Science & santé

Nous avons tué nos week-ends

Repéré par Charlotte Pudlowski, mis à jour le 07.05.2017 à 10 h 43

Repéré sur Guardian

Yawn par Whiz-ka CC  License CC

Yawn par Whiz-ka CC License CC

«Quand mon propre fils, alors âgé de 12 ans, a commencé à me demander, le dimanche soir “c'était vraiment le weekend, ça? Tu plaisantes?", j'ai compris ce qu'il voulait dire. Dans notre famille, composée de quatre personnes, les weekends étaient devenus aussi engorgés que les jours de semaine. Mon mari et moi faisions la navette pour emmener les enfants au sport, et jouer chez leurs copains, nous passions notre temps à nettoyer et à réparer ce qui n'allait pas dans la maison, à faire les machines– en gros à faire tout ce qui avait été négligé dans nos semaines d'individus ayant des métiers et débordés. (...) Ce que mon fils déplorait ce n'était pas qu'un formidable weekend touche à sa fin, mais le fait que son samedi et son dimanche n'avaient justement pas du tout eu l'allure d'un weekend; il était à peine possible de les distinguer des cinq jours précédents.»

Dans un article du Guardian, Katrina Onstad, auteure d'un livre intitulté «The weekend effect», déplore la transformation de notre repos en temps de productivité et de consommation: «Nous avons tué le weekend. Nous l'avons rempli d'activités qui nous laissent essorés et insatisfaits, prompts au blues du dimanche soir.»

Cette disparition du weekend pour laisser place à une productivité omniprésente est le pendant déjà remarqué pour le matin par exemple. Le Monde notait ainsi en 2016 que de plus en plus d'activités étaient proposées le matin dans les pays anglo-saxons, ainsi qu'une valorisation du réveil précoce, qui commençait à toucher la France

«Il semble que, en France aussi, l’on en vienne à exploiter ce dernier créneau horaire disponible dans des emplois du temps toujours plus chargés. La surenchère à la remontée de la pendule est bien lancée. Dès 6 heures ou 7 heures du matin, dans les grandes villes, il devient possible de prendre des cours de yoga ou de gym, de nager ou de se faire coiffer. Quatre des vingt-deux salles parisiennes du CMG Sports Club, par exemple, offrent ce que d’aucuns considèrent comme un privilège : suer quand d’autres rêvent encore.»

Un succès du capitalisme qui parvient à intérioriser le besoin de productivité individuel. «Le vrai changement, c’est que ce ne sont plus les règles de l’entreprise qui font se lever les individus. Mais l’idée, illusoire, que nous devons être plus productifs individuellement, pour notre propre bien», expliquait alors la sociologue Anne Dujin à Stylist

Il en est donc des weekends comme des matins, ils ont été absorbés par nos besoins d'être productifs et de consommer. Paradoxal, quand on se souvient de ce qu'explique le sociologue Jean Viard, spécialiste des loisirs: «Le temps libre est aussi devenu le temps de régénération de la capacité à faire de la production. Pour le dire autrement, que vaudrait, par exemple, un chercheur du CNRS qui n’aurait pas regardé la télé ou qui n’aurait pas voyagé depuis dix ans? Rien! Nos structures mentales, nous les façonnons par le temps libre; nos objets de communication (Internet, le téléphone mobile…) également. Le temps libre est ainsi devenu structurant des valeurs de la société.» A condition qu'il soit encore vraiment libre. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte