France

La victoire de Macron lors du débat ne lui promet pas un destin à la Clinton

Grégor Brandy, mis à jour le 04.05.2017 à 13 h 22

Après des sondages qui le donnent vainqueur de son duel face à Marine Le Pen, plusieurs personnes ont tenu à rappeler que Clinton avait, elle aussi, battu Trump dans cet exercice. Mais la comparaison n'a pas vraiment lieu d'être.

Capture d'écran. Twitter / @paulac

Capture d'écran. Twitter / @paulac

Emmanuel Macron est donc le vainqueur du débat de l'entre-deux-tours. Un sondage Elabe portant sur 1.314 personnes interrogées donne le candidat d'En Marche loin devant celle du Front national (63% contre 34% et 3% des sondés qui ne se prononcent pas). Des chiffres qui dupliquent quasiment ceux des derniers sondages d'intentions de vote (qui sont en gros à 60-40 en faveur de l'ancien ministre de l'Économie) mais ne sont pas aussi sans rappeler ceux des trois débats entre Hillary Clinton et Donald Trump, organisés entre la fin septembre et la mi-octobre: Clinton l'avait emporté à chaque fois, avec des marges oscillant de 9 à 35 points selon les sondages. (Mike Pence, le colistier de Donald Trump, avait lui remporté le débat des vice-présidents.)

Forcément, alors que certains sont déjà persuadés de la victoire d'Emmanuel Macron le 7 mai, cela en inquiète d'autres de ce côté-ci de l'Atlantique.

Un rappel probablement utile, et qui poussera peut-être certains indécis à se mobiliser dimanche, mais la comparaison –si tentante soit-elle– entre les deux élections reste compliquée. Tout d'abord en raison des différences de timing: le dernier débat, ainsi, avait eu lieu alors qu'il restait trois semaines de campagne. Ensuite parce que l'écart entre Hillary Clinton et Donald Trump était bien plus serré qu'entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Sur FiveThirtyEight, qui compilait les sondages pour son modèle, on peut voir que jamais l'écart entre les deux candidats américains n'a dépassé huit points (c'était à trois mois du scrutin). À trois jours de l'élection, il était de moins de trois points, contre un peu plus de dix-huit points actuellement en France, selon l'agrégateur du HuffPost. Comme nous l'expliquions après le premier tour, une victoire de Marine Le Pen signifierait une faillite spectaculaire des sondages et des reports de voix entre les deux tours jamais vus dans la vie politique française.

Enfin, et surtout, parce que les deux modèles de vote sont profondément différents. Sans refaire l'élection américaine, Hillary Clinton a facilement remporté le vote populaire avec près de trois millions de voix d'avance sur Donald Trump, soit plus de deux points d'écart. Un résultat qu'il faut analyser avec précaution puisque le système américain des grands électeurs incite les candidats à ne pas faire campagne dans des États gagnés ou perdus d'avance. Mais il faut rappeler qu'à 80.000 voix près, réparties dans trois États (le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin), c'est Hillary Clinton qui occuperait actuellement le Bureau ovale.

Le directeur de la rédaction du HuffPost Paul Ackermann, un des journalistes qui rappelait sur Twitter les victoire de Clinton lors des débats, a ensuite précisé, dans de multiples réponses à son tweet, qu'il voulait surtout rappeler qu'il ne «faut pas trop surestimer l'effet de ces débats et l'unanimisme de notre bulle».

Pourtant, s'ils pensent majoritairement que leur candidate a remporté le débat, les lepénistes ont été moins convaincus par leur candidate que les macronistes. Même les plus fervents d'entre eux semblaient dépités à certains moments lors du débat.

Rappelons aussi que ces débats présidentiels, en France comme aux États-Unis, n'ont jamais eu un impact foudroyant sur l'élection. En 2012, nous rappelions ainsi que les débats d'entre-deux-tours français n'ont en réalité «qu'une influence difficilement perceptible sur le résultat».

Si un peu plus de 72 heures avant l'annonce des résultats du second tour, Emmanuel Macron n'est peut-être pas en meilleure position d'être élu qu'avant le débat, il est beaucoup mieux placé pour devenir le président de son pays qu'Hillary Clinton ne l'a jamais été.

Grégor Brandy
Grégor Brandy (426 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte