Science & santé

«Ma libido baisse rapidement tant il est maladroit au lit»

Lucile Bellan, mis à jour le 09.05.2017 à 11 h 58

Cette semaine, Lucile conseille Myra, une jeune femme refroidie par son compagnon.

Two Lovers | Dante Gabriel Rossetti via Wikimedia CC License by

Two Lovers | Dante Gabriel Rossetti via Wikimedia CC License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Juste avant de partir pour quatre mois à l’étranger, je rencontre S. au début du mois d’aout, avec curiosité mais sans pour autant être très emballée me sachant sur le départ jusqu’au mois de janvier et n’ayant pas à cœur de construire une histoire sérieuse. Nous échangions depuis quelques jours sur une appli de rencontre.

Au bout de quelques rendez-vous estivaux, nous nous embrassons sous mon initiative. Se passe notre première nuit d’amour. Gauche, rocambolesque, inattendu, du plaisir et beaucoup de maladresse me refroidissent sérieusement. Mais devant tant d’attention de mon nouvel amant, je décide de le revoir avant de partir début septembre. La deuxième fois se passe mieux sans que cela ne soit mémorable.

Je reviens le voir à Paris, pour une autre nuit d’amour qui se passe sans encombre. Au bout de quelques mois à l’étranger, il me rejoint et nous décidons de nous mettre en couple. Notre vie sexuelle va mieux, mais ce n’est pas encore ça. Je mets ça sur son manque d’expérience, d’autant qu’il y a quelques semaines de cela, il m’a avoué n’avoir jamais embrassé ni eu de relations sexuelles avec une fille. Le fait qu’il m’ait cachée sa virginité ne me dérange pas. Je comprends qu’à 27 ans être vierge ne doit pas être facile dans la société dans laquelle nous évoluons. En revanche, c’est l’ami le plus attentionné que j’ai pu avoir. Il est doux, sensible, prévenant et intelligent mais ces maladresses me questionnent sur l’amour que je lui porte.

Beaucoup de choses se passent dans ma tête à ce moment, n’ayant pas eu de belles relations amoureuses dans le passé, mais beaucoup de mauvaises amourettes, je suis réellement sur la défensive. Je ne lui en veux pas de m’avoir caché sa virginité, mais ses maladresses du début ne font que me rebuter à chaque fois que nous voulons faire l’amour. Au point que ma libido baisse rapidement à cause de mon énervement lorsqu’il n’arrive pas à m’embrasser avec la langue correctement, ou quand il ne sait pas me caresser. Dans ces moments-là, je ressens de la colère à son égard et je n’ai plus envie de faire l’amour, même s’il tente de me prendre dans ses bras pour me rassurer. Nous en discutons mais je n’arrive pas à comprendre et ma patience dans son apprentissage de la sexualité atteint ses limites.

Je suis désœuvrée et le conflit intérieur que je ressens ne m’aide pas à comprendre ce qui ne va pas: s’il ne me plait pas tant que ça ou si, finalement, ma peur de redevenir célibataire alors que cela fait plus de six ans que je n’ai pas été en couple plus d’un mois, me pousse à rester avec lui.

Je suis perdue.

Myra

Chère Myra,

Vous avez le droit de ne pas avoir la patience et la passion d’une pédagogue. Qu’au moment de la rencontre avec une nouvelle personne, la sexualité nécessite quelques ajustements pour le plaisir partagé de l’un et l’autre, c’est tout à fait naturel. Ces questions ne se règlent sans dialogue, et il est même recommandé de ne jamais stopper la discussion pour garder une vie sexuelle riche et épanouie. Seulement, si ces moments de complicité vous mettent en colère alors, oui, il y a un problème grave.

Personnellement, je pense que si vous ne trouvez pas la patience maintenant, il ne sert à rien de vous forcer. Vous ne devez rien à personne et jamais de vous forcer pour l’éducation d’un homme, par grandeur d’âme ou par peur de la solitude. Car c’est une énorme concession que vous êtes prête à faire, Myra, par peur de la solitude.

Il serait peut-être temps d’écouter les signaux de votre corps et de réagir en conséquence. Il n’est pas question de technique, ici, mais bien de compatibilité. D’hormones et de sentiments. Si ses baisers, ou ses caresses, vous dégoûtent au point de vous mettre en colère, vous ne devez pas continuer à vous faire violence (et à lui faire violence) et vous acharner dans cette voie. Parce que ses gestes à lui, qui ne sont pas à votre goût, le seront peut-être, et très probablement pour d’autres. Parce que vos réactions viscérales de rejet pourraient être dévastatrices pour sa sexualité balbutiante et concernent moins l’expérience (je ne crois pas qu’il existe à ce point de bons et de mauvais gestes, ce serait triste d’imaginer que notre apport au rapport sexuel soit aussi standardisé) que l’envie mutuelle de partager un moment de complicité et de plaisir.

Il est peut-être gentil, doux, sensible et intelligent mais vous ne semblez pas faits l’un pour l’autre. Ces choses-là ne se commandent pas. Ici, aucun de vous deux n’est responsable. Mais vous le deviendrez si vous choisissez votre malheur en restant en couple pour de mauvaises raisons. Votre corps dit stop, écoutez-le. 

Lucile Bellan
Lucile Bellan (158 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte