Monde

Dans un collège américain, des professeurs désignent l'élève le plus susceptible de devenir un terroriste

Repéré par Mélissa Bounoua, mis à jour le 27.05.2017 à 14 h 33

Repéré sur KHOU, Washington Post

La jeune fille de 13 ans qui a reçu ce faux prix n'est plus retournée en classe depuis.

Capture d'écran d'un reportage sur Lizeth Villanueva

Capture d'écran d'un reportage sur Lizeth Villanueva

Au Texas, près de Houston, des professeurs sont sanctionnés pour avoir remis un faux prix à une élève qu'ils ont estimés être «la plus susceptible de devenir une terroriste». 

«Ils ont pensé que ça ferait une bonne blague», explique la collégienne Lizeth Villanueva, 13 ans, à la radio KHOU, affiliée à CBS. Elle a obtenu ce faux prix lors d'une cérémonie parodique cette semaine au collège Anthony Aguire. Lizeth a dit que la professeure qui remettait les prix aux élèves le faisait devant d'autres professeurs qui regardaient et rigolaient. 

«Elle a dit que certaines personnes pourraient être choquées, mais que nos sentiments lui importaient peu. Elle en rigolait.»

«Il n'y a rien de drôle», déclare encore l'adolescente à une chaîne de télé locale, après avoir fait référence à l'attentat-suicide qui a fait 22 victimes après un concert d'Ariana Grande à Manchester. La remise des prix a eu lieu au lendemain de l'attaque, le mardi 23 mai.

Cela ne fait pas du tout rire la mère de Lizeth. «J'ai lu deux fois et je me suis dit: “Mais qu'est ce que c'est que ce truc?”» Sa fille n'a jamais eu de problème de discipline, assure-t-elle.

Le principal du collège s'est excusé. La jeune fille voudrait voir ces professeurs renvoyés mais les sanctions ne vont pas jusque-là pour l'instant. Elle n'est pas retournée en classe depuis l'incident. L'administration en charge de l'école dans la petite ville de Channelview a publié un communiqué:

«Nous voudrions nous excuser pour cette cérémonie parodique et ces prix choquants et offensants attribués à des élèves en classe. Nous voudrions assurer à tous les élèves, parents et membres de la communtautés que ces prix ne sont pas représentatifs de notre vision et de notre mission pour l'éducation des enfants de la région.»

La jeune fille précise au Washington Post que les autres prix récompensaient l'élève «le plus susceptible de pleurer pour un rien» ou celui qui avait «le plus de chance de devenir sans-abri»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte