Monde

Qu'importe ce que Trump dit ou fait, sa base ne le lâche pas

Temps de lecture : 2 min

Donald Trump bénéficierait d'un socle de popularité stable, bien que faible, démontrant que nombre de ses partisans ont la mémoire courte ou bien le pardon facile.

Donald Trump, le 29 mai 2017 | NICHOLAS KAMM/AFP
Donald Trump, le 29 mai 2017 | NICHOLAS KAMM/AFP

Certes, Donald Trump est peut-être l'un des présidents américains les plus impopulaires de l'histoire du pays. Mais s'il est une chose sur laquelle Donald Trump peut s'appuyer, c'est le soutien de sa base électorale et de ses partisans. Comme l'explique le New York Magazine, qui s'est plongé dans une analyse de la cote de popularité du président américain, le résultat est frappant: Donald Trump peut faire ce qu'il veut, sa cote de popularité tourne invariablement autour de 40%.

Le magazine s'est intéressé aux données de l'institut de sondage et de statistiques Gallup, qui évalue, à intervalles réguliers, sa cote de popularité auprès de la population américaine, et s'est particulièrement concentré sur le mois de mai 2017. Une période symbolique pour la présidence Trump, marquée notamment par le licenciement brutal du patron du FBI James Comey, la divulgation d'informations classifiées à la Russie et le spectre d'un impeachment. À tel point point que, à mesure que sa popularité s'écroulait, certains imaginaient déjà Mike Pence, le vice-président américain, à sa place.

Des hauts, des bas et encore des hauts

Puis, Donald Trump a entamé sa première tournée internationale, le 20 mai 2017. On l'a vu parcourir le Moyen-Orient, puis l'Europe, à grands renforts de photographies parfaitement scénarisées –jusqu'à la désormais inoubliable poignée de main avec Emmanuel Macron. C'est à ce moment que sa popularité est remontée autour des 37%, avant d'atteindre les 41% à la fin du mois. Une cote de popularité de cinq points plus élevée que celle qu'il avait au moment de son élection à la Maison-Blanche, précise le New York Magazine.

Pour y voir plus clair, voici donc l'état de sa cote de popularité en mai 2017:

> du 1 au 7 mai: 40%

> du 15 au 21 mai: 31%

> du 22 au 28 mai: 37%

> du 28 au 30 mai: 41%

Les enseignements qu'en retire le New York Magazine sont simples: même si Donald Trump est globalement impopulaire, il bénéficie d'un soutien indéfectible, une base qui lui permet de maintenir sa popularité à 40%. Mais ce n'est pas tout. Cette régularité et ce socle statistique sont également le signe que ses partisans lui pardonnent tout, ou oublient ce qu'il a pu dire ou faire.

Un point de vue toutefois nuancé par Nate Silver, fondateur du site de data-journalisme FiveThirtyEight, spécialisé dans l'analyse de sondages. Le 22 mai, il expliquait que le mythe d'un socle de popularité de 39% à 40% est «probablement erroné», ou alors ne représente qu'une «interprétation spéculative». Nate Silver rappelle que la part d'électeurs de Trump qui «soutiennent fortement» le président n'est plus que de 20% à 25%. Et que cette part continue de diminuer.

Slate.fr

Newsletters

 Loi électorale et manipulation, Erdogan aura tout fait pour gagner

Loi électorale et manipulation, Erdogan aura tout fait pour gagner

[Interview] À l'approche de l'élection présidentielle du 24 juin, la sociologue Élise Massicard explique que les fraudes électorales n'ont pas commencé avec Erdogan et l'AKP, même si elles ont pris une nouvelle ampleur ces dernières années.

Trump et le décret qui ne servait à rien

Trump et le décret qui ne servait à rien

Donald Trump voudrait passer pour un bienfaiteur sauveur d’enfants. En réalité, son décret n’empêchera pas la détention de mineurs et mineures, ni les traumatismes qui en découlent. Certains enfants ne reverront jamais leurs parents.

Les meurtres de Noirs par la police compromettent la santé mentale des communautés afro-américaines

Les meurtres de Noirs par la police compromettent la santé mentale des communautés afro-américaines

Un quart des personnes noires tuées par la police n'était pas armé.

Newsletters