Tech & internet

Les influenceurs sont obligés aujourd'hui de faire très attention à leurs actes

Repéré par Galaad Wilgos, mis à jour le 17.05.2017 à 18 h 16

Repéré sur Le New York Times

Un article du New York Times explique comment l’apparition des influenceurs a rendu la célébrité beaucoup plus exigeante en matière d’éthique et de prise en compte de l’avis du public.

PewDiePie, alias Felix Kjellberg, pose avec son nouveau livre durant un événement dans le centre de Londres le 18 octobre 2015 / AFP PHOTO / BEN STANSALL

PewDiePie, alias Felix Kjellberg, pose avec son nouveau livre durant un événement dans le centre de Londres le 18 octobre 2015 / AFP PHOTO / BEN STANSALL

Le scandale de la couverture du Vogue indien, illustrée par la mannequin Kendall Jenner, serait symptomatique, selon le New York Times, d’un changement du rapport à la célébrité depuis l’émergence des réseaux sociaux, et notamment d’Instagram. L’article commence en montrant l’impact de la couverture indienne, qui a suscité l’ire de nombreux internautes ainsi que les unes de plusieurs journaux.

@VOGUEIndia Disgustingly inappropriate. Were ALL the Indian women unavailable??

—  (@SpaceCoastGal) May 3, 2017

La question se posait donc: est-ce que Kendall Jenner est vraiment coupable d’avoir été prise pour la couverture d’un magazine indien alors qu’elle ne l’est pas? N’est-elle pas après tout qu’un visage et un corps payés pour vendre un magazine? À cette question, le Times répond que c’est plus complexe et problématique que ça. En effet, Jenner a aussi été choisie parce qu’elle n’est plus juste un cintre pour les vêtements, comme les mannequins dans le passé, mais parce qu’elle est une «influenceuse» (Influencer), avec un compte Instagram de plus de 80,3 million de followers.

Ces nouvelles stars ne sont pas totalement irresponsables. Il y a, comme le dit Lucie Greene, la directrice mondiale de l’Innovation Groupe à J. Walter Thompson, «un choix individuel sous-entendu» dans leurs engagements. Cela veut dire que les personnes impliquées, selon le Times, sont perçues comme ayant une relation personnelle –et non professionnelles– avec le produit qu’elles vendent, et donc sont responsables de ce dernier. C’est pour cela que le Fyre Festival, qui a été un énorme échec, est visé aujourd’hui par un procès qui inclut non seulement les organisateurs mais aussi de nombreuses personnes (dont Jenner) ayant simplement aidé à promouvoir le festival.

Le coût de la réputation

 

Parfois, l’on peut même chuter violemment, car dans ce milieu, il est aussi facile de monter au sommet que de tomber dans un gouffre. Le Times pense pour cette raison qu’il est fort probable que nous entrions dans une nouvelle ère de la «culture des Influenceurs».

Comme le montre l’exemple PewDiePie, star YouTube ayant signé des contrats avec Disney et Google avant que ces derniers ne les rompent en découvrant qu’il avait fait des commentaires antisémites, l’attention a surtout été portée sur les risques pour les marques de se lier à certains individus. Mais bien que la culture des Influenceurs regorgent d’opportunités alléchantes –être payé pour être soi, des tickets au premier rang de gala de mode– les cas de Kendall Jenner et des autres montrent qu’il y a aussi de grands risques pour les individus. Comme l’affirme Meredith Valiando Rojas, co-fondatrice et directrice générale de DigiTour Medi, être un Influenceur veut dire que l’on est vu comme étant l’ami de ses followers, ce qui implique des attentes qui ne sont pas les mêmes que pour les «talents traditionnels».

«Il est de plus en plus clair qu’il existe une déconnexion, explique le Times, entre les impératifs de faire le plus d’argent le plus vite possible à partir de son influence, et la nécessité d’être extrêmement sélectif à propos de la façon de brandir son influence afin de préserver sa droiture.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte