France

Le FN réalise le meilleur score et le plus gros échec de son histoire

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 08.05.2017 à 12 h 08

Perdante face à Emmanuel Macron, Marine Le Pen dépasse les 10 millions de voix: l'aboutissement d'une longue dédiabolisation, mais aussi le début de la fin pour la présidente du FN.

Patrick KOVARIK / AFP- Montage Slate.fr

Patrick KOVARIK / AFP- Montage Slate.fr

Une défaite indéniable. Battue par Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle (peu après 20 heures, 65,5% des voix contre 34,5%), Marine Le Pen échoue largement dans son pari de faire entrer l’extrême droite au pouvoir. C'est, paradoxalement, ce qu'on retiendra de cette élection du 7 mai 2017, alors que le FN aura pourtant réalisé le plus gros score de son histoire!

Les 7,6 millions de voix du premier tour obtenues par Marine Le Pen étaient déjà un nouveau palier pour le parti, mais les 10 à 11 millions obtenues ce dimanche soir sont un nouveau seuil... Et un plafond?

Sur ce graphique, les résultats du FN lors des élections présidentielles sont présentés en rouge. Infographie: Marc Pédeau.

Première force d'opposition?

Dans son discours de défaite, Marine Le Pen a cherché à faire de ces plus de 10 millions de voix, un «résultat historique et massif», un précieux capital instituant le FN comme première force d'opposition, alors que les partis de gauche comme de droite «classiques» ont été sortis dès le 23 avril.

Le résultat «organise une recomposition politique de grande ampleur entre les patriotes et les mondialistes», affirme encore la candidate perdante. Une manière de ne pas perdre la main, alors même que la stratégie du FN va être questionnée y compris au sein du parti. À commencer par son fondateur Jean-Marie Le Pen, qui a attribué cette défaite à l'influence de Florian Philippot.

Anticipant sur ces critiques, Marine Le Pen a dès son discours dimanche 7 mai affirmé que le FN devait «profondément se renouveler». Elle a appelé «tous les patriotes à rejoindre» ce qui pourrait être une «nouvelle force politique», l'Alliance patriote et républicaine. Quel que soit le destin de cette future mouvance, le potentiel électoral du FN pourrait pourtant être atteint ce soir. Une base certes énorme, puisqu'elle représente un tiers de ceux qui ont exprimé un choix entre les deux candidats.

Sauf qu'avec un niveau de blancs et nuls très élevé (plus de 4 millions), et une abstention record (autour de 25%), le paysage politique est certes en recomposition, mais loin de se limiter à l'opposition des «deux France» dans laquelle le grand vainqueur et la candidate perdante du second tour ont voulu résumer le match.

 

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte