Life

Le mythe du Google Phone

Farhad Manjoo, mis à jour le 19.12.2009 à 13 h 14

Le mastodonte des moteurs de recherche est-il vraiment en train de concevoir son propre téléphone portable?

Depuis des mois, les blogs techniques salivent d'envie à l'idée que Google pourrait bientôt commercialiser son propre téléphone cellulaire. Ce débat a toujours été un peu bizarre. Google a sorti son système d'exploitation mobile, Android, voici deux ans, et plusieurs appareils tournant sur cette plateforme ont depuis vu le jour, à commencer par le très acclamé Motorola Droid. Tous les téléphones Android ne sont donc ils pas des «Google Phones»? Non, pas selon la rumeur qui insiste pour dire que Google - forcé ici de conclure un marché avec des fabricants de téléphones portables et des opérateurs de téléphonie mobile extérieurs -, n'a jamais eu la possibilité de concevoir son téléphone comme elle le voulait vraiment. Le «véritable» Google Phone serait conçu des pieds à la tête par Google et serait vendu directement par l'entreprise sans passer par l'intermédiaire d'un opérateur. «Comme l'iPhone pour Apple», soulignait Michael Arrington de TechCrunch, «ce téléphone incarnerait totalement ce que Google imagine d'un téléphone».

Pendant le week-end, certaines sources nous ont dit que le mythique Google Phone pourrait devenir réalité. Au «all-hands meeting» de vendredi, Google a offert à ses employés un joli petit téléphone à tester. Quelques secondes plus tard, les premières fuites décrivant l'appareil ont commencé à faire leur apparition sur Twitter. Ensuite, le Wall Street Journal y est allé de ses détails: le téléphone s'appelait Nexus One qui, bien que fabriqué par la compagnie taïwanaise HTC, ne porte que le logo de Google et sera vendu directement aux consommateurs, sans passer par un opérateur. Grâce à Engadget qui a réussi à se procurer un ensemble d'images, on sait aussi que le téléphone a vraiment fière allure.

Mais sinon, c'est tout ce que nous savons - et ce n'est pas beaucoup. La seule déclaration officielle de Google n'est pas très précise - sur son blog, l'entreprise dit avoir donné cet appareil à ses employés pour qu'ils puissent tester «des nouvelles fonctionnalités et capacités mobiles». Le Nexus One est-il donc un vrai Google Phone, un appareil qui se différencie de tous les autres téléphones Android - ou est-il juste la toute dernière incarnation d'Android, c'est-à-dire le prototype de ce qui sera bientôt disponible sur tous les téléphones tournant sous l'OS de Google?

Fonctionnalités exclusives


L'avenir du business cellulaire pourrait bien dépendre de cette question. Si Google projette réellement de vendre un téléphone avec de telles fonctionnalités exclusives - s'il est vraiment en train de concevoir des logiciels qu'il ne partagera pas avec d'autres fabricants de mobile -, alors cette étape pourrait marquer une énorme mutation dans l'industrie du sans fil.

Le Nexus One n'est en rien quelque chose de spécial. Il est tout à fait possible que Google tente de vendre un téléphone directement à ses consommateurs, mais je serai choqué si l'appareil pouvait faire quelque chose d'impossible sur les autres téléphones. Pourquoi? Voici ma petite compilation de raisons:

Google ne se soucie pas d'hardware. Google fait du software - des logiciels fantastiques, merveilleux et qui changent le monde. Et c'est à peu près tout ce qu'elle fait. Ce n'est pas négatif de ma part; l'obsession logicielle de Google est l'une de ses plus grandes forces. Depuis sa création, Google a mis un point d'honneur à rendre disponible auprès de tout le monde des codes extraordinaires, quelques soient les appareils. La plupart de ses programmes fonctionnent sur Internet et on peut y accéder de n'importe quel téléphone ou ordinateur de la planète. Même ses applications hors-web ne favorisent jamais une seule plateforme: Chrome, son navigateur web fonctionne sur Windows, Mac et Linux. Même s'il a créé un OS mobile concurrent, Google offre diverses applications pouvant tourner sur l'iPhone - en fait, Google ferait bien plus d'applications iPhone si Apple le lui permettait.

L'interopérabilité de Google n'est pas une question d'altruisme - c'est une bonne stratégie marketing. L'entreprise tire la majorité de ses bénéfices de la publicité. Google n'a donc aucune raison financière de préférer que j'aille sur le web grâce à un iPhone, Droid, Blackberry ou via un ordinateur tournant sous Windows 7 - son unique souci, c'est que j'aille sur Internet et que je reste sur Internet, toute la journée, et tous les jours de la semaine.

Mais tout cela changera si Google s'aventure dans des affaires matérielles. Comment vendez-vous un téléphone? En assurant votre clientèle que ce téléphone ne fera pas la même chose que les autres. En d'autres termes, pour que le Google Phone soit une véritable aubaine, il faut que Google le remplisse de fonctionnalités exclusives - et viole alors le principe fondamental d'interopérabilité de Google.

Tout simplement, je ne pense pas que cela soit possible; ce n'est pas dans les gènes de cette entreprise que de concevoir des logiciels qui ne fonctionnent que sur un seul appareil. Au contraire, je parie pour que Google fera en sorte de rendre toutes les fonctionnalités montrées sur le Google Phone accessibles sur n'importe quel appareil mobile. Est-ce qu'il y aura un seul et unique Google Phone? Non - tous les téléphones seront des Google Phone.

Android ne se porte pas si mal. Le projet Android est une idée Google classique - l'entreprise donne gratuitement le système d'exploitation à des fabricants de téléphone en espérant qu'ils créent une large gamme d'appareils pouvant se connecter au Web. Les téléphones Android sont loin d'être aussi populaires que l'iPhone mais l'OS n'a cessé de monter en puissance ces derniers temps. Motorola, HTC et d'autres fabricants ont tous de nombreux téléphones Android dans les tuyaux. Encore mieux pour Google, les opérateurs et les fabricants sont en train de signer des accords pour vendre Android comme un concurrent pertinent de l'iPhone - exactement la stratégie que j'avais conseillée cet été.

Encore une fois, tout ceci changera si Google se met à vendre le «vrai» Google Phone. Après avoir coopéré avec des fabricants pour concevoir un super OS mobile, Google devra leur tourner le dos et les concurrencer. Vous pouvez attendre des fabricants de téléphones portables qu'ils fassent marche arrière - ils pourraient même se séparer d'Android purement et simplement (après tout une nouvelle version de Windows Mobile arrive bientôt), ou ils pourront faire que l'OS devienne moins favorable à Google (en empêchant à Gmail par exemple d'être la messagerie par défaut ou en faisant de Bing le moteur de recherche prioritaire). Il est difficile d'imaginer Google provoquer intentionnellement de telles représailles.

Sans abonnement


Vendre des téléphones sans abonnement est risqué. La plupart des fabricants de téléphones aux États-Unis font vendre leurs appareils par des opérateurs. Ces accords fonctionnent en offrant aux consommateurs une réduction sur le prix du téléphone. L'iPhone, par exemple, est vendu à 599$ - mais si vous vous engagez pour deux ans avec AT&T, l'opérateur se paye sur votre facture, et l'appareil ne vous revient qu'à 199$.

Les premières analyses disent que Google prévoit de laisser tomber ce modèle de réduction pour le Nexus One. Les consommateurs se verront plutôt proposer un téléphone «débloqué» directement par Google - un téléphone qui fonctionnera avec de nombreux opérateurs dans le monde. Les clients pourront ensuite utiliser leur téléphone tout de suite, sans changer d'abonnement.

Mais cette stratégie est très risquée. D'abord, les téléphones nus sont évidemment plus chers que les téléphones avec abonnement - on ne sait pas trop comment le Google Phone pourra concurrencer l'iPhone ou d'autres téléphones Android s'il est vendu pour plus cher. Peter Kafka d'All Things D rapporte que Google a proposé à Verizon de vendre le téléphone dans ses boutiques mais que Verizon a décliné l'offre. Aujourd'hui, selon Kafka, T-Mobile - qui vend déjà plusieurs téléphones Android - serait sur les rangs pour vendre le Nexus One sans le lier à un opérateur. Cela semble tout aussi bizarre: pourquoi T-Mobile voudrait vendre un téléphone qui ne serait pas captif de son réseau?

Je suppose que nous ne savons pas tout dans cette histoire. Comme le souligne Joshua Topolosky d'Endadget, ce n'est pas la première fois que Google donne à ses employés une version d'essai d'un téléphone à venir - des appareils qui, plus tard, sont devenus des téléphones Android standard, disponibles chez de nombreux opérateurs. Le Nexus One reproduit peut-être cette histoire encore une fois - un super nouvel appareil qui représente la nouvelle génération de la plateforme Android, un téléphone dont les fonctionnalités finiront par se retrouver dans d'autres téléphones Android. Non pas le Google Phone mais un Google Phone - un parmi tant d'autres.

Farhad Manjoo

Traduit par Peggy Sastre

Image de Une: Le Google Ion et l'iPhone, dailylifeofmojo, Flickr, CC

SI VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE, VOUS APPRÉCIEREZ PEUT-ÊTRE: «Peut-on encore sauver Android, le Googlephone»

Farhad Manjoo
Farhad Manjoo (191 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte