France

A quel moment le président élu devient-il officiellement président?

Galaad Wilgos, mis à jour le 14.05.2017 à 15 h 17

Après avoir été officiellement proclamé élu président de la République par le Conseil constitutionnel ce mercredi, Emmanuel Macron n’est cependant toujours pas officiellement président de la République. À quel moment précis le devient-il?

Emmanuel Macron salue le départ de François Hollande à l'Elysée, le 13 mai 2017 | YOAN VALAT / AFP

Emmanuel Macron salue le départ de François Hollande à l'Elysée, le 13 mai 2017 | YOAN VALAT / AFP

Le vote et la proclamation de l’élection d'Emmanuel Macron à la présidentielle n'ont pas suffi à faire de lui un chef d'État. En réalité, cette passation du pouvoir s’opère lors de la cérémonie d’investiture, où le nouveau président élu endosse officiellement les fonctions de président de la République. Comme l’explique le site du Conseil Constitutionnel:

«La date de la passation de pouvoirs est fixée d'un commun accord entre le président sortant et le président nouvellement proclamé dans le délai séparant la proclamation du président élu et l'expiration du mandat en cours».

Par ailleurs, la date coïncide généralement avec les commémorations du 8 mai 1945 selon le Point. Cette année-ci, la date officielle de la cérémonie est donc le dimanche 14 mai 2017, une première pour la Ve République qui n’a jamais connu de cérémonie d’investiture durant un week-end.

Le rite républicain

 

Claude Rivière, maître de conférences à l'université de Paris VII Denis Diderot, rappelle à ce propos que «si le politique est ritualisé, c’est que le rite représente l’attitude fondamentale par laquelle quelqu’un se reconnaît comme inférieur face à la manifestation d’une puissance. [… ] La mise en scène d’un pouvoir facilite l’exercice de la domination, réactive la déférence et la crainte à l’égard de ce pouvoir, renforce chez les puissants leurs capacités de gestion des conflits d’intérêts, d’aspirations ou de valeurs. Mais l’ostentation doit se doubler d’une répétition des signifiants pour être efficace. Lors du déploiement d’honneurs militaires aux Invalides, d’un meeting de remobilisation au sein d’un parti, de la commémoration d’événements tragiques le Jour des Déportés, l’imagination est canalisée par tout un système de représentations et l’émotion avivée par la qualité des protagonistes et participants, la valeur des prises de parole, le choix des lieux, l’exaltation communautaire.»

Sous une présidence que d’aucuns ont qualifié de «monarchie républicaine», une telle cérémonie prend l’aspect d’un long et très coutumier rite de passage, qui n’a rien de légal mais qu’aucun président n’a daigné jusqu’à présent contourner.

Cela commence par l’entrée au Palais par la cour d’honneur qui permet de passer devant un détachement de la Garde républicaine. Un entretien avec son prédécesseur en haut des marches du Palais précède la cérémonie d’investiture, comme le rappelle l’Internaute. Quelques minutes pour tant de fantasmes: or, si nous ne savons pas si les deux s’échangent réellement les codes nucléaires, ce petit entretien participe de tout un rituel républicain organisé par le pouvoir. Cette première phase se termine par la réception des insignes de grand croix de la Légion d’Honneur par le grand chancelier de cette dernière.

Ensuite, se déroule réellement la cérémonie d’investiture dans la salle des Fêtes de l’Élysée. L’interprétation par l’Orchestre de chambre de la Garde républicaine d’une marche solenelle choisi par le président élu l’accueille lors de son entrée. Il est accompagné du Premier ministre, du président du Sénat et du président de l’Assemblée nationale.

Coups de canon

Selon le Conseil Constitutionnel, ceci est suivi de la lecture par le président du Conseil Constitutionnel (en compagnie de ses collègues) de la décision de proclamation, à la suite de laquelle il prononce une allocution, longue ou courte selon les personnes. C’est cette dernière qui «opère le transfert de pouvoirs et marque l'heure précise du début du nouveau mandat.» C’est donc après cela que commencera officiellement le mandat d’Emmanuel Macron. Il peut ensuite signer le procès-verbal d’investiture.

Les dernières étapes se déroulent comme suit: le nouveau président de la République se voit présenté le collier de grand maître de l’Ordre par le grand chancelier de la Légion d’Honneur, à la suite de quoi est prononcée la formule rituelle: «Monsieur le président de la République, nous vous reconnaissons comme grand maître de l’ordre national de la Légion d’honneur.»

Le président entame après une allocution, et les personnalités invitées sont présentées. Alors, le président se rend sur la terrasse du parc accompagné du Premier ministre sortant et des présidents des deux assemblées, la Garde républicaine lui rend les honneurs militaires et, enfin, il écoute la Marseillaise devant le drapeau et passe les troupes en revue. Vingt-et-un coups de canons sont tirés, soit après la proclamation, soit pendant les honneurs militaires, en référence aux cent un coups tirés sour l’Ancien Régime lors de l’inhumation du roi défunt et l’avènement de son successeur.

Comme l’explique cependant le site du Conseil constitutionnel, «dans l'hypothèse où le président proclamé élu n'est pas le président sortant, les deux intéressés se mettent d'accord sur le principe d'une cérémonie de passation de pouvoirs, ses date et heure, ainsi que ses modalités qui peuvent déroger à celles précédemment exposées.»

Galaad Wilgos
Galaad Wilgos (17 articles)
Etudiant Université Libre de Bruxelles
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte