Sciences / Monde

À cause du changement climatique, du gaz hilarant s'échappe de l'Arctique

Temps de lecture : 2 min

Le protoxyde d'azote est bien plus puissant que le CO2.

Artic wolf | Unsplash via Pexels CC License by
Artic wolf | Unsplash via Pexels CC License by

Chaque jour, une nouvelle vient ternir un peu plus le tableau du réchauffement climatique. Et en cette fin du mois de mai, l'information partagée par le site Quartz ne va pas changer la donne.

«Du protoxyde d'azote, plus connu sous le nom de gaz hilarant, apparaît de façon sporadique dans les tourbières du permafrost, sorte gel qui recouvre un quart de l'Arctique.» Il faut savoir que ce gaz, qui est bien utile aux dentistes, possède un pouvoir de réchauffement 300 fois plus important que le dioxyde de carbone.

Et forcément, avec le réchauffement climatique, ces émissions pourraient augmenter, comme l'a suggéré une étude finlandaise relayée par la radio australienne ABC. Carolina Voigt, du département d'étude des sciences environnementales et biologies à l'université de l'est de la Finlande, explique à la radio:

«Jusque-là, les émissions de protoxyde d'azote depuis le sol de l'Arctique étaient considérées comme négligeables, notamment parce que la quantité de nitrogène, le substrat pour la production de N2O, est probablement assez bas, ou le taux de production est assez bas à cause du climat froid.»

Zone sensible

Après plusieurs mois d'étude sur des morceaux de permafrost, Voigt et son équipe ont découvert que les parcelles où la végétation était absente entraînent une forte augmentation des diffusions de protoxyde d'azote. «Les plantes récupèrent le nitrogène qui est à la surface du sol pour réduire la quantité de nitrogène disponible pour la production de N2O», note la scientifique. L'humidité joue aussi un rôle important dans la diminution de cette production.

Si cette étude reste avant tout hypothétique, puisqu'elle a été réalisée en laboratoire, elle donne de très intéressantes informations sur l'évolution du climat dans l'Arctique. Étant donné que la planète se réchauffe de plus en plus vite, ce phénomène pourrait être accéléré.

«En ce moment, l'Arctique se réchauffe au moins deux fois plus vite que le reste de la planète, a expliqué à E&E News Jeremy Mathis, directeur de l'Arctic Research Program au sein de la National Oceanic and Atmospheric Administration, et la tendance continue dans ce sens, selon les prévisions, donc l'effet de ce réchauffement et l'exacerbation de son effet dans l'Arctique vont continuer selon moi, étant donné les complexités du système qui est en place.»

Pas sûr que ce genre de nouvelle fasse rire la faune arctique.

Slate.fr

Newsletters

L’appréciation des sens diffère selon les cultures

L’appréciation des sens diffère selon les cultures

La capacité à décrire une sensation varie d'une langue à l'autre.

Pourquoi la douleur n’est pas ressentie de la même façon par tout le monde

Pourquoi la douleur n’est pas ressentie de la même façon par tout le monde

Expliquer pourquoi certaines personnes sont plus sensibles à la douleur que d’autres permettrait de mettre au point des traitements personnalisés beaucoup plus efficaces.

Fascinante Mercure, ses glaces, son champ magnétique, son bouclier planétaire

Fascinante Mercure, ses glaces, son champ magnétique, son bouclier planétaire

La sonde de la mission BepiColombo se posera en 2025 sur Mercure pour une investigation approfondie. D’anciennes missions ont déjà apporté de l’information sur cette planète fascinante.

Newsletters