France

Badiou Vs Finkielkraut: débat «d'une rare violence»

Temps de lecture : 2 min

Réunis pour la première fois dans la presse, Alain Finkielkraut, penseur marqué à droite, détracteur de mai 68, et Alain Badiou, philosophe d'extrême-gauche, débattent de l'actualité. Leur échange, virulent, est rapporté par Le Nouvel Observateur cette semaine. Les thèmes abordés vont de l'identité nationale à la politique sarkozyste en passant par le conflit israélo-palestinien. «Un affrontement idéologique d'une rare violence», souligne l'hebdomadaire.

Alain Finkielkraut légitime le débat sur l'identité nationale, estimant que la France connaît une crise à la fois quant à son unité et quant à son héritage, les deux éléments qui, selon Ernet Renan que Finkielkraut invoque, constituent une nation. Un regret de sa part: «Ce qu'on peut reprocher au gouvernement ce n'est pas de s'occuper de l'identité nationale, c'est de s'en décharger sur un débat. J'aurais préféré une vraie politique de la transmission de l'héritage.»

Alain Badiou, en revanche, s'insurge d'emblée contre ce débat voulu par le gouvernement, et récuse les catégories (héritage et consentement) auxquelles en appelle Finkielkraut:

Il s'agit d'un portrait de l'identité française réactif et conservateur. L'héritage de la France c'est un héritage que je suis prêt à assumer quand il s'agit de la Révolution française, de la Commune, de l'universalisme du 18ème siècle, de la Résistance ou de Mai 68. Mais c'est un héritage que je rejette catégoriquement quand il s'agit, de la Restauration, des Versaillais, des doctrines coloniales et racistes, de Pétain ou de Sarkozy. Il n'y a pas « un » héritage français. Il y a une division constitutive de cet héritage entre ce qui est recevable du point de vue d'un universalisme minimal, et ce qui doit être rejeté précisément parce que ça renvoie en France à l'extrême férocité des classes possédantes et à l'accaparement par une oligarchie d'affairistes, de politiciens, de militaires et de serviteurs médiatiques du motif de «l'identité nationale».

[Lire l'intégralité du débat sur Bibliobs]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Alain Badiou, wikipedia

Slate.fr

Newsletters

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Charles Aznavour est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans. Après Edith Piaf, il était sûrement le chanteur français le plus connu à l’étranger. Pour Slate.fr, Bertrand Dicale, auteur de Tout Aznavour (First Editions) ...

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Newsletters