Monde

Manchester Arena: l'identité de l'assaillant, un homme de 22 ans, révélée

Slate.fr, mis à jour le 23.05.2017 à 18 h 37

Une explosion lors du concert d'Ariana Grande a fait 22 morts et de nombreux blessés. L'attaquant a également péri dans l'explosion. L'État islamique a revendiqué l'attentat.

Ben STANSALL / AFP

Ben STANSALL / AFP

- 22 personnes ont péri dans une explosion devant une salle de concert de Manchester après un concert d'Ariana Grande, dans la soirée du lundi 22 mai. 59 personnes sont blessées.

- L'attaquant, un homme de 22 ans, a trouvé la mort dans l'explosion.

- L'État islamique a revendiqué l'attentat.

 

Salman Abedi, 22 ans, a été identifié par la police comme étant l'assaillant

L'identité de l'homme qui s'est fait exploser devant la salle de concert de Manchester, tuant 22 personnes dont des enfants et en blessant près de 60 autres, est désormais connue.

Le chef de la police a déclaré qu'il s'agissait de Salman Abedi, un homme âgé de 22 ans. Né à Manchester en 1994, il était le plus jeune d'une fratrie de quatre enfants de parents libyens qui avaient fui le régime de Khadafi pour s'installer en Grande Bretagne. L'analyse de ses communications devrait permettre d'établir s'il a agi seul ou en lien avec des complices.


Des enfants parmi les victimes de l'attentat

La presse britannique évoque l'identité de la deuxième victime identifée, âgée de huit ans. «Beaucoup» d’enfants feraient d’ailleurs parti des victimes de l’explosion selon la Première ministre Theresa May, dans ce concert où le public était majoritairement jeune et féminin. La première victime dont l’identité a été révélée était une jeune fan de 18 ans, Georgina Callander.

La troisième victime identifiée est un homme de 26 ans.

Dans l'après-midi de mardi, Emmanuel Macron s'est rendu à l'ambassade britannique pour signer le registre de condoléances.


L'État islamique revendique l'attaque

Selon l'AFP et Reuters, l'organisation terroriste a revendiqué l'explosion de Manchester.

L'agence d'ISIS a publié le communiqué en anglais, sur lequel on peut lire dans son style habituel qu'«approximativement 100 croisés ont été tués et blessés», «en réponse à leurs transgressions contre les terres des musulmans». «Et ce qui est à venir est encore plus grave pour les fidèles de la Croix et leurs alliés, avec la permission d’Allah», poursuit le communiqué.

Selon le spécialiste de la sécurité de la BBC, la formule employée pour désigner celui ou ceux qui ont mené l'attaque, «les soldats du califat», peut vouloir dire qu'ISIS a inspiré l'attaque plutôt que directement organisée.


Un homme de 23 ans arrêté

Un homme de 23 ans a été arrêté dans le sud de Manchester en lien avec l’attaque de la Manchester Arena. L'auteur de l'explosion a pour sa part péri dans l'attaque, selon la police britannique.

A l’issue d’une réunion de crise, la première ministre britannique Theresa May s’est exprimée, affirmant qu’il ne faisait à présent «plus de doute que les habitants de Manchester et de ce pays [avaient] été victimes d’une attaque terroriste qui a ciblé certains des plus jeunes membres de notre société, avec une froide préméditation.»

«La lâcheté de l’attaquant a rencontré le courage des services de secours des habitants de Manchester, a-t-elle ajouté, ce dont on devra se souvenir dans les prochains jours.»

Trump traite les responsables de l'attaque de «losers»

Les chefs d’État et de gouvernement mutiplient les signes d’amitié et de soutien après l’attentat de Manchester.

Dans une déclaration, Donald Trump a assuré de la «solidarité absolue» des Etats-Unis vis-à-vis des Britanniques. Il a traité les attaquants –bien qu'il n'y ait eu qu'un seul assaillant selon la police– de «losers».

«Je ne les traiterai pas de monstres parce que cela leur plairait. Ils prendraient ça pour un compliment. À partir de maintenant, je les appelerai des losers parce que c'est ce qu'ils sont. Ce sont des losers. Et il y en aura d'autres comme eux. Mais ce sont des losers, souvenez-vous en.»

L’épouse de Donald Trump, Melania Trump, a envoyé «pensées et prières» aux familles dans un tweet.

Les réactions de soutien se multiplient

Dans un communiqué de l’Elysée, Emmanuel Macron a adressé «au peuple britannique toute la compassion et la sollicitude de la France qui se tient à ses côtés dans le deuil avec une pensée particulière pour les victimes et leurs familles.» Le président de la République doit s’entretenir au téléphone avec le premier ministre Theresa May. 

Vladimir Poutine a présenté ses condoléances à la Première ministre Theresa May.

«Les Britanniques peuvent être assurés que l’Allemagne se tiendra à leurs côtés», a déclaré la chancelière Angela Merkel.

La chanteuse Ariana Grande dont c'était le concert a par ailleurs tweeté un message très relayé, exprimant sa tristesse:

«du fond de mon coeur, je suis tellement désolée. Je n'ai pas les mots.»

Comme le note le Huffington Post, le candidat malheureux à l'élection présidentielle François Fillon a tweeté un message de soutien, sortant ainsi d'une longue réserve. C'est le premier tweet depuis sa défaite.




Ce que l'on sait de l'attaque

Lundi 22 mai, lors d’un concert à la Manchester Arena, au Royaume-Uni –salle de près de 20.000 personnes– de la chanteuse américaine Ariana Grande, une explosion a provoqué la mort d'au moins 22 personnes et laissé 59 autres blessées. L'explosion a eu lieu peu après 22h30. Les enquêteurs «traitent l'incident comme une attaque terroriste jusqu'à ce que la police ait la preuve du contraire». L'identité des morts et des blessés n'est pas encore confirmée, mais la police a indiqué que des enfants faisaient partie des victimes.

Dans une déclaration faite mardi 23 mai, le chef de la police de Manchester a annoncé que l’assaillant portait des charges explosives sur lui et est mort dans la salle de concert. L'attaque a été menée par un seul homme mais «la priorité est d’établir s’il a agi seul ou s’il faisait partie d’un réseau», selon le chef de la police.

Les deux principaux leaders politiques britanniques, la première ministre Theresa May (conservateurs) et Jeremy Corbyn (travaillistes) ont annoncé qu'ils suspendaient la campagne des législatives «jusqu'à nouvel ordre». Elles doivent se tenir le 8 juin.

Slate.fr
Slate.fr (9114 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte