France

Morano demande des excuses à l'AFP

Slate.fr, mis à jour le 16.12.2009 à 10 h 59

Nadine Morano a répondu mercredi 16 décembre au micro d'Europe 1 à la polémique entourant ses propos sur les jeunes musulmans.

«Je ne me sens pas victime. Si victime je suis, je le suis par la malhonnêteté intellectuelle d'un journaliste», a dénoncé la secrétaire d'Etat à la Famille. Selon un journaliste de l'AFP, Morano avait affirmé lundi 14 décembre au soir lors d'un débat sur l'identité nationale à Charmes, dans les Vosges, qu'elle attend d'un jeune musulman français, «qu'il aime la France quand il vit dans ce pays, qu'il trouve un travail, et qu'il ne parle pas le verlan. Qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers. Qu'il essaye de trouver un boulot, et qu'on l'accompagne dans sa formation».

«J'accepte l'analyse mais la caricature et la malhonnêteté intellectuelle, j'ai du mal à l'accepter [...] Comment voulez-vous résumer en un quart de phrase un débat qui a duré trois heures», a martelé Nadine Morano qui regrette que le débat, qui a par ailleurs été «magnifique», ait été réduit à une petite phrase. «J'ai plutôt envie que ce soit le correspondant de l'AFP qui vienne me faire des excuses», a-t-elle ajouté, précisant que «si c'était à refaire, je le referais».

Morano a également décidé de publier une vidéo du débat en question où l'on peut voir les propos qui ont déclenché la polémique, comme le rapporte Le Post: «Alors s'agit-il d'un dérapage de Nadine Morano ou, plutôt, d'un nouvel emballement médiatique, largement véhiculé par lémédias© puis accéléré par le bruit du net?» Chacun peut donc se faire sa propre idée, en ayant tout le contexte de la citation.

Pour Guy Birenbaum, c'est la mise en ligne de ces images elle-même qui est l'évènement important, et non les propos tenus:

La captation et la diffusion sur le web des images «brutes» de ce genre de réunions pourrait bien devenir LA solution pour les politiques qui craignent, de plus en plus, que ne fuitent, ensuite, des petites phrases «hors contexte». En particulier, lorsqu'ils s'expriment loin des médias traditionnels et, surtout, sur une durée que les journaux télévisés ne peuvent absolument pas «assimiler».

[Lire l'article complet sur europe1.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte