France

«Je considère que Macron est sûr de passer, j'exprime donc mon mécontentement. Ce sera Le Pen»

Slate.fr, mis à jour le 05.05.2017 à 9 h 03

Après avoir voté pour le candidat En Marche!, ils expliquent pourquoi ils envisagent de donner leur vote à la candidate du Front national, ce dimanche 7 mai.

Marine Le Pen, le 4 mai 2017, à Dol-De-Bretagne. DAMIEN MEYER / AFP

Marine Le Pen, le 4 mai 2017, à Dol-De-Bretagne. DAMIEN MEYER / AFP

Ils ne sont pas nombreux, mais existent dans la quasi-totalité des sondages qui analysent les reports de voix entre le premier et le second tour. Eux, ce sont les électeurs d'Emmanuel Macron, qui, depuis qu'il est qualifié pour le second tour, annoncent qu'ils comptent voter pour Marine Le Pen, le 7 mai prochain. Si le cas est généralement plus prononcé dans l'autre sens (on vote FN au premier tour pour exprimer son mécontentement ou son accord avec la politique proposée, sans toutefois souhaiter une réelle arrivée au pouvoir), on trouve jusqu'à 2% d'électeurs dans ce cas. Quelques uns ont donné leurs raisons publiquement, les sondeurs indiquent ne pas avoir d'explications précises pour interpréter ce choix, mais donnent quelques pistes:

«On n'a jamais fait d'études auprès de ces gens-là, parce qu'ils sont tellement peu nombreux, nous expliquait ainsi Mathieu Gallard d'Ipsos. Et je ne suis pas sûr que ça servirait à grand chose tant ces raisons sont si spécifiques aux individus.»

Pour essayer de comprendre, nous vous avons invité des internautes qui ont ce profil à répondre à nos interrogations via une formulaire en ligne. Une grosse dizaine a répondu. Nous n'en avons gardé que cinq qui nous semblaient représentatifs et permettent d'entrevoir les raisons de ce choix.

Pourquoi ils ont voté Macron au premier tour

La plupart ont d'abord cherché à éliminer en votant Macron. Ainsi, Djeffy qui souhaite la victoire de la candidate du FN estime que «Marine Le Pen a plus de chance de battre Macron que Fillon au second tour». Il a donc voté pour le candidat d'En Marche, persuadé que Marine Le Pen, elle, «était assurée d'être au second tour». Pareil pour Patrice, 40 ans, enseignant, qui vit dans les Yvelines, et qui écrit avoir d'abord voté Emmanuel Macron «pour faire barrage à Fillon, pas à Le Pen. Je combats l'ultralibéralisme. Maintenant que le pire, Fillon, est éliminé, il ne reste plus que Macron et Le Pen». Éliminer François Fillon de cette présidentielle est un choix qui revient régulièrement dans les réponses que l'on a reçues. «J'ai toujours voté à droite, mais il m'a été impossible de voter Fillon qui m'écœure et je ne supporte plus les politiques, leurs multiples avantages et leur déconnexion du réel», assure Laure, qui a donc voté Macron au premier tour.

Il y a aussi Fabrice, qui veut éviter plus généralement le clivage gauche-droite habituel. Jugeant Macron plus en difficulté que Le Pen, il préfère voter pour l'ancien ministre de l'Économie au premier tour pour se débarrasser de François Fillon, Benoît Hamon et de Jean-Luc Mélenchon. 

Pourquoi ils voteront Le Pen au second tour

Là, les raisons sont plus variées. Certains, comme Djeffy avaient prévu leur coup depuis le début, et voteront donc Marine Le Pen, comme ils l'avaient imaginé, il y a déjà deux semaines.

Il y a aussi ceux qui ont changé d'avis entre les deux tours. Certains assurent que le soutien de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen change la donne pour eux. «Je trouve l'alliance Dupont-Aignan/Le Pen géniale. Je voulais voter Dupont-Aignan au premier tour, mais éliminer Fillon était une priorité», estime ainsi un visiteur médical de 49 ans. Pour un autre cadre, «le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen peut crédibiliser la formation d'une équipe gouvernementale moins eurosceptique». D'autres expliquent que le favori ayant changé, leurs priorités aussi. Stef écrit ainsi:

«Je ne voulais pas de quelqu'un n'ayant pas d'objectif de réduction de la dette à la tête de l'état, donc ni Mélenchon, ni Le Pen. Voter pour l'un des deux était un risque. Quant à Fillon, les affaires ne m'ont pas plu. Ce fut donc Macron.
À présent, je considère que Macron est sûr de passer, mais je considère que l'Europe est un danger, j'exprime donc mon mécontentement. C'est donc Le Pen. J'aurais pu voter blanc pour faire plus simple.»

Ce genre de vote protestataire est également cité par d'autres électeurs plus surprenants. Fabrice, qui se définit comme «profondément centriste», ne souhaite ainsi «pas une victoire trop écrasante d'Emmanuel Macron. Cela pourrait l'inciter à ne pas être à l'écoute des classes populaires, ce qui conduirait le Front national au pouvoir dans cinq ans». Même chose pour ce cadre de 42 ans qui estime «impossible pour Macron de mener une politique cohérente aux vues de ses partenaires politiques (de Hue à Madelin). Sa politique va se faire absorber par la gauche, la droite étant incapable de se rallier idéologiquement à ses idées. C'est un vote protestataire, étant pro-européen, libéral». 

En espérant pour eux que ce vote ne leur reviendra pas en plein visage dimanche soir, et qu'ils ne rejoindront pas la liste des électeurs pro-Brexit et pro-Trump, qui ont (très vite) regretté leurs calculs.

Slate.fr
Slate.fr (9114 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte