Monde

Un éditorialiste du New York Times compare Marine Le Pen à Charles de Gaulle

Temps de lecture : 2 min

Le journaliste conservateur Ross Douthat a écrit un éditorial pour défendre les idées de la candidate du Front national, sans réellement connaître le contexte politique français.

Un supporter de Marine Le Pen le 1er mai 2017 à Villepinte. JOEL SAGET/AFP.
Un supporter de Marine Le Pen le 1er mai 2017 à Villepinte. JOEL SAGET/AFP.

Il est rare qu'un éditorial du New York Times se retrouve cité avec enthousiasme sur des sites d'extrême droite. Mais le 3o avril, l'éditorialiste conservateur Ross Douthat a écrit un papier pro-Marine Le Pen qui s'est retrouvé traduit sur Fdesouche.com.

On peut y lire cette phrase:

«Le politicien que Le Pen a le plus clairement tenté d'imiter n'est pas son père ou le maréchal Pétain mais Charles de Gaulle.»

Douthat, qui est connu pour être catholique et anti-Trump, trouve des échos de De Gaulle dans l'attitude anti-Union Européenne de Le Pen, ainsi que dans ses commentaires sur la raffle du Vel d'Hiv:

«Même les propos les plus controversés de la campagne de Le Pen, le fait qu'elle nie la complicité de la France dans la déportation des juifs français, étaient profondément gaullistes: il s'agissait d'insister que la vraie France était celle du gouvernement de De Gaulle en exil, pas celle de Pétain.»

Ross Douthat, s'il te plaît fais ton travail

On savait déjà que la droite trumpienne (et Trump lui-même) soutenait Marine Le Pen, mais le fait qu'un journaliste conservateur considéré comme respectable se mette à défendre l'extrême droite française dans un quotidien aussi prestigieux que le New York Times a étonné de nombreux collègues, comme ici, le journaliste du Financial Times Simon Kuper:

«Mon dieu, le @nytimes a un très bon correspondant à Paris, Adam Nossiter, alors pourquoi laisser Douthat écrire des fantasmes ignorants sur Le Pen.»

Ou encore l'historien Justin Vaïsse:

«Le Pen moins horrible que Trump et pas d'extrême droite, juste une fan de De Gaulle.

Ross Douthat, s'il te plaît fais ton travail».

L'éditorial est intitulé «Faut-il soutenir Marine Le Pen?» et sa réponse est oui. Douthat explique qu'il faut faire une distinction entre partis et individus et que Marine Le Pen n'est donc pas raciste, malgré les casseroles du FN. Il décrit Macron comme «une créature sans expérience issue d'un faux consensus», alors qu'il trouve que la politique anti-immigration et anti-islam de Le Pen est justifiée dans le contexte européen.

Sauf que comme le rappelle Yascha Mounk dans Slate.com, Douthat ne semble pas vraiment savoir de quoi il parle. En effet, il explique que la défense de la laïcité prônée par la candidate du FN est la même que celle défendue par la droite traditionnelle, oubliant de mentionner les propositions extrêmes de la candidate –sur l'interdiction du voile partout dans l'espace public, et sur l'interdiction de l'abattage rituel.

Après avoir écrit dans son article que «personne ne doute sérieusement de la compétence de Le Pen et de sa maîtrise des dossiers», Douthat a découvert qu'elle venait de plagier un discours de François Fillon. Il alors tweeté qu'il s'était peut-être planté, après tout...

«Le baiser de la mort de l'éditorialiste».

Slate.fr

Newsletters

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Pas parce qu’ils ont changé d’avis, mais parce que tout le monde en regarde.

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

«Plus on est extrême, plus les gens nous croient», explique Christopher Blair, qui a créé un compte parodique très populaire chez les pro-Trump.

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

Le projet fou et pas très rassurant d'un Titanic II

On espère que le deuxième épisode finira mieux que le premier.

Newsletters