Science & santéFrance

«C'est inhumain»: le calvaire des victimes de canulars téléphoniques

Christophe-Cécil Garnier, mis à jour le 27.05.2017 à 12 h 04

Les canulars téléphoniques, trop souvent considérés comme des simples blagues, peuvent être dévastateurs pour la vie des personnes ciblées.

Cyril Hanouna lors d'une émission de «Touche pas à mon poste» qui revient sur les conséquences de son canular, le 19 mai 2015

Cyril Hanouna lors d'une émission de «Touche pas à mon poste» qui revient sur les conséquences de son canular, le 19 mai 2015

Cyril Hanouna a piégé des homosexuels en organisant des canulars téléphoniques dans son émission «Touche Pas à Mon Poste». 32.500 signalements ont été envoyés au Conseil Supérieur de l’audiovisuel (CSA), presque autant que sur l’ensemble de l’année 2016 (37.300). Des critiques qui ont redoublé lorsque l'un des jeunes hommes piégés a été «viré de chez lui» car ses parents n’étaient pas au courant de son orientation sexuelle. Cyril Hanouna a écrit une lettre d'excuses publiée dans Libération: 

«Ma motivation était certes comme toujours de vous divertir et de partager avec vous ce que j’ai cru, dans un instant de passion, drôle. Cela ne l’était pas et je ne me suis pas mis à la place des personnes que j’associais à mon canular.»

Avant de souligner que l'homophobie est un problème d'ampleur en France: «Ce sketch est allé trop loin. Je n’ai jamais voulu les stigmatiser d’aucune manière.» Mais il finit en disant qu'il aimerait rire de tout: 

«J’ai toujours pensé que rire de tout avec tout le monde était la meilleure manière de respecter toutes les différences, d’inclure, de rapprocher, de rassembler, bref de s’aimer. J’avais tort. Nous n’en sommes malheureusement pas encore là en France.» 

Le problème est que le sketch était homophobe et que le procédé –le canular– est loin d'être toujours vécu comme une «blague». Malgré la distance téléphonique, se faire moquer à l'autre bout du fil peut être extrêmement douloureux. «Les conséquences d’un canular téléphonique peuvent être dramatiques pour l’individu, indique le psychologue Boris Charpentier. Il y a un état de stress post-traumatique qui peut se développer et une réaction de détresse qui perturbe la vie professionnelle et personnelle des individus concernés».

Le canular téléphonique s'est surtout popularisé à la radio. Des humoristes et animateurs comme Arthur, Difool, Gérald Dahan ou Jean-Yves Lafesse en sont coutumiers. Cyril Hanouna le faisait également sur Virgin Radio. Après les nombreuses plaintes auprès du CSA, une enquête a été ouverte pour «appels téléphoniques malveillants et usurpation d’identité» après des canulars de Cyril Hanouna visant des commissariats en région parisienne, révèle Le Parisien.

Des canulars aux faits divers

Mais le format se réalise aussi entre particuliers. En mars 2013, une femme de 37 ans appelle des centaines de personnes en Meurthe-et-Moselle en se faisant passer pour un médecin. Elle leur annonçait qu’un proche était hospitalisé. Lors de son procès en octobre de la même année, une retraitée a raconté l’histoire qui s’en était suivi: «J’ai vécu un enfer [...]. C’est inhumain ce qu’elle m’a fait vivre». La personne avait longtemps attendu à l'hôpital.

Mi-mai, une famille habitant dans le Nord avait été victime d’un «swatting», un canular téléphonique anonyme vers les autorités pour faire croire au besoin d'une intervention d'urgence chez un particulier pour lui nuire. Dans le cas de cette famille nordiste, les forces de l’ordre avaient été prévenues qu’un homme retranché et armé allait «commettre l’irréparable», détaille La Voix du Nord.

«Depuis hier [jeudi 18 mai, ndlr], on n’a plus de vie, déclare le père de famille au quotidien. Ce qui m’ulcère le plus, ce sont toutes ces choses fausses qu’on a entendues, vues ou lues sur les réseaux sociaux. Comme quoi j’aurais étranglé, posé une bombe à l’école, fait feu, etc. Des personnes ont même diffusé des vidéos. Et il y a des gens qui viennent regarder chez nous à travers les carreaux…» 

L’homme a également critiqué l’absence d’une cellule psychologique:

«Depuis la fin de l’intervention, on est seuls. Sans aide».

Incapable de décrocher son téléphone

D’après Boris Charpentier, les problèmes peuvent durer bien après le canular: «Il y a des troubles neuro-végétatifs qui font que l’on est dans un état de qui-vive permanent».  Selon lui, il y a des «déclencheurs» enfouis dans des parties du cerveau, comme quelqu’un qui a été dans un accident de voiture.

«Le moindre élément rappelle potentiellement le traumatisme. La personne qui a vécu un canular téléphonique peut être incapable de décrocher son téléphone.»

Un tel événément peut également entraîner une perte de confiance envers toute relation numérique ou téléphonique, dès que l'on ne voit pas à qui l'on s'adresse.

C’est pour cela que Boris Charpentier insiste sur le fait que les victimes doivent être prises au sérieux, car elles peuvent se trouver dans une sorte de «phobie sociale». «Avec des cauchemars de répétition, la victime a le sentiment de pouvoir se faire agresser à tous moment, renchérit Boris Charpentier. Comme si le traumatisme était inscrit sur un DVD qui passait en boucle».

Une pratique condamnable par la justice

Le psychologue rencontre plus des victimes de cyber-harcèlement via les réseaux sociaux mais il assure que les conséquences d’un canular téléphonique sont similaires à du harcèlement car «cela peut amener une dépression». Surtout que la distance téléphonique, et l’anonymat qui en résulte, «vont amplifier le degré de violence».

D’ailleurs, l’article 222-16 du Code pénal dispose bien que les «appels téléphoniques malveillants réitérés, les envois réitérés de messages malveillants émis par la voie des communications électroniques ou les agressions sonores en vue de troubler la tranquillité d'autrui» sont punis d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende.

Une peine lourde mais les conséquences d'un canular téléphonique sont parfois dramatiques. Lorsque Kate Middleton avait été hospitalisée en 2013, deux animateurs australiens avaient berné une infirmière en se faisant passer pour la reine Elizabeth II. L’infirmière s’était suicidée devant les répercussions médiatiques, tenant les deux animateurs pour coupables.

En France, le cas du hacker franco-israélien Ulcan relève du harcèlement et du «swatting», impliquant les autorités. En 2014, il cible un journaliste de Rue89 qui a écrit sur lui et appelle la police en affirmant qu'il a tué père et mère. Après avoir vu la police débarquer chez lui, quelques jours plus tard, le père meurt d'un infarctus.

Avec les réseaux sociaux, un «effet boule de neige»

Après sa série de canulars –où il s’est fait passer pour Jean José, bisexuel de 26 ans, «très sportif et super bien monté» sur un site de rencontre, dans une émission spéciale «TPMP Baba hotline»– Cyril Hanouna a publié une lettre d’excuse. Six hommes et une femme avaient appelé, devant plus d’un million de téléspectateurs. L’animateur avait parlé aux hommes en adoptant des attitudes clichés d’homosexuels.

Boris Charpentier explique que ce qu’ont vécu les piégés, c’est une «humiliation publique». Et ça ne s’arrange pas avec la diffusion sur les réseaux sociaux:

«Il y a un effet boule de neige, cette simple agression va générer des commentaires qui vont se multiplier. Et finalement, au lieu d’un individu, on se retrouve face à beaucoup plus de personnes.»

Depuis, le présentateur star de C8 a vu ses annonceurs le lâcher un par un. Au point que la régie publicitaire de Canal+ (dont dépend la chaîne de la TNT) a annoncé mercredi à ses annonceurs que les publicités diffusées lors des émissions de l’animateur seraient coupées «pour un temps», selon Le Parisien.

Le rire doit être communicatif

Pour le psychanalyste et psychothérapeute Fernando De Amorim, ce canular là n’a pas été une «pratique respectueuse de l’être humain». Il établit une distinction entre le canular téléphonique et le trait d’esprit et cite l’écrit de Freud de 1905, Le mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient. Dans ce document, le fondateur de la psychanalyse insiste sur le fait que le plaisir du «Witz» (traduction allemande du trait d’esprit) suppose une connivence avec autrui et des connaissances partagées. Le rire y est un phénomène collectif et communicatif.

«Quand on fait une blague comme celle d’Hanouna, les personnes qui rient sont lui et les gens qui partagent ses idées. Celles qui ont vécu et vivent ça en tant que victime, ce n’est plus drôle», insiste Fernando De Amorim.

Ce dernier estime pourtant que les canulars téléphoniques peuvent être «très drôles». «Un des experts, c’est Jean-Yves Lafesse. Car il n’y a pas d’humiliation de l’autre, il ne le dénigre pas». L’humoriste a pourtant avoué il y a deux ans qu’il regrettait certaines choses sur son ancienne radio Carbone 14.

Régler ces troubles pour les victimes de canulars téléphoniques n’est pas chose aisée. Parce qu’elles peuvent avoir une sorte d’incompréhension de leur entourage. «La logique est malicieuse parce qu’en plus, les proches de la victime vont lui dire qu’elle n’a pas le sens de l’humour. Et la victime se retrouve doublement victime», note Fernando De Amorim. Le psychothérapeute rappelle également que «n’importe quel humain dénigré dans son image, sa sexualité, son ethnie ou sa religion se sent touché quand elles ne sont pas respectées»:

«Ça pose directement l’image du corps, l’image que la personne a d’elle-même. Ça produit un effet traumatique. Je comprends le sentiment de ces personnes. Dans cette situation, elles ne sont plus reconnues en tant que telles mais comme des personnes de second rang social. C’est de la discrimination.»

Pour ces séquences, le CSA peut suspendre la diffusion de «Touche Pas à Mon Poste» ou lui infliger une amende qui est en fonction de la gravité des manquements commis sans pouvoir excéder 3% du chiffre d'affaires hors taxes de l'entreprise.

Christophe-Cécil Garnier
Christophe-Cécil Garnier (56 articles)
Journaliste à Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte