Boire & manger

Voici douze bons restaurants à moins de 30 euros à Paris

Nicolas de Rabaudy, mis à jour le 14.05.2017 à 12 h 02

Comment bien manger pour pas cher dans la capitale.

Closerie des Lilas

Closerie des Lilas

Il n’y a pas que les bistrots de quartier (Allard, Benoit, l’Assiette…) qui maintiennent des prix sages au déjeuner et quelquefois au dîner. De bonnes tables de réputation s’y mettent aussi, crise oblige et aubaines pour de bons palais. Voici une sélection à inscrire sur vos tablettes.

1.La Closerie des Lilas

À la Brasserie de l’établissement cher à Hemingway, Sartre et Beckett, le patron Miroslav Siljegovic et son fils ont démocratisé les tarifs des classiques maison: le pâté en croûte, le foie de veau poêlé, l’os à moelle gratiné, le tartare de saumon, les gnocchis sardes, le haddock à l’anglaise, le baba au rhum et quelques plats du jour comme le cassoulet maison du chef Johann Staskiewicz. Animation et têtes connues aux deux repas dans un restaurant chargé d’histoire et de souvenirs.

• 171, boulevard du Montparnasse 75006 Paris. Tél.: 01 40 51 34 50. Menu à 30 euros, aussi le dimanche. Pas de fermeture.

Fricassée de rognons, déclinaison autour du petit pois à la Closerie des Lilas

2.Anicia

Le «bistrot nature» de François Gagnaire, très bon cuisinier, étoilé au Puy-en-Velay. C’est le prince des lentilles vertes, du caviar de la région qui entre dans des compositions goûteuses, travaillé en gelée de crustacés au tourteau (18 euros), en velouté glacé de petits pois au lait de coco (16 euros), en crème de lentilles pour les noix de Saint-Jacques et saucisses aux champignons (34 euros), un vrai chercheur de goûts qui mérite un ou plusieurs repas bien personnalisés. Excellent menu du marché: aile de raie aux câpres et riz basmati ou la bavette de veau moutardée, pommes Darphin et une délicieuse crème brûlée au chocolat digne de Pierre Hermé. Oui, une adresse en or.

• 97, rue du Cherche-Midi 75006 Paris. Tél.: 01 43 35 41 50. Menus au déjeuner à 24 et 29 euros. Vin Menetou Salon blanc (6 euros). Salon de thé (10 euros). Fermé dimanche et lundi.

Radis-beurre chez Anicia

3.Philippe Excoffier

Ce cuisinier de talent, ancien chef de l’Ambassade américaine à Paris dont le nom à une lettre près est homonyme du maître Auguste Escoffier, auteur du Guide culinaire (1902) où sont codifiées les recettes majeures de la restauration française, s’est forgé une bonne clientèle de gourmets dans ce bistrot tout en longueur dont la carte change chaque semaine. Rare soufflé suissesse au fromage, lapin en millefeuille et coulis de poivrons rouges, volaille fermière rôtie jus à la sauge, médaillon de daurade royale, caviar d’aubergines, chou à la vanille, cœur coulant au caramel. Excoffier progresse d’année en année. À quand l’étoile?

• 18, rue de l’Exposition 75007 Paris. Tél.: 01 45 51 78 08. Menu au déjeuner à 27 euros. Chablis au verre (11 euros). Fermé dimanche et lundi midi.

Ailes de raie aux condiments chez Philippe Excoffier

4.L'Office

Ce bistrot de quartier a hérité d’un très bon cuisinier, Benjamin Schmitt, formé trois ans par Yannick Alleno au Meurice. À l’époque, il mitonnait une admirable poularde en quatre services, un pur chef-d’œuvre culinaire. Dans la carte actuelle, une douzaine d’assiettes classiques, sans chichis: le ceviche de mulet noir bien assaisonné au radis et gingembre, le picanha de bœuf de Salers, ferme en bouche, jus goûteux, pommes de terre au beurre salé, oignons des Cévennes et une faisselle au miel sur un financier au granité à la bière –le type même du déjeuner aimable et savoureux. Parmi les spécialités, le ris de veau au risotto fregola sarda, la canette de Challans, filet rôti et cuisse farcie et le quasi de veau du Limousin aux artichauts –à la limite de la haute cuisine (25 euros). Oui, une adresse de qualité, excellente carte des vins, le rouge Modeste d’Hervé Bizeul au verre (6 euros).

• 3, rue Richer 75009 Paris. Tél.: 01 47 70 67 31. Menus à 22 et 27 euros. Fermé samedi et dimanche.

Asperges au restaurant l'Office

5.Les Bouquinistes

Guy Savoy, créateur de ce restaurant tendance sur les quais, en face de la Conciergerie, a fait enduire les murs de graffiti, de coups de pinceau genre « street art », de formes et couleurs séduisantes à l’œil. Cela change de la décoration passe-partout sans goût. En cuisine, le chef triple étoilé de la Monnaie a confié les fourneaux à Stéphane Perraud, cuisinier méticuleux, attentif aux produits: exquises asperges vertes de Lauris nature, poitrine de veau confite pommes grenailles, lieu jaune de petite pêche aux légumes oubliés, fondant au chocolat praliné, le chardonnay Savoy de la Loire au verre. Un des meilleurs bistrots chics de Paris.

• 53, quai des Grands-Augustins 75006 Paris. Tél.: 01 43 25 45 94. Menu au déjeuner à 29 euros. Salon. Voiturier. Pas de fermeture.

Maigre grillé, petit épeautre, sauce vierge au restaurant les Bouquinistes

6.Uma

En face de Colette, le concept store est toujours bondé, deux restaurateurs fous de cuisine exotique ont ouvert cette table branchée dotée d’un étage lumineux, la carte rassemble des assiettes de là-bas: le ceviche de thon mariné ou de rascasse, les tacos de veau confit au guacamole laqué, les gyozas (raviolis) de bœuf confit et le bouillon, le Saint-Pierre grillé à la plancha, l’agneau de lait grillé au piment rouge, laqué à l’ananas (25 euros), la gelée de fraises et rhubarbe. Un répertoire étonnant accompagné d’un lexique de mots exotiques comme le ponzu, une vinaigrette aux agrumes, le tempura… heureuse surprise.

• 7, rue du 29 Juillet 75001 Paris. Tél.: 01 40 15 08 15. Menus au déjeuner à 25 et 29 euros. Fermé dimanche.

Ceviche de rescasse, bouillon de laitue et framboise chez Uma

7.Caffè Artcurial

À l’étage de l’hôtel particulier des Dassault, le signore Einaudi, un investisseur piémontais, a aménagé un charmant salon à verrière ouvert sur les jardins élyséens en trattoria animée aux deux repas. Le choix des six antipasti a de quoi séduire tout bon gourmet: le vitello tonnato à la mayonnaise aux câpres (18 euros), l’œuf poché à la crème de topinambours et truffe (24 euros), la ricottina au fromage de bufflonne à la poire et au miel (20 euros), le carpaccio de thon rouge à l’huile d’olive (19 euros), le poulpe rôti au four (19 euros) et le tartare de filet de veau à l’huile d’olive et vinaigre balsamique (19 euros). Exquis tortellini (raviolis) de Bologne dans un bouillon de poule (22 euros). Spaghettis aux artichauts (21 euros), spécialité du jeune chef Filippo Rossato, expert du risotto Vialone à la seiche (29 euros). Pinot blanc au verre (9,50 euros). Idéal pour le dîner. Au déjeuner, la cohue des Champs-Élysées.

• 7, rond-point des Champs-Élysées 75008 Paris. Tél.: 01 53 76 39 34. Menu au déjeuner à 30 euros. Pas de fermeture.

Salle de restaurant Caffè Artcurial

8.Les Fables de La Fontaine

Tout près des restaurants de Christian Constant (le Violon d’Ingres étoilé, les Cocottes, le Café Constant), voilà un bistrot très couru et la terrasse sur la rue pilotés par la jeune cuisinière Julia Sedefjian, étoilée en un an, une belle performance – et des complets à répétition. Il faut dire que le répertoire de cette niçoise d’adoption frôle la grande cuisine : les huîtres fumées au foin, le jaune d’œuf aux poireaux et haddock cuit et cru et, surtout, le lieu jaune en aïoli qui a ses fidèles comme la génoise au cacao et mangue. De la graine de Meilleure Ouvrière de France (MOF), une des révélations de 2017.

• 131, rue Saint-Dominique 75007 Paris. Tél.: 01 44 18 37 55. Menu au déjeuner à 25 euros. Pas de fermeture.

Huîtres fumées au foin et en gelée d'eau de mer, yuzu et salicornes en vinaigrette aux Fables de La Fontaine

9.L’Atelier Maître Albert

Cette salle à manger voûtée du Vieux Paris, dotée d’une cheminée et d’une broche bien visible (très rare en France) est menée par des fidèles de Guy Savoy, Laurent Jacquet en salle et le chef Emmanuel Monsallier passé par Laurent (75008), un as des cuisines à la broche pour la volaille fermière, le carré d’agneau, le magret de canard, le jarret de veau extra et des poissons de saison, le merlu de ligne, le cabillaud, le Saint-Pierre dont les goûts et la chair s’affinent au contact de la chaleur maîtrisée.

Autrefois établissement de nuit à l’ombre de Notre-Dame, l’Atelier propose des menus au déjeuner d’un excellent rapport prix plaisir assortis d’assiettes originales comme la salade de moules aux pois gourmands, le carpaccio de bar aux figues et la pomme rôtie délicatement à la broche. Oui, la bonne cuisine c’est aussi l’art des cuissons justes. Rouge de la Côte roannaise au verre (9 euros).

• 1, rue Maître Albert 75005 Paris. Tél.: 01 56 81 30 01. Tél.: 01 56 81 30 01. Menu au déjeuner à 29 euros. Fermé samedi midi et dimanche midi.

Choco-pralin feuilleté, sorbet cacao à l'Atelier Maître Albert

10.Papillon

Recruté au Meurice par Alain Ducasse pour le sublime restaurant façon Versailles du palace, le plus ancien de Paris (1835), Christophe Saintagne vole de ses propres ailes dans ce bistrot lumineux, meublé simplement, banquettes et chaises en bois, où de jeunes cuisiniers concoctent des préparations canailles dont des ravioles de canard, un cochon fermier à l’ancienne, une volaille jaune aux aubergines, un Saint-Pierre aux oignons rouges et un gâteau au chocolat coupé dans son moule. Intéressant renouvellement de la carte. Plats à emporter au voisin garde-manger. Hélas très peu de Bordeaux en cave.

• 8, rue Meissonier 75017 Paris. Tél.: 01 56 79 81 88. Menu au déjeuner à 28 euros. Fermé samedi et dimanche.

Soupe glacée de tomates et poivrons au basilic au restaurant Papillon

11.Clover Grill

L’ex-poulain d’Alain Ducasse, son second à Monaco et à Paris, Jean-François Piège, deux étoiles, a créé dans l’ancien quartier des halles un steak house amélioré où l’on cuit sur la braise un burger ou un steak, la côte de bœuf pommes grenailles à la graisse d’oie, une entrecôte d’Australie ou de Baltique (58 euros), un filet Black Angus Kansas à la mousseline de pommes de terre, un onglet de même origine, le rare quasi d’agneau de lait mariné à l’ail et piment (36 euros) et, à la broche, la volaille de Bresse au beurre de noix et mousseline (63 euros), le gigot d’agneau de Jean-Claude Huguenin (82 euros pour deux). Des sauces béarnaise, au poivre et Bercy, et des frites excellentes.

Pour les carnivores, une adresse en or. À quoi s’ajoutent une terrine de foie de canard (24 euros), une pâte cuite sur la braise comme une pizza à la Saint-Jacques et truffe et une superbe romaine (le cœur) cuite au bleu de Séverac (15 euros). Desserts originaux : l’ananas à la vanille à la broche et la tarte au chocolat fumé (14 euros). Mieux qu’un bistrot pour viandards, une allure de grand restaurant à la carte plus qu’originale : exceptionnelle. À inscrire sur vos carnets.

• 6, rue Bailleul 75001 Paris. Tél.: 01 40 41 59 59. Premières viandes AOC à 23 et 25 euros. Pas de fermeture.

Agneau grillé © clovergrillparis

12.L'opportun

Serge Alzérat, gros bonnet chaleureux, à l’ombre de la Tour Montparnasse, perpétue les lyonnaiseries charcutières et autres, mitonnées dans la tradition des bouchons de la cité des soyeux et de Paul Bocuse. Ça marche depuis quatre décennies. Ces jours-ci, le chef patron a passé le relais à sa fille Morgane, bien élevée dans le goût du saucisson chaud et de l’andouillette – ah ces canailleries si rares à Paris. Dans le menu actuel, l’œuf en meurette (sauce ardue), la terrine de campagne, la quenelle de brochet sauce Nantua et le riz basmati, la tarte aux pommes façon Tatin ou le fondant au chocolat vanille. On apaise la soif grâce à du Beaujolais de propriétaire.

• 62, boulevard Edgar Quinet 75014 Paris. Tél.: 01 43 20 26 89. Menus au déjeuner à 21 et 30 euros. Fermé dimanche.

Burger, ketchup maison aux agrumes et à l'Armagnac au restaurant l'Opportun

Nicolas de Rabaudy
Nicolas de Rabaudy (456 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte