Santé / Culture

La série «13 Reasons Why» est-elle nécessaire ou dangereuse pour les ados?

Temps de lecture : 2 min

Depuis sa sortie, la série Netflix est au cœur d'une polémique.

Image tirée de la série «13 Reasons Why» | Beth Dubber/Netflix
Image tirée de la série «13 Reasons Why» | Beth Dubber/Netflix

13 Reasons Why, série diffusée depuis la fin mars sur Netflix, commence par un drame: le suicide d'Hannah Baker, lycéenne de 17 ans. La première saison raconte le deuil de Clay, un ami d'Hannah, qui reçoit des cassettes audio où la jeune femme explique les treize raisons –essentiellement liées à des camarades de classe– qui l'ont poussée à ce geste.

La façon dont Netflix a adapté le livre de Jay Asher a provoqué de nombreux débats aux États-Unis. Adolescents, professeurs, parents et psychologues échangent pour savoir si cette série a eu un impact positif ou non sur les jeunes. Au cœur de la polémique, on trouve la mise en scène explicite d'un suicide, que certains qualifient de quasi-mode d'emploi. Netflix avait mis des avertissements, et devrait en ajouter au début de la saison, mais cela n'a pas mis fin aux passes d'armes sur internet et dans les établissements scolaires.

Le Washington Post revient sur son site sur ces semaines de débat, mentionnant d'abord l'avis d'éducateurs et de médecins. La façon dont est montré le suicide «pourrait contribuer à un “effet de contagion” parmi les élèves souffrant de maladie mentale et pourrait amener des cas d'auto-mutilation et des menaces de suicide chez les jeunes», selon eux. Plusieurs groupes et organismes de soutien ont pris la parole pour faire de la prévention et demander aux jeunes d'être prudents en visionnant la série.

La discussion est-elle suffisante?

«Il n'y a pas de place pour l'erreur quand on parle du bien-être des élèves», lance Rebecca Aguilar, qui gère les conseillers à la Thoreau Middle School de Fairfax County. Aux parents, elle dit: «Restez attentifs avec vos enfants. Et s'ils regardent, analysez avec eux.» Une responsable d'un lycée de Floride note de son côté que, ces derniers temps, le nombre de cas d'auto-mutilation et de menaces de suicide a augmenté, et qu'ils étaient plusieurs à avoir mentionné 13 Reasons Why.

Le géant de la SVoD se défend en expliquant que son teen drama a créé une vraie discussion chez les jeunes, notamment chez ceux dont le comportement peut être jugé à risque. Il est vrai qu'ils étaient nombreux à prendre la parole sur des réseaux sociaux comme Twitter. Netflix a d'ailleurs mis à disposition un site pour relayer les groupes à appeler en cas de danger.

Mais, là encore, même au niveau du propos, des questions importantes sont soulevées. «Les spécialistes des maladies mentales ont critiqué la série pour plusieurs raisons, estimant qu'elle romance le suicide et pousse les adolescents à imaginer ce qui pourrait arriver après leur propre mort, écrit le Washington Post. En réalité, les experts disent que ce sont souvent la maladie mentale et les facteurs de stress qui mènent au suicide, même si la série n'explique pas vraiment si Hannah souffre d'une maladie mentale.» Et puis, la démarche de Hannah, qui vise à blâmer ses camarades et à les encourager à se venger les uns contre les autres, est toute aussi questionable.

«Le débat signifie qu'Hollywood et ses créateurs doivent repenser leur façon de présenter le suicide, et pourquoi, écrivait le mois dernier une journaliste de Mashable. […] Au lieu de traiter le suicide comme un ressort scénaristique qui cache un choc émotionnel et dévastateur, nous pourrions nous concentrer sur des dénouements où les gens survivent et vivent heureux au final, ou alors où les membres de la famille apprennent à vivre avec le deuil et la culpabilité.»

Newsletters

Que faut-il savoir sur la variole du singe?

Que faut-il savoir sur la variole du singe?

Même si la prudence reste de mise, inutile de paniquer, les infections restent bénignes dans la grande majorité des cas.

Le réchauffement climatique nuit à votre sommeil

Le réchauffement climatique nuit à votre sommeil

Et avec la hausse des températures, vous allez de moins en moins dormir.

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

C'est normalement le montant à payer pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale». Mais dans le cas d'une internaute, ce prix semble loin d'être justifié.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio