Science & santé

«Je me sens salie et trahie. Comment on peut faire ça à quelqu'un de sa famille?»

Lucile Bellan, mis à jour le 16.05.2017 à 14 h 49

Cette semaine, Lucile conseille Laura, une jeune femme qui a subi, adolescente, des attouchements de la part de son cousin et s'est emmurée dans le silence.

La Fillette aux canards | par Alfred Stevens via Wikimedia CC License by

La Fillette aux canards | par Alfred Stevens via Wikimedia CC License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Il y a douze ans, j'ai vécu une expérience traumatisante à mes yeux. J'avais 13 ans et demi et mon cousin m’a suivi jusqu'aux toilettes de chez ma grand-mère et a commencé à me toucher les seins. J'avais peur, peur de lui et de ma famille. Je l'ai laissé faire. J'étais si jeune, je ne savais pas dans quoi je me lançais au début.

Par la suite, il a continué en me regardant bizarrement. Je n'ai jamais rien dit mais je ne voulais pas me retrouver seule face à lui. J'avais tellement peur que je me suis refugiée dans la nourriture. Je parlais mal à ma famille, je suis devenue haineuse. Mais je n'arrivais pas à dire quoi que ce soit à mon agresseur (car je le considère ainsi).

Un jour, il est venu chez mes parents et m’a demandé de regarder un film X avec lui. Il a commencé à s'exciter tout seul en se caressant, puis il m'a demandé de le faire. Au départ, je lui dis non. Je ne voulais pas, j'étais vierge encore et j'avais peur. Je ne comprenais pas ce qu'il m'arrivait. J'ai fini par craquer par peur de recevoir, je pense, des coups. Il a fini par obtenir ce qu'il désirait, c'est à dire moi. Il m’a embrassée de partout. J'étais comme pétrifiée. Je me suis dit que ça allait passer vite, que j'aurais juste à me taire qu’il ne recommencerait plus. Alors, je n'ai jamais rien dit à personne. Enfin, j'ai essayé d’en parler à sa femme de l'époque mais j'ai eu peur de son regard sur moi.

Depuis l'âge de mes 18 ans, j'ai quitté la région de mon enfance. Je suis partie à 400 km. Maintenant, il se renseigne quand je dois aller là-bas passer des vacances et quand il l’apprend, il m'appelle ou m'écrit.

Je n'ai jamais pu en parler ni à ma mère ni à mon père et mon frère ne se doute de rien. J'ai beau essayer de leur faire comprendre, ils se voilent tous la face. Je me bats seule face à ces démons ancrés en moi. Je me demande si un jour je vais arriver à reprendre le dessus. J'ai essayé de construire ma vie autour de cela mais je n'arrive à plus rien. Je détruis tout ce que j'essaie de construire.

Je me sens salie et trahie. Je me demande comment on peut faire ça à quelqu'un de sa famille.

Je sais plus comment, je me suis confiée à un de mes collègues mais il n'y peut rien et je peux juste me confier quand ça ne va pas. Il y a quelques jours, l'ex-femme de mon cousin m’a envoyé un message en me disant qu'elle savait tout. Depuis j'ai peur que ça se sache car je ne me sens pas capable de me battre contre ma famille. Douze ans après les cicatrices sont encore là.

Mais personnes ne comprendra pourquoi je parle maintenant et pourquoi je n'ai pas parlé avant. Je sais que personne ne me croira car tout le monde apprécie mon cousin et moi j'ai toujours été le vilain petit canard à cause de ce caractère que je me suis forgé à la suite de tout cela.

Laura

Chère Laura,

C’est bien à un agresseur que vous avez eu affaire. Un prédateur pervers et pédophile de surcroît. Et si vous vous sentez seule dans votre souffrance, sachez que vous n’êtes malheureusement pas seule à en souffrir: dans 94% des cas d’agressions sexuelles c’est un proche qui est responsable. Un enfant victime sur deux est agressé par un membre de sa famille. Vous n’êtes malheureusement pas une exception.

Ce qui signifie que d’autres sont déjà passés par là et que des structures existent pour vous épauler, vous aider, vous entendre. Si vous avez peur d’en parler directement et frontalement à votre famille, si vous ne vous sentez pas actuellement capable d’en référer à la justice (même si les faits sont anciens, vous pouvez le faire jusqu’à l’âge de 38 ans), vous pouvez en parler à des personnes neutres près de chez vous (voici la liste des associations qui rencontrent et aident les victimes d’inceste dans toute la France)

Ne restez pas seule. Dès le premier geste d’agression, votre cousin vous a mis dans une bulle de silence qui a vous éloignée de tous, vous a fragilisée et qui lui a permis de garder son emprise. Sortez de cette bulle, parlez. Parlez tant que vous le pouvez. À votre collègue, à des inconnus, sur internet, au téléphone, à un psy, à des bénévoles d’association. Racontez encore et encore pour faire sortir ces souvenirs de votre système et pour qu’ils arrêtent de tourner en permanence dans votre tête.

Vous n’êtes responsable de rien de tout ce qui s’est passé. Ni de votre silence par la suite. Vous n’avez jamais mérité ça, comme vous ne méritez pas la souffrance qui vous mine encore aujourd’hui et la solitude dans laquelle vous êtes enfermée. Tout est de SA faute. Acceptez-le et ne l’oubliez pas.

Vous méritez de vivre Laura. Ce sera un chemin long et difficile mais chaque pas que vous ferez dans ce sens sera un pas pour vous, pour la femme que vous deviendrez, forte de sa reconstruction. Et déjà, même si vous n’en avez pas conscience, vous avez fait preuve d’un fort instinct de survie, en vous éloignant dès que vous le pouviez. C’est du courage, ça, Laura. Vous en avez et vous en aurez encore. Ce monstre qui a volé votre innocence et ces années de votre vie, si vous le pouvez, ne lui laissez plus rien vous prendre. Je peux vous assurer que des gens sont prêts à vous entendre, à vous écouter et à vous aider. Vous n’êtes pas seule.

Lucile Bellan
Lucile Bellan (158 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte