HistoireMonde

Depuis des années, un père et son fils cherchent un fabuleux trésor sur une île de l’océan Indien

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 30.04.2017 à 18 h 17

Repéré sur BBC

Selon eux, il s’agirait du plus gros trésor ayant jamais existé.

Fishpool gold coins | Lawrence OP via Flickr CC License by

Fishpool gold coins | Lawrence OP via Flickr CC License by

C’est une légende comme Hollywood les aime. Une légende qui veut qu’un trésor de pirates, valant près de 120 millions d’euros, soit enterré quelqu’un part sur une île de l’océan Indien. Tout serait parti d'Olivier Levasseur, un pirate français qui, au début du XVIIIe, aurait caché le butin sur l’île de Mahé. La BBC raconte sur son site que, «lorsque Levasseur a finalement été capturé et exécuté le 7 juillet 1730 à La Réunion, il savait apparemment qu’il y avait des membres de son équipage dans la foule. Il a jeté un morceau de parchemin dans les airs en criant “Mon trésor à celui qui comprendra”». Le parchemin, sous forme de cryptogramme, est demeuré indéchiffrable. 

De génération en génération, les populations locales se transmettaient donc l’histoire, sans que jamais personne ne l’ai jamais retrouvée. 

La BBC explique pourtant que deux hommes, un père et son fils, sont à la recherche du trésor depuis le début des années 1950. À la mort de son père en 1977, John Cruise-Wilkins, alors âgé de 18 ans, a pris la relève. «Je m’en fiche de ce qu’ils pensent, mais beaucoup pensent que je suis fou, explique-t-il. Ils pensaient que mon père était fou. Et la question qui revient souvent avec eux, c’est “Pourquoi tu fais une chasse au trésor? Je veux dire, plus personne ne fait ça.”»

En plus de trente ans, il a fouillé et exploré plus de 16 hectares de terres, de crevasses, de grottes. Pour l’instant, il n’a trouvé que des ossements, des pistolets, des statuettes, des balles de mousquets et des marques qu’il estime être d’origine pirate. En revanche, il pense avoir trouvé le site où est enfoui le supposé trésor, une caverne près de la plage, accessible uniquement via un tunnel. Mais en 2009, le gouvernement, à qui appartient le terrain, lui a interdit de creuser sans payer d'abord une licence. 

Depuis cette date, John prépare le terrain, perfectionne ses mesures, collecte l’argent nécessaire à l’exploitation de ce terrain et espère, un jour, leur prouver à tous que son père avait raison. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte