Culture

Cyril Hanouna est un danger public

Nadia Daam, mis à jour le 22.05.2017 à 12 h 08

Rire d'un homme parce qu'il est homosexuel, le rabaisser, l'humilier, le jeter en pâture aux rires du public, et être tout content de soi, c'est l'exacte définition de la persécution.

Capture d'écran de l'émission «Touche pas à mon poste», le 18 mai 2017 sur C8

Capture d'écran de l'émission «Touche pas à mon poste», le 18 mai 2017 sur C8

Je le hais. Lui, et son escouade de hyènes au surmoi atrophié, je les hais. Avec «Touche pas à mon poste», on a franchi depuis bien longtemps la barrière du supportable et je ne parviens plus à ressentir autre chose que de la haine pure. Je n'en peux plus des analyses psychologisantes sur le syndrome de Stockholm dont souffriraient les chroniqueurs, sur la supposée griserie d'un Hanouna longtemps mal aimé et sous-employé, des accusations de Hanouna-bashing... Hanouna n'est pas une victime. C'est un bourreau. On parle là d'un homme qui a chié dans la chaussure de son chroniqueur. D'un homme, surtout, qui s'est fait une spécialité d'humilier, et maintenant de persécuter des homosexuels.

La dernière séquence (et on ne parlera pas de «dérapage», à reserver au code de la route) est atroce à regarder. Ce jeudi 18 mai, l'équipe de «TPMP» a posté de fausses annonces de rencontre sur le site Vivastreet. Dans l'extrait qui circule sur Twitter, on le voit répondre en direct à un homme, se faire passer pour un homosexuel (avec toutes les mimiques et la voix efféminée qui vont bien).

Sur le plateau, les chroniqueurs gloussent en silence pour ne pas se faire remarquer par l'homme piégé. Pour parachever l'humiliation, Hanouna finit par lui raccrocher au nez. J'ai eu la nausée. Pour de vrai. Je vois passer toute la journée des images et des vidéos immondes sans jamais trop ressentir de dégoût, mais là, pour la première fois, j'ai eu envie de vomir.

Une persécution publique

La victime du canular ignorait qu'il était écouté par des milliers de personnes, il drague et se laisse draguer en pensant qu'il s'agit d'un moment intime. Il se fait raccrocher à la gueule. Puis il se découvre sans doute, dans l'extrait diffusé. Je suis obsédée par cet homme, et ce qu'il doit ressentir aujourd'hui. J'aimerais savoir comment il va. Ce qu'il pense de tout ça. S'il est lui-même téléspectateur occasionel ou assidu de «TPMP», et si tel est le cas, ce que ça fait d'être persécuté publiquement par des gens qu'il aimait bien peut-être, qui sait. Il n'a pas été le seul à être appelé, et l'un d'entre eux doit venir témoigner sur le plateau.

On parle ici de persécution. Pas de canular, pas de blague potache, ni même de harcèlement. Une persécution est «un type d'oppression consistant à appliquer à une personne ou un groupe de personnes des mesures ou des traitements injustes, violents ou cruels pour des raisons d'ordre idéologique, politique, religieux ou encore racial».

Rire d'un homme parce qu'il est homosexuel, le rabaisser, l'humilier, le jeter en pâture aux rires d'un public, et être tout content de soi, c'est l'exacte définition de la persécution. Sans compter que, comme le rappelent de nombreux internautes sur Twitter, cette méthode, consistant à se faire passer soi-même pour gay, est exactement «la technique des casseurs d'homosexuels».

Quant au contexte: l'émission est diffusée le lendemain de la journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, alors que les actes homophobes sont repartis à la hausse, et alors qu'en Tchétchénie, les homosexuels sont traqués, torturés par les autorités avec la complicité de la population. J'entends déjà ceux qui vont dire que, quand même, «c'est pas pareil». Bah si. Bien sûr qu'Hanouna n'est pas un génocidaire, mais il passe son temps à mettre plein de pièces dans la machine à homophobie, et légitime dans l'esprit de certains, que rire des homosexuels et de les rabaisser est tout à fait normal. La violence physique à l'égard d'un groupe commence toujours comme ça: on moque, on parodie, on humilie, on essentialise, on rit... et la malveillance, puis la violence physique finit toujours par débouler.

Rabaisser

Pourtant, c'est peu dire qu'Hanouna n'en est pas à son coup d'essai et qu'il a déjà maintes fois été sermonné pour ses éloges de l'homophobie, quand ce n'est pas de l'homophobie pure. En décembre 2016, l'association des journalistes lesbiennes, gays, bi-e-s et trans avait étudié «l'obsession pour l'homosexualité» de «TPMP» et constaté 42 mentions faites à l'homosexualité en à peine un mois, dont la plupart dans l'objectif de rabaisser.

«Le 7 novembre, par exemple, le chroniqueur Camille Combal et Cyril Hanouna imitent, comme ils le font souvent, un couple gay semblant tout droit sorti de La cage aux folles. L’animateur prend des airs efféminés: “Je suis complètement ouvert, je suis complètement ouvert à la flagornerie.” Le 15 novembre, sur le même plateau, Jean-Michel Maire parlent des homosexuels qui se cachent: “Etre dans le placard… d’où l’expression ‘avoir un balai dans le cul’”. Quelques jours plus tard, un voyant invité prédit qu’une future émission sera présentée par un des chroniqueurs, mais ignore si ce sera un homme ou une femme. Cyril Hanouna commente alors: “Ah ben ce sera Matthieu Delormeau!”»

Si, la plupart du temps, ces railleries sont faites sous couvert de blagues, elles sont aussi parfois ostensiblement hostiles à l'homosexualité:

«Le 29 novembre, l’invité Jeremstar drague ouvertement Matthieu Delormeau puis Cyril Hanouna. Réaction de l’animateur: “Alors le problème avec moi, c’est que je suis un petit peu nerveux. Si tu commences à me toucher, on peut assister à un homicide”. Quelquefois de menaces: le 2 novembre, les chroniqueurs disent à tour de rôle le nom d’une chanson sur laquelle ils ont déjà fait l’amour. Vient le tour de Matthieu Delormeau: “C’est une très jolie chanson, j’espère que vous aurez un jour l’occasion de l’entendre…” Hanouna, agressif: “Pas avec vous. Non mais je vais t’expliquer, celui qui va me ‘ken’, il est pas né.” Delormeau : “Comment?” Hanouna: “T’as très bien entendu.”»

On est là dans l'homophobie dans ce qu'elle a de plus basique: soupçonner un gay de vous faire des avances et le menacer de lui péter la gueule.

Mais ce sont bien les «blagues» homophobes qui posent le plus de problème en ce qu'elles sont généralement noyées dans un magma de gloussements et d'applaudissements du public. On finirait presque par ne plus y prêter attention. Par ailleurs, c'est la rhétorique adopté par Hanouna et ses fanzouzes pour légitimer ce système: «on rigoooooole, c'est pas très Charlie de vouloir nous censurer». Après les réactions, il a publié le message suivant sur Twitter:

C'est «pas pour rire», c'est «pour dominer»

Cet argument qui fait de l'humour un blanc-seing pour à peu près tout est d'une malhonnêteté et d'une paresse intellectuelle crasse. C'est d'ailleurs épuisant d'avoir à répéter que traiter quelqu'un comme une merde, et lui donner une accolade juste après, ça s'annule pas. Que oui, plein d'autres gens ont fait de ce type d'humour leur fond de commerce, mais c'est pas pour autant que c'est tolérable. Que moquer quelqu'un pour sa couleur de peau, son sexe, ou son orientation sexuelle, c'est «pas pour rire», c'est «pour dominer».

On nous dit aussi que, comme Matthieu Delormeau et Enora Malagré, respectivement homosexuel et bisexuelle sont sur le plateau, qu'ils semblent, eux, trouver ça hilarant, voire participent au concert de blagues homophobes, et que cela annhilieraient l'aspect malveillant. Or, c'est pas parce qu'ils ne sont pas hétéros qu'ils sont moins cons. Personnellement, j'ai cessé de m'intéresser à la psyché de Matthieu Delormeau, victime consentante de tout ce bordel depuis bien longtemps. Qu'il se démerde avec son psy. Quant à Enora Malagré, elle encaisse aussi sans moufter que Thierry Moreau dise d'elle qu'«suce debout», et a touché le corps d'une invité, Patricia, sans son consentement. Difficile de faire de ces deux-là des cautions morales et des gardiens des droits.

Parce que si  l'équipe de «TPMP» a pour cible privilégiée les LGBTQ, ils participent collectivement à une grande machine à banaliser les violences et à humiliations, dans leur globalité.

Le divertissement aux dépens des autres

Les notions les plus élémentaires de consentement, de dignité, de respect sont piétinées sous les hourras mécaniques d'un public hypnotisé et qui a assimilé l'idée que le divertissement se fait forcément au dépens des autres.

Homophobie, transphobie, racisme, sexisme... «Touche pas à mon poste» s'est rendu coupable de tout ce qui mène aux inégalités, à la violence, et au mépris de soi. En France, les associations de défense des droits LGBTQ estiment qu’un ado gay a quatre fois plus de risques de se suicider qu’un jeune hétéro. Comment un ado homosexuel de 16 ans qui voit des gens riches, bien sapés, et célèbres faire de sa sexualité une blague de Toto permanente peut-il ne pas finir par se mésestimer? Comment les femmes peuvent-elles espérer cesser de se prendre des mains au cul dans le métro quand Jean-Michel Maire s'autorise à embrasser le sein d'une invitée?

Je travaille à la télévision, et cotoie quotidiennement des intermittents du spectacle (cadreurs, coiffeurs...) qui parlent du plateau des «Touche pas sà mon poste» comme des gorges de l'enfer. Ils rapportent l'hystérie qui règne dans les coulisses, les insultes, l'ambiance de merde, le melon que se trimballent tous les chroniqueurs. Les plus chanceux peuvent se permettre le luxe de refuser d'aller y bosser, les autres y vont à reculons, et avec la désagréable impression d'être complice d'un programme dégueulasse.

Un danger public qu'une instance française aurait le pouvoir de neutraliser. Depuis que les plaintes se multiplient – à 16h, 4750 signalements ont été envoyés au CSA–, le CSA fait les gros yeux, tape mollement du pied, décide de mise en garde et de mises en demeure, qui jamais n'aboutissent à rien de concret. C'est précisément à cause de cette impunité (légitimée dans son esprit, par de bons chiffres d'audience), que Cyril Hanouna se sent intouchable. Pire, il est dopé par les polémiques et peut alors entonner le refrain du pauvre animateur populaire persécuté par les élites intellectuelles chichiteuses. Cette foire de la haine a assez duré. Il est grand temps qu'Hanouna dégage. 

Nadia Daam
Nadia Daam (193 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte