Tech & internet

Les «Instagram pods», la nouvelle technique pour contrer l'algorithme

Temps de lecture : 2 min

Pour quelques likes de plus...

Heart Sky | Fernando de Sousa via Flickr CC License by
Heart Sky | Fernando de Sousa via Flickr CC License by

Il existe un monde où les likes Instagram déterminent qui vous êtes. Alors pour se sentir bien dans leur peau, certains ont décidé de s'assurer d'en avoir un certain nombre ainsi que des commentaires sympathiques, et d'essayer d'en attirer d'autres au passage.

Mashable se penche sur l'histoire des Insta Pods, des groupes de dix à vingt personnes (parfois très exclusifs, ou centrés sur un aspect en particulier) qui se suivent entre eux sur Instagram, et envoient des messages au reste du groupe à chaque nouvelle publication (quand ils ne reçoivent pas tous une notification directement à chaque nouvelle publication). Chaque membre du groupe doit ensuite la liker et la commenter. Résultat, plus d'engagement, et plus de chances de remonter dans les timelines des autres utilisateurs abonnés à votre compte, et donc potentiellement plus de likes et de commentaires. «Les pods hackent Instagram», estime ainsi Digiday.

Depuis mars 2016, le réseau social racheté par Facebook a décidé de ne plus montrer les posts par ordre chronologie mais en fonction d'un algorithme. À l'époque, Instagram expliquait qu'il allait désormais baser «l'ordre des photos et vidéos dans votre flux sur la probabilité que vous soyez intéressé par leur contenu, votre relation avec la personne qui l'a posté, et le moment auquel la photo ou la vidéo a été postée», plutôt que simplement sur le moment où la photo est publiée.

Un plus pour le compte en banques

Certains ont ainsi vu leur nombre de likes et commentaires chuter. Alors ce petit boost organique les aide à compenser le fait de devoir toujours surveiller leurs notifications.

«Parfois on ne peut pas mettre en ligne de nouvelles choses, ou on veut couper, mais on se sent obligé de liker et commenter les posts d'autres personnes, explique une blogueuse à Mashable. Mais le bénéfice d'aider d'autres personnes avec quelque chose de si petit que ça dépasse l'aspect négatif.»

Pour certains, cela sert à faire remonter son estime de soi, et pour d'autres (qui sont sponsorisés par des marques) leur compte en banque. Alors, pas sûr que les marques soient les plus grands fans de cette technique. Digiday raconte ainsi que certaines paient des «micro-influenceurs» pour placer leurs produits dans les timelines de leurs abonnés, en espérant un certain retour sur investissement.

«Les pods biaisent les résultats d'une certaine façon: les personnes qui commentent ne sont pas des clients potentiels, juste d'autres influenceurs.»

Quant à savoir si Instagram va continuer à tolérer ces arrangements entre amis, Digiday explique que pour l'instant cela ne va pas à l'encontre de quoi que ce soit, mais souligne que «pour les puristes, cela va à l'encontre des principes de la plateforme, parce ça détourne son utilisation originelle».

Slate.fr

Newsletters

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

«Plus on est extrême, plus les gens nous croient», explique Christopher Blair, qui a créé un compte parodique très populaire chez les pro-Trump.

Les applications dédiées aux règles profitent avant tout à ceux qui les font (souvent des hommes)

Les applications dédiées aux règles profitent avant tout à ceux qui les font (souvent des hommes)

Comme le reste des applis, celles de santé sont aussi faites pour vendre des publicités ou des informations personnelles.

«Le Livre Fantôme» réconcilie Instagram et la littérature

«Le Livre Fantôme» réconcilie Instagram et la littérature

Proposer chaque jour (ou presque) sur Instagram des pans d'un manuscrit à trous: c'est l'un des principes de la singulière aventure interneto-littéraire proposée par l'auteur Olivier Jacquemond.

Newsletters