Sports

Comment la technologie est en train de créer les meilleurs joueurs de football au monde

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 26.05.2017 à 15 h 25

Repéré sur Ars Technica

Au Benfica Lisbonne, des centaines de milliers de données sont triées après chaque match et entraînement.

Image tirée d'une vidéo YouTube

Image tirée d'une vidéo YouTube

Le Benfica Lisbonne, meilleure équipe de football portugaise et club formateur pour le moins réputé, est devenu expert dans un domaine très particulier: le recrutement de jeunes talents et leur transfert, des années plus tard, pour des sommes faramineuses. Par exemple, Jan Oblak a été recruté en 2010 pour 1,7 million de dollars, et a été transféré en 2014 à l’Atlético Madrid pour 16 millions de dollars.

Le club a bien évidemment un secret. Ars Technica explique sur son site que le Benfica est l’un des clubs les mieux équipés en terme de technologies et de science des données. Tous les clubs analysent les données, mais au Benfica, «il y a prêt de 100 joueurs qui s’entraînent activement sur le campus, et presque chaque aspect de leur vie est enregistré, analysé et amélioré grâce à la technologie. Combien peuvent-ils manger et dormir, à quelle vitesse peuvent-ils courir, s’user et récupérer, l’état de leur santé mentale: tout est digéré dans grand lac de données Des centaines de milliers de données sont collectées à chaque match ou session d’entraînements grâce à de petits capteurs.

Sauf que ces capteurs peuvent parfois se révéler envahissant et gêner le jeu des joueurs. C’est pour cela que le club portugais songe à adopter la «vision par ordinateur» avec caméras qui traquent les joueurs comme la balle et permettent de créer un plan 3D du terrain pour obtenir des données très variées comme la capacité de saut des joueurs. Dans la vidéo ci-dessous, on peut observer le laboratoire 360S, mis en place il y a quelques années déjà et qui permet aux joueurs d’interagir avec des filets équipés de LED et qui testent leur rapidité ou encore leur précision.


Mais pour mettre en place tout cela, il faut avoir les compétences nécessaires: il s’agit d’un champ d’étude assez neuf pour le football. Joao Copeto, chargé des technologies d’informations au club, explique: «C’est un processus d’apprentissage pour nous. La science des données et le machine learning sont des nouvelles disciplines, et ce n’est pas facile de trouver des gens qui savent comment utiliser ces outils, et comment les intégrer dans notre travail au quotidien.»

Le but, au final, est de prévenir au mieux le risque de blessure en cernant aux mieux les capacités maximales de chaque joueur et en adaptant leur entraînement pour réduire ce risque. Une bonne nouvelle pour les joueurs donc, même si cela peut aussi augmenter le sentiment de rivalité avec ses collègues. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte