Monde

Pourquoi tout le monde parle de la poignée de main de Trump et Macron?

Temps de lecture : 2 min

Les présidents français et américain ont effectué leur première visite officielle ce 25 mai à Bruxelles.

Voici la première poignée de main officielle échangée entre Emmanuel Macron et Donald Trump:

Cette poignée de main a fasciné la presse anglo-saxonne:

Bien sûr, c'est d'abord qu'il s'agissait de la première rencontre officielle entre ces deux présidents, à Bruxelles, et dans un climat compliqué qui comptaient des enjeux innombrables, de la lutte contre le terrorisme aux sujets climatiques et énergétiques... Mais c'est aussi que le président américain, si bouffon dans son rôle, manque à toute la bienséance habituelle des chefs d'Etat, et ne cesse de se ridiculiser par de menus détails. Et qu'il est si difficile de lire sa politique diplomatique que les commentateurs en cherchent des signes n'importe où. «Cela semble ridicule, mais on a vraiment de plus en plus l'impression de pouvoir lire la politique étrangère de Donald Trump dans l'étrange manière dont il serre les mains des leaders étrangers» écrivait déjà le Guardian dans un précédent article.

Il y a eu le Premier Ministre japonais, Shinzo Abe, avec lequel la poignée de main a duré 19 secondes... comme si «Trump essayait de montrer qui est le boss».

Puis le Premier Ministre canadien, Justin Trudeau – qui avait, lui, mis une stratégie au point.

Et malaise encore avec la Première Ministre britannique Theresa May, de même qu'avec la chancelière allemande, Angela Merkel, dont il a carrément ignoré la proposition de poignée de main...

Ici, avec Emmanuel Macron, les deux présidents semblaient vouloir tenir la poignée de main jusqu'à ce que l'autre cède; un reporte présent lors de la conférence de presse a même noté que leurs phalanges devenaient blanches tant l'intensité de la poignée de main était intense. «Le malaise pouvait aussi provenir du soutien tacite de Trump à la rivale de Macron, Marine Le Pen, pendant la campagne.»

C'est finalement Mcron qui a «emporté» cette manche, selon le Guardian.

Trolling

Si on voulait être désagréable, on pourrait aussi dire que Donald Trump se venge avec les chefs d'État étrangers des mains que son épouse Melania Trump lui refuse (compréhensible quand on lit l'enfer qu'il semble lui faire subir):

Pendant ce temps-là, comme le relève le site Mashable, Pete Souza, photographe officiel d'Obama pendant ses deux mandats, s'amuse à troller sur les réseaux sociaux, en se souvenant d'une époque pas si lointaine où une poignée de main était si simple et si chic, dans la diplomatie comme dans les rapports intimes.

Mutual admiration, 2016.

Une publication partagée par Pete Souza (@petesouza) le

Holding hands.

Une publication partagée par Pete Souza (@petesouza) le

Slate.fr

Newsletters

 Loi électorale et manipulation, Erdogan aura tout fait pour gagner

Loi électorale et manipulation, Erdogan aura tout fait pour gagner

[Interview] À l'approche de l'élection présidentielle du 24 juin, la sociologue Élise Massicard explique que les fraudes électorales n'ont pas commencé avec Erdogan et l'AKP, même si elles ont pris une nouvelle ampleur ces dernières années.

Trump et le décret qui ne servait à rien

Trump et le décret qui ne servait à rien

Donald Trump voudrait passer pour un bienfaiteur sauveur d’enfants. En réalité, son décret n’empêchera pas la détention de mineurs et mineures, ni les traumatismes qui en découlent. Certains enfants ne reverront jamais leurs parents.

Les meurtres de Noirs par la police compromettent la santé mentale des communautés afro-américaines

Les meurtres de Noirs par la police compromettent la santé mentale des communautés afro-américaines

Un quart des personnes noires tuées par la police n'était pas armé.

Newsletters