France

Voici la carte des îles et archipels frontistes

Alexandre Léchenet, mis à jour le 11.05.2017 à 13 h 23

Que se passe-t-il quand on ne représente que les étendues de territoire dans lesquelles Marine Le Pen est arrivée en tête au second tour de l'élection présidentielle?

Carte Alexandre Léchenet pour Slate.fr

Carte Alexandre Léchenet pour Slate.fr

Au second tour de l’élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen a recueilli deux fois plus de voix que son père à la même échéance en 2002. La géographie du Front national s’étend autour de ses fiefs traditionnels, au Nord et au Sud-Est. Reprenant une idée du New York Times après l’élection de Donald Trump, nous n'avons cartographié que les villes où Marine Le Pen est arrivée en tête au second tour, sous forme d’île ou de continent.

Carte réalisée par Alexandre Léchenet. Cliquez sur la carte pour l'agrandir.

Dans le Sud-Est, le Front national marque le pas. «Les progressions ne sont pas du tout évidentes, note Christèle Marchand-Lagier, maître de conférence en science politique à l’Université d’Avignon. Le FN est bien implanté sur ces communes et il bénéficie d’un ancrage local. Le nord-Vaucluse est un fief historique de la famille Bompard. Jacques Bompard est maire d’Orange, et sa femme est maire de Bollène. D’ailleurs, note la chercheuse, quand les gens participent, ils ne participent pas pour soutenir le FN. Si l’électorat frontiste se mobilise et participe dès le premier tour, dès qu’il y a une mobilisation, les nouveaux électeurs ne se mobilisent pas pour le FN.» On peut également observer une présence du FN dans les territoires ruraux de Corse.

Au Nord et à l’Est, le FN est très présent mais évite les principales villes. La carte montre ainsi de larges étendues d'eau en lieu et place des métropoles. On observe également un large bassin apparaître autour d’Amiens, ville d’origine d’Emmanuel Macron, où le candidat élu était en tête. Sur les quelques 950 communes de plus de 10.000 habitants de France, seules 85 communes ont placé le Front national en tête: Calais, Fréjus, Istres, Draguignan, Marignane, Lens, Liévin et Orange sont parmi les plus peuplées, toutes situées au Nord et au Sud-Est, territoire clés de la géographie frontiste.

Le Grand ouest est quasiment absent, tout comme la région parisienne. La disparition sous les eaux de la France d’Emmanuel Macron laisse aussi apparaître un couloir, le long du viticole bourguignon, où le vote Front national est faible. A l’opposé, dans le territoire bordelais, le Médoc confirme son vote en faveur du FN. Le chômage y est fort et les châteaux sont passés du salariat à l'intérim. «Peut-être qu’il y a une droite plus proche de nous en PACA ou dans d’autres régions, mais il se trouve qu’ici, la droite elle est juppéiste et elle assume complètement la même position que le parti socialiste sur l’immigration et c’est ça qui les fait décrocher vers nous», voulait croire Grégoire de Fournas, conseiller départemental d’Aquitaine, interrogé par France Inter.

À noter qu'on ne le voit pas sur la carte, mais le Front national est également en tête dans quelques communes en Guyane, à La Réunion et à Mayotte.  

Alexandre Léchenet
Alexandre Léchenet (13 articles)
Data-journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte