Science & santéMonde

Un chien a réussi à duper 7 revues scientifiques en se faisant passer pour une professeure

Repéré par Galaad Wilgos, mis à jour le 29.05.2017 à 17 h 09

Repéré sur PerthNow, Atlas Obscura

Un professeur cherchant à dénoncer les impostures, les inattentions et les abus dans les comités de rédaction scientifiques a fait passer son chien pour une universitaire patentée et à le faire accepter comme relecteur dans plusieurs revues scientifiques.

Un American Staffordshire Terrier se ballade dans une forêt | https://www.flickr.com/photos/darrenflinders/ via Flickr CC https://help.yahoo.com/kb/flickr/SLN25525.html?impressions=true by

Un American Staffordshire Terrier se ballade dans une forêt | https://www.flickr.com/photos/darrenflinders/ via Flickr CC https://help.yahoo.com/kb/flickr/SLN25525.html?impressions=true by

Olivia Doll, rédactrice adjointe du Global Journal of Addiction & Rehabilitation Medecine, est une chercheuse pas comme les autres. Ses recherches vont de «la proximité entre oiseaux et chiens dans les banlieues métropolitaines» et «les bénéfices des massages abdominaux pour les chiens de taille moyenne». Et pour cause: le docteur Olivia Doll n’est autre que l’American terrier Ollie, dont les passe-temps favoris sont, selon l’Atlas Obscura, chasser les oiseaux et se faire masser le ventre. Mais elle s’occupe aussi l’esprit en faisant partie non pas d’un, mais de sept comités de rédaction de journaux médicaux.

Le maître d’Ollie, Mike Daube, est à l’origine de ce canular incroyable, et le digne héritier des Sokal & Bricmont et autres Huneman & Barberousse. Ce professeur de politique de la santé à l’université Curtin en Australie explique dans une vidéo du PerthNow qu’il avait commencé par simplement faire une blague en enrôlant son chien pour les postes concernés avec un CV incluant un passage au Collège Subiaco de science vétérinaire ainsi qu’un passé d’adjoint du Shenton Park Institute for Canine Refuge Studies (un nom de code pour son passé dans un refuge pour chiens). Mais il a vite compris que cela pouvait être en réalité un excellent moyen de dénoncer les pratiques prédatrices de certains journaux.

Kylie Minogue à lunettes

«Tous les académiciens reçoivent ce genre d'e-mails de faux journaux, explique-t-il au PerthNow. Ils essaient de prendre avantage d’académiciens plus jeunes et naïfs, de chercheurs naïfs» qui veulent plus de publications à ajouter à leur CV. Bien que ces journaux aient l’air prestigieux, ils font payer des chercheurs pour publier et ne font même pas attention aux qualifications ou ne font pas examiner les articles par des pairs. C’est ainsi qu’un chien a pu s’insérer dans leur comité de rédaction.

Mais le plus comique –ou le plus tragique, c’est selon– reste encore à venir. Daube a ainsi expliqué dans le Medical Journal of Australie’s InSight Magazine qu’un journal a carrément demandé à son chien de relire un article scientifique d’un chercheur à propos du traitement de tumeurs de gaîne nerveuse. «Une pauvre âme a écrit un article sur ce thème de bonne foi, pour qu’ensuite le journal l’envoie à un chien pour relecture», explique-t-il.

Plusieurs de ces revues scientifiques ont manqué de flair au point de mettre sur le profil du docteur Olivia Doll une photo, envoyée par Daube... de Kylie Minogue portant des lunettes!

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte