Science & santéFrance

La méthode Karman, une histoire oubliée de l'avortement illégal en France

Béatrice Kammerer, mis à jour le 31.05.2017 à 10 h 44

Au début des années 1970, le nombre de décès liés aux avortements clandestins connaît une forte baisse en France. Le résultat en partie de l'arrivée d'une nouvelle méthode révolutionnaire qui va pousser le gouvernement à légiférer.

Maîtres Monique Antoine et Gisèle Halimi (2-G), avocates de Mme Chevalier (2e G) et de Marie-Claire Chevalier (D), 17 ans, et le premier secrétaire du PSU Michel Rocard (C) quittent le tribunal de Bobigny, le 22 novembre 1972, à l'issue du verdict dans l'affaire de l'avortement clandestin de Marie-Claire I ARCHIVES / AFP

Maîtres Monique Antoine et Gisèle Halimi (2-G), avocates de Mme Chevalier (2e G) et de Marie-Claire Chevalier (D), 17 ans, et le premier secrétaire du PSU Michel Rocard (C) quittent le tribunal de Bobigny, le 22 novembre 1972, à l'issue du verdict dans l'affaire de l'avortement clandestin de Marie-Claire I ARCHIVES / AFP

Pour la génération de femmes dont je fais partie, le droit à l'avortement est une évidence. Toutes, nous savons –sur le papier du moins– qu'il a été acquis au prix d'un combat féministe acharné. Toutes, nous visualisons ces rues gonflées de femmes portant des banderoles couvertes de slogans, nous entendons la voix tremblante d'émotion de Simone Veil à l'Assemblée nationale, plaidant la cause de ces morts injustes et révoltantes.

Pourtant, ce temps continue de nous apparaître comme la préhistoire des droits des femmes, une époque révolue, à laquelle nous ne nous relions qu'au prix d'un effort intellectuel. Que de nombreux pays n'autorisent pas encore les femmes à avorter nous révolte, mais nous ne réussissons pas à nous départir de cette certitude que ce n'est là qu'un retard temporaire dans la marche inéluctable vers le progrès. Qu'ici et là, en Espagne, aux États Unis, des hommes menacent ces droits acquis nous soucie, nous apitoie, nous dérange, mais ne parvient pas à ébranler notre confiance.

Notre solidarité se borne alors à poser en photo avec des cintres, et à menacer de ressortir nos aiguilles à tricoter. Parce que l'histoire officielle ne l'a pas retenu –ou si peu– nous ignorons tout bonnement que les femmes des années 1970 avaient en réalité acquis la compétence d'avorter de manière parfaitement sécuritaire, chaleureuse et bienveillante, sans médecin, et sans qu'aucune loi ne les ait autorisées.

«Ce fut pour nous l'effet d'une bombe»

L'évolution du taux de décès liés à l'avortement entre les années 1960 et 1970 est pour le moins intrigante. Contrairement à ce à quoi on pourrait s'attendre, la diminution de la mortalité ne débute pas en 1975, année de légalisation de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) mais dès 1972.

Dumont G. F., Legrand J. Evolution récente du nombre des décès déclarés dus à l'avortement. In: Population, 36ᵉ année, n°2, 1981. pp. 410-414 [En ligne] www.persee.fr

Comment expliquer ce décalage? L'hypothèse généralement retenue est que, cette année-là, le célèbre procès de Bobigny, jugeant une jeune femme mineure ayant avorté et quatre femmes l'ayant aidée, et son verdict relativement clément, aurait libéré les pratiques en milieu médical où les avortements auraient été de plus en plus pratiqués. La réalité est pourtant bien différente, car 1972 n'a pas seulement été celle du procès de Bobigny. C'est aussi cette année là qu'une poignée d'étudiants en médecine, militants de l'avortement au sein de l'association Choisir, usés de voir leur action limitée à l'induction plus ou moins sécuritaire d'avortements grâce à l'introduction de sondes stériles dans l'utérus des femmes, ou au recensement des quelques chirurgiens complaisants acceptant d'avorter en clinique sans soutirer des sommes astronomiques, se sont envolés pour l'Angleterre pour y apprendre une nouvelle technique d'avortement: la méthode par aspiration.

À LIRE AUSSI

Ça fait quoi d'avorter?

Cette méthode, mise au point par des féministes américaines et basée sur l'utilisation d'un nouveau modèle de canules, souples et non traumatisantes inventées par le psychologue américain Harvey Karman, allait en quelques années renvoyer du côté de la barbarie la vieille méthode des curetages. Le livre Libérons l'avortement, publié anonymement en 1973 par un collectif de militants dont celui qui deviendra le Dr Olivier Bernard, raconte cette incroyable aventure:

«Ce fut pour nous l'effet d'une bombe lorsque Joan commença à nous parler de Karman et à nous expliquer sa méthode. Quand elle sortit de son sac quelques canules et seringues, nous nous précipitâmes dessus avec une curiosité extrême..., conscients que, bien plus que d'une amélioration technique, il s'agissait d'une arme révolutionnaire qui permettrait de défier les lois les plus répressives. En effet, pour la première fois, il apparaissait possible de pratiquer des avortements, à l'extérieur de tout circuit médical officiel, sans faire courir de risques aux femmes.»

Une méthode d'avortement révolutionnaire

Révolutionnaire, la méthode Karman l'a été à bien des titres. Elle était d'abord particulièrement simple et sécuritaire. Chantal Birman, sage-femme, autrice, et ancienne militante du Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception (MLAC) en témoigne.

«À l'époque à l'hôpital, on ne faisait que des curetages, c'était beaucoup plus risqué: il fallait d'abord dilater le col de l'utérus pour pouvoir y introduire la curette. Ça se faisait avec des instruments métalliques, pas des canules souples comme celles de Karman. De ce fait, il y pouvait y avoir des perforations immédiates, mais également des béances du col, conséquence d'une dilatation instrumentale forcée. Les femmes avaient aussi plus de synéchies [adhérence cicatricielle des parois de l'utérus, ndlr]. Enfin, les infections étaient très nombreuses mais ça, ce n'était pas la faute des médecins: à l'hôpital, on ne faisait un curetage que si la femme avait initié toute seule sa tentative d'avortement. Or, pour pouvoir décoller une grossesse, il fallait introduire une sonde, et c'était cette sonde qui provoquait les infections et arrêtait la grossesse. C'est pour ça qu'il y avait une telle hécatombe! Les femmes finissaient par avoir des septicémies, ou ressortaient avec des séquelles de cette infection, salpingite, péritonite, qui pouvaient les rendre stériles.»

Au cours de l'année 1971, Stella Davis, une chirurgienne australienne exerçant à Londres, obtient l'autorisation d'expérimenter l'avortement par aspiration, venue des États-unis sous le nom de «lunch-time abortion» [avortement pratiqué à l'heure du déjeuner], un nom qui en dit long sur la sécurité et le confort qu'il offrait désormais aux femmes. Ses résultats, publiés dans le British Medical Journal fin 1971 [voir une traduction d'époque, transmise par Olivier Bernard, ici], sont extrêmement enthousiastes. Stella Lewis conclut:

«Les avantages de la technique de Karman sont considérables. [...] L'hémorragie immédiate ne se produit pas, et le risque d'hémorragie secondaire est minime. L'intervention est rapide et relativement indolore, évitant ainsi une A.G. [anesthésie générale, ndlr] et, dans la plupart des cas toute forme de prémédication. Par conséquent: l'opération peut être envisagée en consultation externe, et la patiente n'a pas besoin de jeûner avant de venir à l'hôpital. […] On pourrait prétendre que cela rend le processus trop facile pour la patiente, encourageant une attitude négligente vis à vis des nécessités de contraception dans l'avenir. Jusque là, cela n'a pas été notre expérience.» 

Car c'est bien là que résident les autres révolutions de cette méthode : non seulement, elle était à même de transformer l'avortement en un acte anodin, praticable de manière réitérée sans dommages pour le corps, mais plus encore, elle ne nécessitait aucun cadre hospitalier et pouvait même être réalisée par des non-médecins.

Rendre l'avortement aux femmes

 

L'objectif de Harvey Karman était ambitieux: dans un article de juin 1972, il défend l'idée que les avortements soient gérés par des anciennes avortées non médecins, appartenant au secteur paramédical. Il argumente également en faveur d'une dédramatisation de l'avortement, que la  méthode par aspiration permet désormais de réaliser dans un cadre peu médicalisé. Mais les féministes américaines qui travaillent avec lui vont encore plus loin. Au sein du mouvement dit de «self-help», elles revendiquent l'autonomie des femmes vis à vis de leur santé gynécologique.

«On utilisait une pompe à vélo montée à l'envers: au lieu d'insuffler de l'air, on aspirait et c'était relié à un manomètre de manière à évaluer précisément la puissance d'aspiration du vide dans le bocal»

Chantal Birman

Lucile Ruault, chercheuse en sociologie politique et spécialiste de l'histoire du MLAC, les décrit en ces termes:

«Le self-help est un courant de pensée, mais surtout une pratique féministe, qui a émergé aux États-Unis avant de se diffuser en Europe dans les années 1970. Cela consistait en un ensemble de pratiques autonomes de gynécologie effectuées par des féministes non-médecins. En premier lieu, elles pratiquaient l'auto-examen: elles utilisaient un spéculum et un miroir pour regarder comment est constitué le vagin et le col de l'utérus. Et puis elles se réunissaient au sein de petits collectifs pour observer la grande diversité des anatomies et reconstruire une image positive du corps des femmes mis à mal par la culture patriarcale. Elles ont aussi développé leurs propres thérapies pour soigner les affections gynécologiques: elles savaient les reconnaître et avaient par exemple remarqué que les antibiotiques pouvaient entretenir certaines affections. Mais elles ont aussi été beaucoup plus loin en pratiquant une induction des règles: “l'aspiration menstruelle”.

C'était une adaptation de la méthode d'avortement par aspiration qui présentait deux intérêts: d'une part, avorter très précocement dès quelques jours de retard de règles; mais aussi, évacuer potentiellement chaque mois les règles en quelques minutes. Enfin, elles sont intervenues dans divers scandales sanitaires sur les effets secondaires de la contraception hormonale ou des stérilets, et ont été en mesure de faire pression sur la recherche biomédicale.»

Pour Lucile Ruault, si les mouvements self-help ont relativement peu diffusé en France comparativement à d'autres pays comme l'Allemagne, l'Italie ou la Suisse, leur approche émancipatrice était pourtant bel et bien présente dans la pratique des militant-e-s de l'avortement. C'est ainsi qu'Olivier Bernard et ses camarades sont rentrés d'Angleterre émerveillés de leur rencontre avec Stella Lewis, animés du profond désir de faire profiter le plus rapidement possible les femmes de cette nouvelle méthode mais aussi de la volonté de la diffuser largement.

Quand les non-médecins avortaient

 

Dès le retour d'Angleterre, les premiers avortements par aspiration sont tentés. Les débuts sont chaotiques mais les espoirs sont grands: «Les femmes avaient souvent besoin d'un curetage pour finir d'évacuer l'utérus. Cela était dû à notre manque d'expérience, mais surtout du fait que nous dépassions la limite de dix semaines. Toutefois, c'était déjà un énorme progrès sur la sonde: certitude que la grossesse était interrompue, possibilité d'obtenir immédiatement un curetage par n'importe quel chirurgien sans avoir à faire de cinéma, et surtout suppression du risque majeur d'infection dû au maintien prolongé d'un corps étranger dans l'utérus.» 

Au cours de l'été 1972, leur technique s'améliore et les curetages secondaires deviennent moins nombreux. Harvey Karman fait un bref passage en France qui contribue à consolider la confiance des militants et l'expertise de leur geste. À Grenoble, Olivier Bernard et ses camarades commencent à enseigner la technique à des militants venus de la France entière:

«On a surtout formé des paramédicaux. Par exemple, à Rennes, c’est un infirmier qui est venu apprendre. Par contre à Paris, ce sont plutôt des médecins, comme Joëlle Brunerie, Pierre Jouannet qui s'étaient regroupés au sein du Groupe Information Santé (GIS). À Grenoble, c’était majoritairement des étudiants en médecine, à l'exception d'Annie Ferrey-Martin qui était anesthésiste. Dans d’autres villes comme Toulon ou Aix, c’était des femmes de milieu non médical qui venaient. Et il y a eu tout un débat parce que dans notre groupe, certains acceptaient de former les non-médecins et d'autres refusaient.» 

Petit à petit, les militantes du MLAC se forment ainsi à la technique Karman. Chantal Birman, à l'époque toute jeune sage-femme, a fait partie d'un groupe exclusivement composé de non médecins: «Dans le MLAC où j'étais, c'était surtout des enseignantes, institutrices ou professeurs, toutes volontaires, qui pratiquaient les avortements. On n'était que deux à être du milieu médical: une infirmière en psychiatrie et moi. On se séparait en deux groupes de cinq femmes, pour environ 10 avortements par semaine: un groupe en faisait 5, l'autre groupe en faisait 5. On utilisait une pompe à vélo montée à l'envers: au lieu d'insuffler de l'air, on aspirait et c'était relié à un manomètre de manière à évaluer précisément la puissance d'aspiration du vide dans le bocal. Les femmes qui avaient le plus de pratique apprenaient aux autres. Chacune d'entre nous était chargée d'une tâche: s'occuper de la bouteille, masser la femme, porter la malle avec le matériel, nettoyer, etc.»

Malgré les conditions difficiles et la peur due à la clandestinité, les résultats sont stupéfiants: «Sur tous les avortements qu'on a fait, je ne me rappelle que de deux complications. Dans les deux cas, c'était dû à une mauvaise estimation de la taille de la grossesse: la femme était enceinte de plus que ce qu'on avait évalué. On s'en est tout de suite aperçues et on a amené la femme à la maternité des Lilas où le gynécologue Pierre Boutin a terminé l'avortement qu'on avait commencé. Pour ces deux femmes, tout s'est finalement bien terminé. Même en n'étant pas des gens experts, on obtenait quand même des résultats 100 fois meilleurs qu'à l'hôpital!»

«On ne mendie pas pour un juste droit, on se bat pour lui»

Cette phrase du médecin autrichien Wilhelm Reich est rapidement devenue le slogan de la pratique clandestine des avortements Karman: pourquoi attendre qu'on nous y autorise pour avorter par nous-mêmes, mieux qu'à l'hôpital? C'est cette logique imparable qui a donné un coup d'accélérateur à la lutte pour l'avortement mais a aussi suscité des tensions au sein des mouvements militants. Pour l'avocate Gisèle Halimi, fondatrice avec Simone de Beauvoir de l'association Choisir, pratiquer ces avortements clandestins desservait la cause.

La parution en 1973 du livre Libérons l'avortement, rendant publiques ces pratiques, a révélé ces divergences. Olivier Bernard en témoigne: «C'est une petite anecdote, mais ce livre a été l’occasion d’un conflit avec Gisèle Halimi. À ce moment-là, on s’était constitués comme une antenne de l’association Choisir, or Gisèle Halimi tenait absolument à ce que le combat reste sur le plan de la légalité. Elle affirmait que toute action illégale serait contre-productive. Dans une assemblée générale de Choisir début 1973, son mari m'a empoigné, pris par le cou, et sorti manu militari de la salle, parce qu'on venait de sortir le livre.» 

Reste que l'embarras des pouvoirs publics face à cette pratique clandestine et bigrement performante est immense. Peu à peu émerge l'urgence d'une loi pour l'encadrer: «Ça aurait certainement pris quelques mois ou quelques années de plus s'il n’y avait pas eu cette nécessité pour le tout nouveau gouvernement Giscard de rétablir l’ordre. Tant que les avortements se passaient dans le secret, dans la clandestinité, et que les femmes mouraient en silence, le pouvoir pouvait fermer les yeux sur les pratiques illégales. Mais à partir du moment où on a rendu public cette transgression de la loi, c'était différent car nous avions l'opinion publique de notre côté. On s'en est rendu compte après la plainte des parents d'une mineure portugaise qui a conduit à la fermeture de notre local et à l'arrestation d'Annie Ferrey-Martin: le lendemain, il y avait 20.000 personnes dans les rues de Grenoble pour nous soutenir, et un non-lieu a été prononcé. Dès lors qu'il n'était plus possible de nous poursuivre, l'ordre d’État était bafoué et il fallait le rétablir.»


Le combat d'après

 

Une fois la loi Veil promulguée le 17 janvier 1975, l'action des militant-e-s de l'avortement ne s'est pourtant pas arrêtée. Olivier Bernard raconte:

«La situation était encore loin d’être idéale! D'une part, il a fallu quelques années pour que la loi soit réellement appliquée. Et puis, la loi était très incomplète: les femmes n’étaient pas remboursées, les mineures devaient avoir absolument une autorisation parentale, les étrangères n’y avaient pas droit. Il y avait aussi l'obligation d’avoir à signer le fait d’être en situation de détresse qui était difficile. Enfin, il y avait aussi beaucoup de résistance dans les services hospitaliers, notamment par les chefs de service de gynécologie. À Grenoble par exemple, le chef du service qui était aussi un des leaders du mouvement Laissez les vivre a été jusqu’à écrire un article dans le Dauphiné Libéré pour dire que nous méritions la peine de mort. À Rennes, pour obtenir l'ouverture d'un service d'avortement, l’hôpital a exigé que ce soit des médecins hospitaliers qui fassent les interventions. Il a donc fallu l’engagement du chef de service de neurologie et de néphrologie qui ont accepté de faire les premières interventions avant de passer la main à des médecins généralistes extérieurs.» 

«Quelques unes, à Lille et à Lyon aussi, ont poursuivi jusqu'en 1984, je l'ai découvert au cours de ma thèse: elles aidaient les mineures et les femmes qui ne pouvaient pas payer l'avortement»

Lucile Ruault

L'application effective de la loi mobilise donc de nombreuses forces militantes, déjà épuisées par plusieurs années de lutte. Malgré les insuffisances, la plupart des militant-e-s arrêtent les avortements clandestins, par respect pour la victoire. Une poignée d'entre elles poursuit néanmoins, avec la volonté de ne pas laisser l'avortement être dépossédé aux femmes par le monde médical. Lucile Ruault a pu retracer leur action après 1976 et jusque dans les années 1980:

«Le MLAC d'Aix-en-Provence était la figure de proue de ce que j'appelle les MLAC “dissidents”, c'est à dire ceux qui ont continué à avorter après la loi. Pour beaucoup de militantes des MLAC, ces pratiques étaient des dérives: leur combat avait été celui pour l'avortement libre et gratuit, continuer à domicile n'allait pas dans le sens d'un accès égalitaire aux soins. Pourtant, dans les MLAC dissidents, il s'agissait de se battre tant pour l'avortement dans les hôpitaux que pour maintenir cette possibilité d'avorter “autrement”, entre femmes, et de maintenir ces savoir-faire.

Ces militantes ont donc d'abord continué de manière esseulée, puis comme il y a eu des procès elles ont pu se retrouver et se soutenir. À Aix par exemple, elles ont été très entourées, du coup elles espéraient que des groupes reprendraient les avortements. Au final, un seul groupe à Paris, le MLAC de la place des Fêtes, a repris les avortements. Dans les archives, il y a pourtant beaucoup de preuves que ces initiatives attiraient des féministes, que beaucoup d'entre elles se disaient “Il faut qu'on y aille, c'est super ce qu'elles font”, mais ça ne s'est pas fait. Quelques unes, à Lille et à Lyon aussi, ont poursuivi jusqu'en 1984, je l'ai découvert au cours de ma thèse: elles aidaient les mineures et les femmes qui ne pouvaient pas payer l'avortement, elles recevaient aussi des femmes en quête d'un accompagnement plus chaleureux et non culpabilisant, ce qu'elles ne trouvaient pas à l'hôpital.»

Un héritage perdu

 

Aujourd'hui, pour la majorité des femmes en âge de procréer, l'avortement par aspiration est un acte médical, chirurgical même, que beaucoup redoutent tant les récits de maltraitances gynécologiques sont encore fréquents. Pour les éviter, elles se tournent vers l'avortement médicamenteux, une alternative légitime, la seule technique d'avortement qui permet de rester chez soi mais qui implique aussi d'assister aux importants saignements nécessaires à l'évacuation du contenu utérin. Pourtant, dans les années 1970, on savait avorter en quelques minutes, presque sans douleur et –malgré la clandestinité– avec bienveillance:

«Le jour de l'intervention, [la femme] prendra connaissances des lieux, du matériel, du praticien et souvent d'une autre femme venue se faire avorter en même temps. On répond aux questions qu'elle peut encore se poser [ndlr : plusieurs entretiens avec une intermédiaire étaient prévus en amont pour que les femmes puissent parler de leur choix et se sentir en confiance]. Elle est souvent accompagnée par son ami ou mari, mais aussi par une camarade ou une sœur... qui pourra assister à l'aspiration si la femme le souhaite. Tout au long de l'intervention, le praticien et l'intermédiaire expliquent ce qui se passe, montrent à la patiente son utérus à l'aide d'une glace et essaient de la faire participer activement. L'avortement terminé, la femme s'allonge un moment, prend une tasse de café en ayant un dernier échange avec l'équipe, dans une atmosphère généralement beaucoup plus détendue qu'avant.»

Interrogé sur la situation actuelle, Olivier Bernard regrette la mise au second plan de l'accompagnement humain de l'avortement: «Effectivement, il y a aujourd'hui une médicalisation à outrance de l’interruption de grossesse. La sécurité sur le plan strictement médical a été acquise au prix de la perte de cet entourage chaleureux que l’on assurait à l'époque. Aujourd’hui, il reste quand même une grande différence entre la pratique des hôpitaux où l’activité d’IVG est intégrée à l’activité de gynécologie, et les centres plus ou moins autonomes entièrement dédiés à l'IVG. Dans le premier cas, les IVG sont faites par des gynécologues hospitaliers du service, généralement sous anesthésie générale et sans se préoccuper du vécu des femmes. Dans les centres autonomes, il y a un personnel dédié, volontaire, ayant souvent une pratique militante. Là bas, les avortements se font majoritairement sous anesthésie locale dans un souci d'entourage, d'écoute, et d'accompagnement. Moi qui ai pratiqué des avortements pendant quarante ans, j'ai presque toujours préféré faire l'anesthésie locale pour pouvoir maintenir la communication, le dialogue et en laissant la possibilité pendant l’intervention à la femme d’exprimer son ressenti, même quand elle est en détresse. Pour moi, l'anesthésie générale, c'est un peu comme un bâillon, et puis médicalement, ça rajoute un risque inutile.»

Chantal Birman s'élève elle aussi contre cette surmédicalisation et cette déshumanisation de l'avortement: «Ça a toujours été comme ça! Le pouvoir des médecins, c'est de tout ramener à l'hôpital parce que c'est là qu'ils sont chez eux, c'est là que la hiérarchie les met au sommet! En réalité, on pourrait tout à fait faire des avortements par aspiration hors de l'hôpital, à condition qu'il y ait une équipe de médecins qui puissent récupérer les éventuelles complications. Il faudrait que des conventions soient signées dans les centres de santé, comme ça se fait en Belgique! Je pense d'ailleurs que c'est en cours de réflexion.  À l'hôpital aussi les choses bougent: jusque là, c'était surtout les internes qui faisaient les avortements et petit à petit, les sages-femmes s'y mettent. C'est lent, parce que les sages-femmes ont toujours peur d'un geste qu'elles n'ont jamais fait. Mais je trouve que c'est très bien parce que du coup, quand elles se lancent dans un geste, elles le font bien. Et on le voit avec la contraception, les poses de stérilet. Tout le monde avait crié mais au final, il n'y a pas une seule complication, ça prouve à quel point il faut leur faire confiance.»

«On ne sait jamais ce qui peut arriver»

 

Alors, si le droit à l'avortement venait à être remis en question, devra-t-on vraiment ressortir les aiguilles à tricoter et mourir en silence? Ou plutôt rouvrir les MLAC et s'emparer définitivement des canules? «Tout dépend de la mobilisation sociale, répond Chantal Birman. Il ne faut pas oublier que dans les années 1970, l'ensemble de la population des femmes était dans la rue: il y en avait marre qu'elles meurent, qu'elles meurent bêtement. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.» 

Sur le plan technique, Lucile Ruault considère:

«On peut légitimement penser qu'on ne ressortirait pas les aiguilles à tricoter! Aujourd'hui en France, il y a encore des anciennes militantes du MLAC qui ont ce savoir et qui pourraient le transmettre. Quand j'ai interrogé ces femmes sur les raisons pour lesquelles elles ont gardé tout le matériel d'avortement, elles m'ont dit “on ne sait jamais ce qui peut arriver”. Si elles ont conservé leurs canules, ce n'est pas dans un esprit de nostalgie, mais dans l'idée qu'un retour en arrière est toujours possible et que des femmes venant de pays où l'avortement est interdit pourraient très bien venir apprendre ce savoir-faire.»

Reste qu'en France, l'avortement peut toujours tomber sous le coup de la loi: s'il était réalisé au delà du délai légal, ou encore s'il était pratiqué par une personne n'ayant pas la qualité de médecin ou de sage-femme. Seul l'auto-avortement a été totalement dépénalisé depuis 1993, le fait de fournir à une femme le matériel pouvant y conduire restant pénalisé. Est-ce à dire comme semblent l'indiquer les données de la jurisprudence, que depuis les années 1970, aucun avortement illégal n'a eu lieu? Pour Lucile Ruault, la réponse ne fait aucune doute:

«Dans toutes les sociétés, les femmes ont avorté et avorteront toujours en partie par elles-mêmes. Après, je ne pense pas que la justice et la police soient vraiment à la recherche actuellement de ce genre d'histoires, et puis, les femmes savent être discrètes. Mais, même si on parle d'une proportion absolument infime, en France, je suis certaine que toutes les femmes aujourd'hui n'avortent pas à l'hôpital pour des raisons plus diverses que l'impossibilité d'accéder aux soins –réalité qu'on ne doit bien sûr pas sous-estimer! Mais plus généralement, s'il ne s'agit pas de nier le nombre de femmes qui ont pu dans le passé mourir ou être mutilées après un avortement illégal, à force de n'avoir dit que ça, on a fini par nier l'autonomie que les femmes pouvaient avoir là-dedans.» 

De quoi méditer la pensée de Jeanne Weiss, qui fut présidente du MLAC et anesthésiste-réanimatrice à la Maternité des Lilas: «La contraception on nous l'a donnée, l'avortement on l'a pris.»

Béatrice Kammerer
Béatrice Kammerer (40 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte