Science & santéScience & santé

Le réchauffement climatique va (aussi) pourrir nos nuits

Repéré par Robin Panfili, mis à jour le 28.05.2017 à 10 h 39

Repéré sur Vocativ, Quartz

Avec des températures en hausse, préparez-vous à des nuits agitées.

Lorsque les nuits sont trop chaudes, la science a déjà prouvé que vous dormirez moins bien que d'ordinaire. Car, avec des températures trop élevées, votre horloge du sommeil, ou horloge circadienne qui régit votre endormissement et votre réveil, se dérègle. La suite, vous la connaissez: vous vous retournez dans tous les sens dans le lit, vous dites adieu à votre couette, vous lancez votre ventilateur, en attendant que le sommeil vous tombe enfin dessus.

Et, dans les mois et années qui arrivent, cela ne devrait pas aller en s'arrangeant. C'est en tout cas ce qu'affirme le chercheur Nick Obradovich qui, à travers une étude publiée dans la revue Science Advances, a étudié les liens entre une hausse des températures –notamment la nuit– et le sommeil. En s'appuyant sur un fichier de données et sur un panel de 765.000 Américains, il en est arrivé à la conclusion qu'un mois affichant des températures supérieures de un degré aux températures actuelles représenterait neuf millions de nuits désagréables de plus dans la population américaine.

Qui va en souffrir le plus?

Le magazine Vocativ ajoute:

«La perturbation du sommeil n'est pas seulement une nuisance. Il y peut y avoir de sérieuses conséquences sur la santé, dont un affaiblissement du système immunitaire ou une plus grande vulnérabilité aux maladies comme le diabète, l'obésité, la dépression, ou des problèmes de cœur. Le manque de sommeil empêche le cerveau de se régénérer correctement après une longue journée, entraînant des problèmes de mémoire et d'attention.»

Si l'étude ne concerne ici que les États-Unis, tous les autres pays de la planète seront concernés, dans des proportions plus ou moins similaires, en fonction de leur climat. Dans son étude, le chercheur Nick Obradovich semble en tout cas convaincu d'une chose: ces problèmes de santé représenteront un challenge pour la société et les pouvoirs publics bien plus important et bien plus vaste que ce qu'il n'est aujourd'hui.

Autre constat: les personnes qui sont les plus menacées par cette dégradation du sommeil sont également les plus vulnérables, en l'occurrence les personnes âges de 65 ans et plus, et celles dont le revenu annuel n'excède pas les 50.000 dollars.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte