Monde

L'inscription «Arbeit macht frei» volée à Auschwitz

Slate.fr, mis à jour le 18.12.2009 à 12 h 26

L'inscription qui surplombait la porte d'entrée du camp de concentration d'Auschwitz, en Pologne, a été volée: c'est ce qu'a déclaré la police polonaise vendredi 18 décembre.

L'inscription qui énoncait «Arbeit Macht Frei», «le travail rend libre» en allemand, était perchée sur la porte depuis la construction du camp par les nazis en 1940.

La porte-parole de la police, Katarzyna Padlo, a précisé que selon la police, le vol aurait été commis entre 3h30 du matin et 5h, heure à laquelle les gardes du musée se sont rendu compte du vol et ont alerté les autorités.

«C'est terrible», a décrété l'un des membres de la direction du mémorial, Pawel Sawicki, à la BBC.

«Cette inscritption veut tout dire— c'est un symbole de ce qu'Aushwitz signifie. Mais manifestement, un lieu où des centaines de milliers de personnes sont mortes n'a aucun sens pour les voleurs.»

L'inscription manquante, qui est occasionellement retirée pour des travaux de conservation, a été remplacée par une réplique.

Réactions vives en Israël

En Israël, rapporte Haaretz, le vol fait un tollé. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Yossi Levy, a décrété qu'Israel était sous le choc, et révolté contre ce vol. Il a ajouté que le pays avait une entière confiance en les autorités polonaises chargées de l'enquête, et qu'il croyait que la police polonaise saurait appréhender les voleurs inhumains et remettre l'inscription à sa place, pour témoigner à nouveau des horreurs commises dans les camps.

Le ministre de l'information et de la Diaspora, Yuli Edelstein (Likud), a été plus vindicatif, déplorant «l'un des plus gros échecs de la police polonaise» et ajoutant que les événements «antisémites dans le monde se multiplient, et il y a une crainte légitime de la part des juifs de la diaspora.»

Plus d'un million de personnes, à majorité juives, sont mortes dans le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

La police a lancé des recherches intensives notamment à l'aide de chiens renifleurs sur l'ensemble du site. Elle réfléchissait à plusieurs hypothèse mais n'avait aucun suspect en vue.

[Lire l'article complet sur Haaretz]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: wikipédia.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte