin, elle est sur le point de craquer nerveusement, elle crie «arrête» au milieu des éclats de rire. Eclats de rire qui ne font qu'encourager Rocco Siffredi. Cauet feint de tenter de le contrôler mais en réalité le pousse à aller plus loin. L’animatrice en a reparlé il n’y a pas longtemps pour dénoncer cette agression. Mais il y a encore plus malaise. 

«Mais vas-y Rocco, elle cherche depuis tout à l’heure»

Dans la même émission, après avoir humilié Cécile de Ménibus, Rocco Siffredi s’en était pris à Florence Foresti. (La vidéo longue du truc est ici dans une qualité pourrie, à partir de 1 minute.) Et un élément qui ajoute à l’aspect dramatique et malaisant de cette scène, c’est la réaction des deux femmes. (Il n’y avait que deux femmes sur le plateau évidemment. Elles sont dès le départ en situation d'infériorité.)


La séquence commence avec une blague de Florence Foresti «vous avez ranimé Cécile?». Cauet lui demande si elle connaît Siffredi et elle répond «beaucoup moins que Cécile». Ladite Cécile qui vient de se faire longuement agresser et qui s’est débattue sans que personne ne réagisse est clairement perturbée.

Du coup, elle lance une phrase absolument terrible (surtout en regard de ce qui se passe ensuite): «Mais vas-y Rocco, fais-moi plaisir, elle cherche depuis tout à l’heure, vas-y». Siffredi dit que non, qu’il est intimidé par Foresti. Tête indescriptible de Cécile de Ménibus, rapport à tout ce que ça sous-entend sur elle. Et Foresti, rassurée, relance: «Tu vois, ils sont intimidés avec moi alors qu’avec Cécile, hop, tout de suite.»

Tentative de viol

 

On entend en off une voix masculine qui remarque «ah bah la solidarité entre filles». C’est terrible de voir que l’agressivité des deux femmes s’exprime l’une envers l’autre et pas à l’adresse de l’agresseur. Je ne les blâme pas, c’est très courant comme réaction, chacune essaie de se refiler le gros lourd. Et là, c’est encore accentué par le contexte de divertissement télévisuel qui fausse tout et rend tolérable l’inacceptable. 

Ensuite, Rocco Siffredi se lève, attrape Florence Foresti, la maintient de force allongée sur une table, lui caresse le cul et tente de lui mettre un doigt. (Ce qui est au minimum une tentative de viol.) Hurlements de rires des autres invités –dont IAM même si on voit à un moment qu’ils se demandent un peu où ils sont– et du public.

Et on entend Cécile de Ménibus donner des directives à Siffredi «avec la langue». (On atteint un degré de malaise extraordinaire. On a l’impression qu’elle revit sa propre agression en se mettant à la place du mec et qu’elle a décidé de le faire payer à Florence Foresti.) (Dans la deuxième partie de l'émission, les deux femmes se soudent davantage. Ici vers 14:50.)   

L’enfer. 

C’était hier. C’était en 2006. 

À l'époque, on savait bien qu’il existait encore des inégalités femmes/hommes, mais on était, dans l’immense majorité, incapable de voir la violence sexiste là, sous nos yeux, d’envisager que dix ans plus tard ces images seraient choquantes au même titre que les micro-trottoirs des années 1960 sur les droits des femmes. Je sais, ça parait fou.

«On ne se posait pas la question»

 

En prime, la violence de Siffredi profitait du prétexte qui régnait à l'époque sur les plateaux de télé –«on est tellement libéré sexuellement, on peut tout se permettre, on n’a pas de tabou»– oubliant que le consentement ne relève pas d’une pudibonderie de cul serré. On était dans un croisement étrange de «pipi-caca-viol». Heureusement, on a évolué. Je ne pense pas que Florence Foresti tolérerait maintenant ce qui s’est passé ce jour-là. Une part importante des téléspectateurs réaliserait la gravité du spectacle et le dénoncerait. J'espère aussi que des mecs comme IAM réagiraient différemment. 

L’autre jour, j’ai demandé à ma mère pourquoi, quand elle s’était mariée, elle avait pris le nom de son époux. Parce que quand même, c’est bizarre de changer de nom. Elle a réfléchi avant de me dire «à l’époque, on ne se posait pas la question, on ne se disait même pas que c’était sexiste». Un peu comme l’époque où un mec pouvait plaquer de force des femmes pour les toucher devant des caméras. On part de plus loin qu’on ne le pensait. Mais on avance.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq. Pour vous abonner c'est ici. Pour la lire en entier:

 
Titiou Lecoq
Titiou Lecoq (175 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte