Monde

Écran-plat, lustre en cristal et glace à la vanille: la vie hallucinante de Donald Trump à la Maison-Blanche

Repéré par Robin Panfili, mis à jour le 11.05.2017 à 17 h 31

Repéré sur Time

Un long article du magazine Time raconte le quotidien de Donald Trump et la façon dont il s'adapte à la Maison-Blanche. Avec de nombreuses anecdotes assez déconcertantes sur le 45e président des États-Unis.

Donald Trump à la Maison-Blanche, le 1er février 2017. Brendan Smialowski/AFP

Donald Trump à la Maison-Blanche, le 1er février 2017. Brendan Smialowski/AFP

«Les fuites venant de la Maison-Blanche décrivent le président comme un enfant paumé». Voilà les mots utilisés par plusieurs conseillers de la Maison-Blanche, dans le Washington Post, le 27 janvier 2017, pour décrire les caprices et mauvaises habitudes de Donald Trump depuis son arrivée au pouvoir. Peu après, d'autres reportages et enquêtes (Politico, New York Times...) ont fait état de la manière dont il occupe son temps libre devant la télévision, un vieux portable Android non sécurisé à la main.

C'est le magazine Time qui nous offre aujourd'hui une nouvelle plongée inédite dans son quotidien. On apprend ainsi comment le président publie ses tweets. A propos des articles sur les liens entre la Russie et son administration: «Est ce que vous avez publié ça alors?», demande-t-il à propos des messages qu'il a préparés pour son compte Twitter. «The Russia-Trump collusion story is a total hoax», lit l'un des conseillers dans le Bureau ovale «when will the taxpayer funded charade end?». Son community manager répond depuis le canapé: «Oui monsieur. Instagram, Facebook, Twitter. C'est partout», dit-il.

Pour Donald Trump, le Bureau ovale –que Barack Obama voyait comme «le Saint des saints, accessible uniquement un cercle réduit de conseillers»– s'est transformé en «cour royale», voire en «salle de réunion», écrit Time. Dans les couloirs de la Maison-Blanche, l'afflux de visiteurs est donc constant. «J'utilise la pièce. Je l'utilise beaucoup. J'ai reçu les personnes les plus importantes du pays ici», aime-t-il souligner.

En plein entretien, Donald Trump s'arrête net. «Vous allez voir quelque chose d'incroyable. Ça vient juste d'arriver, dit-il en se levant de son bureau. Venez, je vais vous montrer». Ce «quelque chose d'incroyable», c'est une télévision installée dans un salon privé, non loin du Bureau ovale. Et pas n'importe quelle télévision: un écran-plat de plus de 150 centimètres rejouant des auditions au Sénat sur la Russie. Dans le salon, Donald Trump n'a pas fait qu'ajouter un téléviseur, il a aussi tout redécoré.

Exit une grande partie des œuvres d'art moderne particulièrement appréciées de la famille Obama, Donald Trump les a remplacées par des peintures à l'huile classiques. Au plafond de ce salon où il se restaure fréquemment, un «énorme lustre en cristal» a fait son apparition. Un lustre qu'il a lui-même payé, il l'assure. «J'ai apporté ma contribution à la Maison-Blanche», blague-t-il face aux journalistes du Time.

Au soir de cette rencontre avec les deux correspondants du Time à la Maison-Blanche, Donald Trump a organisé un dîner dans la Blue Room. Sur la table, des roses jaunes et une douzaine de petites bougies moulées. Le reste est raconté par les auteurs de l'article:

«Les serveurs connaissent bien les goûts de Donald Trump. Lorsqu'il s'assied, ils lui servent un Coca Light, quand le reste de la tablée se fait servir de l'eau, avec le vice-président à l'autre bout de la table. Avec la salade, Donald Trump se voit servir ce qui ressemble à une sauce Mille-îles au lieu de la vinaigrette crêmeuse de ses invités. Quand le poulet arrive, il est le seul à qui l'on donne un supplément de sauce. Au dessert, il a droit à deux boules de glace à la vanille avec sa tarte crême-chocolat, au lieu d'une seule boule pour tous les autres. Les goûts de Pence sont connus aussi. A la place d'une tarte, il a une assiette de fruits.»

Dans quatre semaines, il espère voir sa femme et son plus jeune fils le rejoindre dans la résidence, écrit le Time. Et, à ce moment-là, quand ils arriveront, la vie «devrait certainement changer».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte