France

Pôle emploi: l'art de booster votre bullshit

Titiou Lecoq, mis à jour le 26.05.2017 à 13 h 26

Une brochure distribuée par Pole emploi décrit la journée type du chercheur d'emploi efficace. Un parfait reflet des obsessions de notre époque.

L’autre jour, sur la page Facebook de Pôle emploi Compiègne Margny, a été publié une chose intitulée «La journée type d’un demandeur d’emploi efficace». Il y a fort à parier que ceci n’a pas été produit en interne par Pôle emploi. En général, ces fiches-conseils sont rédigées par des agences de com', et les conseillers Pôle emploi sont les premiers à hausser les épaules en les lisant. Mais cette fiche-là atteint des sommets. Elle mériterait de figurer dans un livre scolaire d’histoire, quand les élèves étudieront notre époque. Doc 1: vous expliquerez quelles obsessions de l’époque apparaissent dans ce document.

L'élève devra citer l’idéal imposé d’une vie saine dans laquelle on pratique du sport le matin à jeun. On prend un petit-déjeuner copieux. Il ne manque que le free-gluten et le yoga. La peur de la dépression voire du suicide (véritable problématique) et une solution ridicule: prendre son café à son balcon pour profiter du soleil comme anti-dépresseur naturel (et gratuit). (Une autre fiche est-elle prévue en cas de dépression hivernale?) Le ton qui fait copain-copain, vaguement inspiré du management faussement cool et qui infantilise complètement celui à qui on s’adresse.

Culpabilité permanente

 

Et puis, surtout, l’obsession de l’efficacité. Parce que vous noterez que ce n’est pas la journée type d’une recherche d’emploi efficace, ce que pourrait être la colonne de gauche. C’est la journée type d’un demandeur d’emploi efficace, colonne de droite. On ne demande pas à ce que sa recherche soit efficace, c’est lui, dans son essence de chômeur, qui doit être efficace.

On veut du chômeur efficace, du chômeur productif, du chômeur propre, du chômeur bien nourri, du chômeur bien dans sa peau. Pas un chômeur qui passe son après-midi à noter des films sur Youporn en broyant du noir. On veut un bon chômeur, un chômeur solaire. Mais ne nous leurrons pas, on fonctionne tous comme ça. On est contaminé par cette obsession de l’efficacité qui va évidemment de pair avec une culpabilité permanente. Cette obsession de la productivité envahit même nos week-ends et les tranches matinales à partir de 6 heures du matin. (Pensez à tous les articles qui vous expliquent que vous lever une heure plus tôt va changer votre vie.)

Un message d'impuissance

Ce qui est le plus dérangeant, c’est de voir une institution publique qui a des missions précises, qu’on pourrait résumer par «aider les gens à trouver un travail qui leur correspond», dépasser le cadre de ses fonctions et s’immiscer dans la vie privée des individus avec cette colonne de droite qui ressemble à un texte d’un magazine de lifestyle.

Ce débordement de fonctions est inquiétant. La question n’est pas d’estimer qu’il s’agit de bons ou de mauvais conseils mais simplement que ce n’est pas le rôle de Pôle emploi. Et c’est inquiétant pour une autre raison: ça dit la terrible impuissance de l’agence. Ça dit presque «on ne peut rien faire pour vous, on est désolé, mais gardez le moral et mangez cinq fruits et légumes par jour».

Sur Twitter, où j’avais relayé cette fiche, quelqu’un qui travaille dans l’aide aux entrepreneurs (et qui est suppléant La République en marche aux législatives) m’a fait cette réponse incroyable: 


Le même jour, je lisais cet article d’Affordance. Il avait participé à l’émission de France Inter «Secrets d’info» sur les offres d’emploi frauduleuses et le rôle que tiennent désormais les algorithmes. 

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq. Pour vous abonner c'est ici. Pour la lire en entier:

 
Titiou Lecoq
Titiou Lecoq (193 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte