Monde

Amis de la géographie, Donald Trump vient d'annexer la Corse à l'Italie

Temps de lecture : 2 min

En voulant illustrer le parcours de sa tournée diplomatique, la page Facebook du président américain Donald J. Trump a commis quelques erreurs.

Capture d'écran de la page Facebook de Donald Trump.
Capture d'écran de la page Facebook de Donald Trump.

Le président Donald Trump est en pleine tournée diplomatique, débutée en Arabie saoudite avant de se poursuivre en Israël, en Cisjordanie, au Vatican, en Belgique et enfin en Italie pour le G7 qui se tiendra le 26 et 27 mai à Toarmine en Sicile.

Comme l’explique France 24, c'est l’occasion pour le chef d'État controversé d’enchaîner les tête-à-tête, avec le Premier ministre israélien Netanyahou, le pape François ou le président français Emmanuel Macron. Une tournée qui se déroule en plein scandale sur les communications faites par Trump aux Russes, qui invite aux comparaisons avec le voyage de Nixon au Proche-Orient en 1974.

Alors que ses conseillers craignaient que le président américain enchaîne les gaffes, l'erreur est venue cette fois de son staff par l’intermédiaire de sa page Facebook. Celle-ci a, en effet, publié une carte montrant le parcours de sa tournée… Et nous y retrouvons la Corse intégrée très peu subtilement à l’Italie!


Ce n’est d’ailleurs pas la seule erreur, puisqu’on peut y voir aussi le pays du Vatican intégré à l’Italie comme une ville (c'est-à-dire en grandes lettres et en gras), ainsi que Jérusalem comme étant une ville unilatéralement israélienne, et ce en contradiction avec le droit international. Pour l'ONU, Jérusalem-Est est ainsi considérée comme faisant partie intégrante des territoires palestiniens occupés.

Ce n’est pas la première fois que Donald Trump commet une bourde en géographie. Il a par le passé qualifié la Belgique de «belle ville» ou confondu San Jose et San Francisco.


Slate.fr

Newsletters

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Pas parce qu’ils ont changé d’avis, mais parce que tout le monde en regarde.

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

«Plus on est extrême, plus les gens nous croient», explique Christopher Blair, qui a créé un compte parodique très populaire chez les pro-Trump.

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

On espère que le deuxième épisode finira mieux que le premier.

Newsletters