France

Comment une jeune fille française de 17 ans peut-elle décider de commettre un attentat?

Slug News, mis à jour le 14.06.2017 à 19 h 27

Le 19 août 2014, Iman a 17 ans quand les services antiterroristes fracassent la porte de l’appartement familial pour l’arrêter. Elle envisageait, avec une autre adolescente, d’attaquer un quartier juif de Lyon à l’arme à feu. Elle nous raconte son embrigadement.

©SlugNews

©SlugNews

Iman*, la première fois que nous entendons son prénom, c’est dans le bureau d’un avocat, un as du barreau qui défend une autre jeune fille comme Iman: sa cliente est elle aussi inculpée dans une enquête terroriste en lien avec le groupe État islamique.

«La cliente» est rentrée de Syrie quelques mois plutôt. On tente de la contacter: une petite voix au téléphone, un ton catégorique voire hystérique. «La cliente ne parlera pas» et Iman, elle? Dira-t-elle comme les autres que parler à des journalistes est un acte encore plus inimaginable que de faire allégeance à un groupe terroriste? Reviendra-t-elle sur ce 19 août 2014? Iman avait juste 17 ans, lorsqu’à 6 heures du matin, les services antiterroristes fracassent la porte de l’appartement familial pour l’arrêter. Association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste: Iman et une autre adolescente envisageaient d’attaquer un quartier juif de Lyon à l’arme à feu.

Tout avait commencé quelques mois plus tôt, juste quelques mois. Iman est une jeune fille joyeuse, souriante, pas isolée, elle a une belle bande d’amis dans la vraie vie.

C’est sa vie virtuelle qui va exploser son adolescence, elle rencontre sur Facebook Camille*. Camille a 15 ans et, tout de suite, Camille lui parle de la Syrie. Iman, d’abord méfiante, va être touchée par son discours, tout se fait progressivement. Et, petit à petit, Iman ne pense plus sereinement. Elle qui vient d’un quartier populaire, et a grandi au cœur d’une famille nombreuse, n'en parle ni à sa mère ni à ses sœurs. Ses grands-parents sont chrétiens et musulmans; à la maison, l’islam est présent, mais pas assez pour la nouvelle Iman qui sombre dans l’idéologie de Daech en six mois. Elle est obsédée par la Syrie, par la hijra, c’est l’émigration en terre d’islam mais en langage Camille, c’est rejoindre l’État islamique en zone irako-syrienne. Problème, Camille a déjà été arrêtée, elle est fichée, surveillée, impossible donc de partir alors comment aider la «cause»? Commettre un attentat, c’est insensé, odieux, terrifiant; pourtant Iman ne réagit pas et s’y prépare.

On la retrouve dans sa chambre, car elle a finalement accepté de parler. Les posters de Marilyn Monroe recouvrent les murs, Iman nous regarde fixement, elle est intimidée mais décidée à tout raconter.

Son endoctrinement, ses projets pour la Syrie, et ceux de l’attentat.

***

SlugNews: C’est quoi le moment de bascule?

Je suis rentrée dans la religion quand j’avais 17 ans. Au tout début, je voulais juste apprendre un peu plus l’islam. Je suis quand même née dans une famille musulmane. Pour moi, c’était important de connaître cette religion parce que je n’avais jamais trop pratiqué. J’ai toujours fait le Ramadan. À 16 ans et demi, j’ai commencé à faire la prière, puis, à 17 ans, je me suis voilée. Quand je me suis voilée, rien n’a changé. Je continuais à aller à l’école, à sortir, à voir mes copines. Je fumais déjà. J’avais Facebook. J’étais normale. C’est quand j’ai voulu quitter le voile que j’ai commencé à changer.

Pourquoi vouloir porter le voile?

J’ai mis le voile sur un coup de tête. J’y avais réfléchi, mais pas assez longtemps. Un dimanche matin, je suis allée voir ma mère et je lui ai dit: je veux me voiler. Évidemment elle m’a dit: «mais réfléchis, c’est une décision importante, tu es scolarisée, tu es jeune». Et le dimanche soir, je me suis voilée. Ce n’était pas vraiment un besoin spirituel. Déjà je trouvais ça beau. Je trouvais que ça embellissait une femme. Et aussi je voyais de plus en plus de publications sur Facebook comme «une fille c’est un peu comme un diamant, plus c’est caché et plus ça a de la valeur». Je me suis voilée rapidement.

Ce discours vous touchait?

C’était une phrase sur Facebook parmi tant d’autres. Avec du recul, je trouve ça ridicule en fait. Une femme, si elle a envie de se voiler, elle se voile. Mais l’habit ne fait pas le moine. Une femme, ce n’est pas parce qu’elle met le voile qu’elle est bonne musulmane. Il y a des femmes qui ne sont pas voilées qui se comportent très bien.

Vous passez d’Iman non voilée à Iman voilée du jour au lendemain comment vous le ressentez?

Je me sentais frustrée de le quitter en cours, d’avoir des contraintes, de ne pas pouvoir aller partout avec mes copines. Puis il y avait aussi beaucoup de regards quand je sortais. Souvent des vieux. Il me regardait de travers parce que j’étais jeune. Avec le temps j’avais l’impression de ne plus ressembler à rien avec le voile. Et ça me frustrait. Je voulais le quitter et en même temps je faisais tout pour le garder.

Pourquoi?

Déjà ma maman m’avait dit que si je le mettais, il fallait bien que je réfléchisse parce que ce n’était pas pour le quitter six mois après. Elle m’avait dit que je le quitterais vite et je voulais lui prouver qu’elle avait tort. Il y a aussi le fait que dans les petites villes, les critiques vont vite. Je ne voulais pas être pointée du doigt parce que j’avais quitté le voile.

C’était devenu invivable. J’en étais arrivée à un point où je détestais le voile. Je ne faisais même plus la prière. Ce n’était que de l’apparence, et encore, l’apparence elle ne me plaisait pas.

Vous étiez dans quel état?

Mais j’étais complètement perdue. Je ne savais pas quoi faire. Je ne savais pas s’il fallait que je le quitte parce que j’étais mieux sans ou que je le garde parce que ça faisait plaisir à ma mère.

C’est à cette période que vous rencontrez Camille?

Un jour, Camille a ajouté ma sœur sur Facebook. Elle lui a proposé de partir en Syrie. Ma sœur m’a demandé d’aller lui parler pour qu’elle arrête. Elle pensait que je n’allais pas me faire influencer. Sauf qu’on s’est liées d’amitié. Je n’oublierai jamais la première fois où on s’est parlé. On aurait dit qu’on se connaissait depuis 10 ans. Tout de suite, elle a commencé à me raconter sa vie. Même si elle voulait partir en Syrie, c’était vraiment une fille adorable. On parlait de tout et de rien, pas seulement de partir au djihad. Ce n’était que virtuel mais c’était une réelle amitié.

«On discutait autant de recettes culinaires, que de garçons ou de la Syrie»

Iman

Qui est-elle?

Je ne sais pas vraiment comment la décrire. Je ne sais jamais si je dois dire que c’est elle qui m’a endoctrinée, ou si c’est à cause d’elle que mon envie de partir en Syrie est née. Mais en tout cas, Camille c’est la fille avec qui je me suis fait arrêter.

Pourquoi avez-vous continué à lui parler?

Elle me faisait beaucoup de peines. Elle n’avait pas de copine, elle ne parlait pas à sa famille, elle n’avait pas d’école. C’est ce qui m’a poussée à continuer à parler avec elle.

La relation était très différente de vos autres amis?

Comme on était très loin l’une de l’autre, on savait que ce qu’on se disait n’allait pas être répété dans nos villes respectives. Là où j’habite, tout se sait tout le temps. Je pouvais parler librement avec elle. On discutait autant de recettes culinaires, que de garçons ou de la Syrie.

Vous parliez de garçons: que disait-elle à ce sujet?

Elle me parlait des garçons avec qui elle était sortie avant et surtout de ceux avec qui elle voulait se marier. Elle rêvait de se marier avec un émir, parce que les femmes d’émir peuvent porter les armes d’après ce qu’elle disait. Ses prétendants étaient en Syrie parce qu’elle voulait se marier avec un combattant, qui n’avait pas peur de mourir pour Dieu.

C’est quoi un émir?

Un émir c’est les chefs des bandes. C’est celui qui décide tout, qui gère tout. J’ai tout découvert par rapport à Camille parce que je ne connaissais rien du tout. Elle m’a expliqué ce qu’était un émir, ce qu’était l’État Islamique, ce qu’était une Katiba. Elle m’a expliqué qu’il fallait toujours se trouver un nom de combattant. Elle m’a tout expliqué de la Syrie. Enfin, du djihad plutôt.

Et vous, vous lui parliez de quoi?

Au tout début je n’avais rien de spécial à lui raconter. Je lui disais que j’étais étudiante, que j’allais à l’école, que j’avais des copines, des copains. Et que je portais le voile. C’est quatre ou cinq mois après que j’ai commencé à me confier. A partir du moment où je voulais quitter le voile. Je ne savais pas trop à qui en parler. Elle m’a conseillée.

Que connaissiez-vous de la situation en Syrie avant de rencontrer Camille?

Je savais juste qu’il y avait des combats. Mais je ne m’y intéressais pas forcément en fait. C’était triste, voilà tout. Et en France on ne peut rien faire. C’est quand j’ai connu Camille que j’ai su. Les histoires de Daech, Jabat al Nosra, l’armée libre…tout ça.

«Les vidéos parlaient de la situation en Syrie, des enfants qui se faisaient tuer. On voyait la misère. Je crois que c’est ça qui sensibilise. Petit à petit je me suis dit que comme je n’étais pas utile en France, je pouvais être utile en Syrie.»

Iman

A partir de quand elle a commencé à en parler?

Tout de suite. Elle disait qu’il fallait y aller parce qu’il y avait plein de personnes qui souffraient. Surtout les enfants, les vieux, et les handicapés. Il fallait les aider. Je n’étais pas d’accord, alors elle m’a envoyé pleins de vidéos. Et petit à petit, c’est devenu obsessionnel de les regarder.

Quel genre de vidéos?

Les vidéos parlaient de la situation en Syrie, des enfants qui se faisaient tuer. On voyait la misère. Je crois que c’est ça qui sensibilise. Nous, on a pleins de choses en France. On est bien. Petit à petit je me suis dit que comme je n’étais pas utile en France, je pouvais être utile en Syrie.

Vous étiez fascinée par des personnages, comme Mohamed Merah par exemple?

Mohamed Merah jamais. J’ai toujours détesté ce qu’il a fait. Par contre Abdelhamid Abaaoud me fascinait. Ce n’est pas par rapport à ce qu’il faisait mais parce que je le trouvais trop beau. Je regardais souvent sa vidéo. A l’époque, je ne connaissais pas du tout son nom. Je l’ai découvert il y a peu de temps. Mais lui, oui, il me fascinait.

Il se passait quoi dans la vidéo?

Sur la vidéo, Abdelhamid Abaaoud tire des cadavres en disant qu’avant il remorquait des quads ou des jet skis pour ramener des cadeaux à sa famille, et que maintenant il tracte des mécréants. Je ne regardais pas sa vidéo par rapport à ça, parce qu’au moment où on voyait les corps, je coupais la vidéo. C’est juste qu’il était beau. Et pourtant c’est vrai que la vidéo était très violente. C’est la première vidéo que Camille m’avait envoyée.

Alliez-vous aussi sur des sites de propagande?

Non, pas vraiment. Je me suis intéressée à la religion juste en lisant des livres au début. Après je me suis créé un nouveau compte Facebook. Je regardais juste des pages sur des conseils entre sœurs par exemple, et je continuais à lire.

Au départ, le plan avec Camille c’était de partir?

Oui, tout est venu de Camille. C’était la seule personne avec qui je communiquais beaucoup. Quand on a parlé de réellement partir, j’étais dans une phase où je sortais de la religion: je voulais enlever mon voile et je ne priais plus. Je me disais: «tu vas réussir à te remettre dans la religion, tu vas réussir, tu vas réussir, tu vas réussir», et c’est là que j’ai pété un câble. Je suis devenue folle de la religion. Je voulais à tout prix rester dedans mais je n’arrivais pas à être une simple musulmane comme j’ai toujours vu. Je n’arrivais pas à juste faire ma prière, mettre mon petit voile. A partir du moment où j’ai voulu l’enlever, c’est là où je suis devenue folle. Et je n’arrivais plus à ressortir la tête de la religion.

Aviez-vous engagé de réelles démarches?

Je voulais partir mais je n’avais réfléchi à rien. J’allais partir avec ma carte d’identité, mes deux-trois sous que j’avais mis de côté en travaillant pendant l‘été, et c’est tout. Dans ma tête, ça se concrétisait alors qu’en fait il n’y avait rien du tout de concret. Certaines filles sont organisées depuis longtemps, elles savent très bien comment faire, les passeurs et tout ça, alors que moi je n’y connaissais rien.

«Petit à petit, Camille voulait simplement mourir en martyr, comme ça elle avait droit au paradis. Avec le temps, je voulais aussi mourir en martyr.»

Iman

A partir de quand vous êtes passé du projet hijra à celui d’une action kamikaze?

On est passé du départ en Syrie à l’action kamikaze en France quand une fille, Oum Anan*, en a parlé à Camille. C’est elle qui lui a dit qu’avec tout ce qu’elle avait sur le dos, elle ne pourrait jamais partir. Camille avait une interdiction de sortie de territoire. Donc elle pouvait être martyre en France. Un jour elle m’a parlé d’une opération kamikaze, et moins d’une semaine après, on s’est fait arrêter. C’était très rapide.

Qui était Oum Anan?

C’est une fille que Camille a connu sur Facebook. Oum Anan disait être en Syrie et m’assurait qu’elle allait me trouver un mari. Elle m’a demandé si j’étais mariée, quel âge j’avais, d’où je venais, si j’étais en France. Donc j’ai répondu à ces questions et après je ne lui ai plus parlé. Elle avait un ton déterminé, sûre d’elle.

Quelle a été votre réaction quand elle vous a proposé un mari?

Quand elle m’a proposé de me trouver un mari en Syrie, je me suis dit que ça pouvait être faisable. En même temps, ça me faisait peur, et d’un autre côté je savais que si je partais il me fallait un mari, parce qu’une femme ne reste pas seule là-bas.

Vous auriez pu envisager de vous marier avec un combattant?

Un combattant était venu me parler. C’est Camille qui l’a envoyé vers moi. Sur le coup j’étais d’accord pour me marier avec lui. Avec le recul, ça me dégoute. Jamais de ma vie j’aurais pu me marier avec un porc comme ça en fait.

Vous aviez commencé à faire connaissance?

On a commencé à se parler deux jours avant que je me fasse arrêter. Il m’avait envoyé des photos. Il m’avait dit que là-bas ce n’était pas confortable comme en France mais que c’est bien parce qu’on allait mourir en martyrs et qu’il était un mari attentionné.

Comment avez-vous pu adhérer à ce projet?

En fait je me confortais en me disant que c’était une petite partie de ma vie et que du coup je mourrai rapidement en Syrie, que je serai martyre. Je n’étais pas forcément d’accord avec ce qu’il disait mais je me disais que c’était un passage et que ça se terminerait rapidement.

Puis le discours et le projet changent?

Au tout début, on voulait partir en Syrie: Camille voulait porter les armes et moi j’étais plus dans le but d’aider, de soigner, de reprendre des enfants, me marier. Puis Oum Anan a convaincu Camille qu’elle ne pourrait pas partir de France. Du coup il fallait faire une action en France, genre Mohamed Merah.

Petit à petit, Camille voulait simplement mourir en martyr, comme ça elle avait droit au paradis. Avec le temps, je voulais aussi mourir en martyr.

Qu’est-ce que ça vous apportait?

Le fait de mourir en martyr nous donnait le droit d’entrer au Paradis avec 70 personnes de notre entourage. Mourir dans le sentier d’Allah était important, puis le fait de pouvoir emmener toute ma famille avec moi au Paradis m’obsédait aussi. Moi je voulais juste mourir pour Dieu. Vite parce que je ne voulais pas souffrir, mais je voulais mourir pour Dieu.

«Je savais que la Syrie serait difficile. Enfin même plus que difficile mais je me disais que c’était une mauvaise passade et puis qu’après au moins j’aurai le droit au Paradis. Je m’imaginais une belle maison, avec mon père, ma mère, mes sœurs, mes proches.»

Iman

Vous imaginiez quoi après la vie?

J’imaginais que c’était beau, que c’était bien. Je savais que la Syrie serait difficile. Enfin même plus que difficile mais je me disais que c’était une mauvaise passade et puis qu’après au moins j’aurai le droit au Paradis. Je m’imaginais une belle maison au Paradis. Je m’imaginais avec mon père, ma mère, mes sœurs, mes proches. Je m’imaginais comme la vie sur Terre, mais au Paradis. J’étais une gamine en fait. J’imaginais la belle vie.

Aviez-vous déjà eu des idées morbides?

Je n’avais jamais pensé à mourir parce que j’aimais la vie. C’est vraiment Camille qui m’a donné toutes ces idées. Petit à petit, j’en étais arrivée à détester la vie et je voulais mourir en martyre, mourir dans le sentier de Dieu, mourir pour Dieu.

Vous vouliez faire la guerre, le kamikaze?

Un jour elle m’a parlé d’une opération kamikaze. Je me rappelle parce que je lui ai demandé ce que c’était un kamikaze. Quand elle m’a expliqué, je lui ai dit que c’était du suicide. Elle m’a répondu que ce n’était pas du suicide parce qu’on le faisait pour Dieu, et que tous ceux qui allaient mourir avec nous étaient des mécréants, que ceux qui n’étaient pas des mécréants, ils mourraient en martyr aussi.

Le discours a-t-il été efficace?

Je trouvais ça fou au début. Même maintenant je trouve ça fou. A force d’en parler et de dire «mais non c’est pour Dieu, si tu as peur c’est que tu n’as pas la foi», c’était rentré dans ma tête aussi. Pourquoi si elle, qui est plus jeune que moi, n’a pas peur, je serais effrayée? On s’est fait arrêter trois jours après, et je suis bien contente.

«Je suis bien contente de m’être faite arrêter parce qu’on est passé à côté de la mort. On aurait pu tuer des gens, et mettre la honte sur nos familles. L’arrestation m’a sauvé la vie»

Iman

Pourquoi?

Je suis bien contente de m’être faite arrêter parce qu’on est passé à côté de la mort. On aurait pu tuer des gens, et mettre la honte sur nos familles. L’arrestation m’a sauvé la vie. Déjà ils ont coupé tous les liens que j’avais avec cette personne. Et puis je me suis remise en question: je me suis rendue compte qu’à 17 ans, comme à n’importe quel âge, on ne doit pas faire des trucs comme ça. A 17 ans on ne doit pas être prêt à se tuer pour des idées fanatiques. C’est pour ça que ça m’a sauvé la vie et j’en suis bien contente.

Vous aviez décidé de monter une opération en France, avec qui?

Dans notre groupe on était cinq. Quatre filles et un garçon. Ce n’était pas mes potes. Moi je communiquais avec Camille, et les autres communiquaient avec elle. Je n’avais pas de rapport avec eux. Enfin, je leur avais tous parlé au moins une fois, mais je ne leur parlais pas comme je le faisais avec Camille.

Camille, c’était un peu le ciment du groupe?

Camille, c’était un peu le chef du groupe, le cerveau. C’était toujours elle qui avait les idées. Moi sans elle, jamais je ne serais rentrée là-dedans. Et j’aurais encore moins eu l’idée de tuer des gens.

Comment est venue l’idée du quartier juif?

Franchement, je ne sais pas. Je n’avais jamais eu de problème contre les juifs. Camille me disait: «si tu as peur de le faire c’est parce que tu n’as pas assez la foi. On fait ça genre sur les Champs Elysées». Je ne sais pas, peut-être le fait qu’elle était plus jeune que moi, je me suis sentie obligée de surenchérir. Là j’avais pété un câble. Après, c’est l’année où on a beaucoup entendu parler du conflit entre Israël et Palestine. Donc je pense que malgré tout ça a joué un rôle. Je n’ai jamais eu de problèmes contre les juifs. Je regrette beaucoup ce que j’ai dit.

«A un moment donné, c’est limite si on ne se croyait pas dans un jeu en fait. On avait dépassé quelque chose. On était devenues folles.»

Iman

Pensiez-vous vraiment qu’à un moment vous pourriez aller dans une rue de Lyon faire un attentat ?

Pour moi c’était de la surenchère. Déjà j’ai peur des pétards donc je ne vais pas aller m’armer et faire un kamikaze. Ni pour Allah ni pour qui que ce soit d’ailleurs. C’était vraiment de la surenchère. A un moment donné, c’est limite si on ne se croyait pas dans un jeu en fait. On n’était pas dans la réalité. On avait dépassé quelque chose. On était devenues folles.

Quel était le plan pour l’opération?

Le père de Camille était chasseur, donc elle pouvait ramener des armes. Et puis c’est tout. C’était ça le plan: des armes et aller tuer des gens.

Elle savait utiliser des armes?

D’après ce qu’elle racontait, elle savait utiliser les armes de son père. A chaud je ne m’étais pas dit: «non mais attends toi tu ne sais même pas utiliser des armes», et en fait je me dis qu’on était dans une spirale. C’est vraiment du virtuel. Elle savait peut-être utiliser les armes, mais les autres non.

Vous imaginez vous capable de prendre la vie de quelqu’un?

Je me rendais très bien compte que c’était grave. Et en même temps je me disais: c’est pour Dieu, pourquoi tu as peur? Je me disais: tu n’es pas une bonne musulmane, si tu as peur. Et elle pareil, elle me disait que la personne elle irait au Paradis, et si c’est un mécréant, c’est notre devoir de le tuer. J’étais vraiment perdue en me disant d’un côté «tu le fais pour Dieu», et de l’autre, «pourquoi pourquoi tu vas tuer des gens innocents?» Je ne me sentais pas capable mais en même temps, si l’endoctrinement continuait, ça allait finir par se faire.

Vous ne pensiez plus qu’à ça?

Ça me travaillait tout le temps. La nuit j’y pensais, en m’endormant j’y pensais, j’en avais même rêvé une fois. Ça me travaillait toujours, ça ne sortait pas de ma tête. J’étais perdue. Je ne savais pas ce qu’il fallait faire, ce qu’il ne fallait pas faire. D’un côté je me disais c’est pour Dieu, de l’autre, je me disais pourquoi tu vas foutre la honte sur ta famille en faisant des trucs comme ça et pourquoi tu vas tuer des gens innocents? Je ne savais pas, surtout, comment mettre un point final à tout ça. Je me disais: tu es allée trop loin pour dire stop maintenant. Pourtant, il suffisait juste de bloquer les numéros, ne plus leur parler. Mais même ça, je ne l’ai pas fait.

Vous ne pensiez pas pouvoir les arrêter?

Je m’étais déjà dit, tu es la plus grande, tu peux faire quelque chose. Mais après quand je réfléchissais, je me disais: «tu es la plus grande mais tu n’as aucun pouvoir». Parce que j’avais déjà essayé de faire en sorte que Camille ne parte pas, du moins qu’elle arrête son délire, et ça n’avait pas marché. Elle était trop déterminée. Elle disait qu’avec ou sans moi, elle le ferait. Moi je ne pouvais rien.

Aviez-vous peur de décevoir Camille?

Un peu quand même. En même temps je me disais «tu t’en fous la fille tu ne la connais même pas, ce n’est même pas une vraie copine à toi, tu ne la verras jamais de ta vie, ce n’est pas grave si tu la déçois», et d’un autre côté, je me disais «oui mais si maintenant j’arrête son délire, on ne se parle plus, je ne suis plus au courant de ce qu’elle fait, je ne suis plus au courant si elle part, je ne suis au courant de rien». Mais c’était naïf de ma part.

Elle vous donnait l’impression de faire partie d’un groupe spécial?

En fait j’avais l’impression d’appartenir aux vrais musulmans. Je me disais: j’ai vu la lumière, je suis rentrée dans le droit chemin. Et puis après, je me disais: mais qu’est-ce que tu es en train de faire?

«Je suis une fille très joyeuse, entourée de pleins de copains et de copines. J’aimais bien tout mener dans la vie réelle. En plus, j’aimais bien qu’on me remarque un peu, qu’on se dise «ah, elle est là elle». Là je perdais totalement le contrôle.»

Iman

Vous en aviez parlé à votre entourage?

Je ne parlais de rien à ma famille, ni à mes amis réels. Même à ma sœur qui m’a présentée Camille. Elle avait un peu vu les choses arriver, mais vraiment trop tard.

Personne ne s’était douté de rien?

Ils n’ont rien vu venir. Pas à un seul moment ils ne se seraient imaginés des trucs comme ça. Je n’ai jamais été très violente, ils sont vraiment tombés de haut.

Pourquoi le cacher?

Je ne leur en parlais pas parce que je pense qu’inconsciemment je me rendais compte que c’était du n’importe quoi. Je savais qu’ils allaient me faire la morale. Je savais qu’ils allaient me prouver par A + B que partir en Syrie n’était pas la chose à faire. J’étais tellement dans ma petite bulle que je ne voulais pas qu’on m’en sorte.

Elle était si confortable cette bulle?

Elle n’était pas du tout confortable. J’étais perdue. Je ne voulais pas partir, parce que je ne voulais pas quitter ma famille, et en même temps je voulais mourir en martyre pour emmener ma famille au Paradis. Je me posais plein de questions.

Pourtant, vous étiez plutôt meneuse avant?

Oui, je suis une fille très joyeuse, entourée de pleins de copains et de copines. J’aimais bien tout mener dans la vie réelle. En plus, j’aimais bien qu’on me remarque un peu, qu’on se dise «ah, elle est là elle». Là je perdais totalement le contrôle. Ça me dépassait tous ces délires avec Camille, ces projets d’attentats. Avec mes copines, dans la vraie vie, on sortait, on parlait de sujets normaux. Mais Camille était plus qu’autoritaire. Elle était incontrôlable. On pouvait lui prouver qu’elle avait tort, c’est elle qui avait raison.

Vous aviez vraiment deux vies en parallèle: la virtuelle et la réelle?

C’est exactement ça. Après mon arrestation, lors de mon suivi psychologique, j’ai dit à la psychologue: «je crois que je suis schizophrène». Parce que j’avais deux personnalités à l’époque. Elle m’a rassurée, elle m’a prouvé que je n’étais pas schizophrène et que j’étais juste dans un passage de ma vie où j’étais perdue. Et puis elle m’a fait prendre conscience que je n’étais pas folle.

Et maintenant?

Maintenant je suis bien. Je rentre en fac de droit, je quitte ma ville, et je me marie. Même si mon jugement n’est pas passé, ça ne m’empêche pas de faire ma vie. Le jugement se passera comme il se passera. J’ai fait l’erreur une fois. Maintenant je me méfie de qui me parle, de ce que la personne me dit, à qui il faut parler, pas parler. Maintenant je n’ai plus de réseaux sociaux. Comme ça je n’ai pas de vie virtuelle du tout. En fait je suis contente parce que j’ai réussi à rebondir. Je pensais que c’était foutu, que je n’allais plus rien faire de ma vie. Je me suis rendue compte surtout que la France n’est pas contre moi, malgré ce que je pensais. Maintenant tout va très bien dans ma vie.

***

Iman attend son jugement, la date n'est pas encore fixée. 

1 — Les noms ont été changés Retourner à l'article

Slug News
Slug News (18 articles)
Collectif de journalistes d'investigation
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte