HistoireCulture

Comment «Kaamelott» joue avec l’histoire et les identités

Florian Besson et Justine Breton, mis à jour le 26.04.2017 à 15 h 05

«Kaamelott» est une œuvre transmédiatique à l’identité mouvante, rendant vaine toute catégorisation traditionnelle.

Image tirée de Kaamelott | Calt Productions

Image tirée de Kaamelott | Calt Productions

Fin mars avait lieu à la Sorbonne le premier colloque entièrement consacré à la série télévisée Kaamelott. L’événement a accueilli des chercheurs francophones issus de disciplines variées –histoire, lettres, histoire de l’art, sciences politiques, sociologie, musicologie, etc –, qui se sont interrogés sur les liens que Kaamelott entretient avec notre passé et notre histoire culturelle, et sur la façon dont la série relit l’histoire et la littérature de l’Antiquité et du Moyen Âge.

Parmi les nombreux points mis en avant, nous avons plusieurs fois souligné que Kaamelott propose, au fil de ses six saisons, un jeu complexe autour de l’identité. Jeu annoncé par le titre même, qui réécrit le Camelot arthurien en redoublant voyelles et consonnes.

Ce jeu sur l’identité est porté par plusieurs personnages. Arthur (Alexandre Astier), figure centrale et fil conducteur de toute la série télévisée, apparaît au cœur de ces problématiques. Le souverain se caractérise en effet par une identité double, maintenue dans un entre-deux perpétuel.

Breton ou romain?

Arthur paraît moins breton que le brun Léodagan et moins romain que le blond Macrinus. Par son statut double, Romain de cœur et Breton de fait, le roi établit la transition entre le pouvoir de l’Empire romain et l’indépendance agitée des peuples du Royaume de Logres. Les historiens sont en terrain familier, tant cet entre-deux identitaire évoque la romanisation, lente et graduelle, des peuples barbares qui s’installent peu à peu en Occident à partir du IIIᵉ siècle apr. J.-C.

«Mais je ne suis pas romain, merde !»
Arthur, livre II, épisode 62, «Le Secret d’Arthur»

Le livre VI éclaire l’histoire du personnage, qui se tourne vers l’avenir lorsqu’il ne peut plus se réfugier dans la douceur du passé: le jeune Arturus suit un apprentissage amoureux de l’histoire de Rome auprès d’Aconia, avant de se voir privé de cet écrin intellectuel et protecteur lors de son arrivée en Bretagne.

Du soleil de Rome à la neige de Bretagne: la trajectoire d’Arthur reprend la façon dont les hommes, à partir de la Renaissance, ont pensé leur propre histoire, selon un mouvement qui ferait passer des lumières de Rome à l’obscurité du Moyen Âge.

Plus encore que comme représentation d’une période peu connue de l’histoire, Kaamelott se présente dès lors comme un voyage dans le temps, ou plutôt des voyages dans le temps, incarnés par les trajectoires des personnages: alors qu’Arthur renonce à son identité romaine – en désertant la légion et en perdant sa première épouse–, Macrinus fait le parcours inverse, retournant vers le soleil de Macédoine, écho d’Alexandre et annonce de la future gloire de Byzance.

Cette identité mouvante d’un Arthur bicéphale lui permet d’éviter les extrêmes: dans tous les domaines de sa vie –politique, personnelle et même alimentaire–, il est «Sire Arthur le Juste», une figure modérée et modératrice. Mais cette identité ne se vit pas aisément: Arthur, partagé entre Rome et la Bretagne, l’Antiquité et le Moyen Âge, est également déchiré entre ses idéaux d’un pouvoir moderne, qui pourrait interdire l’esclavage, la peine de mort et la torture, et la réalité des conditions médiévales. «Ce n’est pas mon boulot de leur raconter des conneries» déclare-t-il ainsi lorsque ses conseillers lui enjoignent de manipuler le peuple: beau témoignage d’un dirigeant qui préférerait mener que gouverner, éduquer que régner, au point finalement de renoncer à son titre royal.

«Arrêtez de m’appeler Sire !»
Arthur, livre V, plusieurs fois

Identités contraires

Ce jeu des identités contraires, à la fois culturelles, historiques et politiques, se retrouve dans d’autres figures. Perceval est ainsi à la fois un antihéros épique et une véritable figure burlesque et poétique. Enfant trouvé, comme dans de nombreux romans arthuriens médiévaux, ou extraterrestre, il vient d’ailleurs, ignore sa propre identité –il n’a pas été adoubé, et se trompe sur son propre nom. Mais il est du coup le plus fidèle à l’esprit médiéval, pour lequel le nom importe dans sa résonance plus que pour sa précision linguistique: en détournant des expressions, en se trompant sans cesse sur le sens des termes techniques, Perceval est au cœur de cette langue médiévale mouvante.

Jusqu’à retrouver, probablement inconsciemment, de beaux échos médiévaux: si Perceval et Karadoc ramènent une anguille au lieu d’un serpent géant, n’est-ce pas parce que les deux termes se disent de la même manière en ancien français, serpente?

S’il confond dans un même évènement les pyramides, Noé et les marchands du Temple, n’est-ce pas parce que l’historicité médiévale elle-même fusionne toutes les strates de l’histoire antique dans un même temps biblique à la fois mythique et historique? Provoquant l’agacement, voire la colère de son entourage, Perceval est également le personnage le plus touchant. Il est ainsi le seul à faire de l’amour qu’il voue à Arthur le but ultime de la quête:

«Mais moi […], le Graal, rien à péter ! Moi c’est Arthur qui compte.»
Perceval, livre IV, épisode 66

S’il touche autant, c’est également parce qu’il est lucide sur son propre statut: «Vous savez bien qu’on est des cons, nous», rappelle-t-il à Arthur (livre V, épisode 8). Perceval, philosophe naïf, amuseur public, troubadour malgré lui, joue dans la série un rôle de prophète accidentel, dont le silence est tout aussi éloquent que les diatribes.

Ce questionnement porté sur l’identité et le rôle de chacun à la cour arthurienne fait écho à l’identité même de la série, tantôt courte et humoristique, tantôt longue et tragique.

Une série mutante

Avec ses bandes dessinées et son incursion imminente sur grand écran, Kaamelott est une œuvre transmédiatique à l’identité mouvante, rendant vaine toute catégorisation traditionnelle. Ses choix de formats illustrent ainsi parfaitement l’impossible quête du Graal mise en scène tout au long de la série. Comment trouver quelque chose dont on ignore tout, jusqu’à la forme? Est-ce un vase, une corne d’abondance, un récipient, une pierre incandescente, un bocal à anchois?

Face à l’impossibilité de définir une identité précise et immuable, l’intérêt ne réside pas dans l’aboutissement mais la quête elle-même.

Qu’importe que le Graal ne soit qu’un bocal à anchois, ou que la couronne ancienne du livre V, qui s’échange tout au long de la saison, se révèle n’être qu’une jatte: ce qui compte n’est pas tant ce que c’est, mais ce que l’on décide d’en faire. «Qu’est-ce que c’est, le Graal? Vous savez pas, vraiment. Et moi non plus», explique Arthur aux chevaliers de la Table ronde, avant d’enchaîner: «Le Graal, c’est notre union. Le Graal, c’est notre grandeur» (livre I, épisode 100).

Les chevaliers n’ont pas besoin de savoir ce qu’ils cherchent, seule compte la quête, la tension, la volonté de construire, en commun, dans l’égalité idéale de la Table ronde, un avenir partagé. Les dernières images de la série sont éclairantes.

Lancelot choisit de faire brûler la Table ronde pour mieux faire table rase du passé, mais Arthur, revenu à Rome, redécouvre en un flash éblouissant le souvenir refoulé de son enfance, promesse de son avenir héroïque à reconquérir. Ainsi interprétée, Kaamelott délivre alors un formidable message d’espoir, optimiste et humaniste, en soulignant que les identités sont fluides, en perpétuelle recomposition, au gré des évolutions historiques, des engagements politiques et des choix individuels.

 

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

 

The Conversation

Florian Besson
Florian Besson (32 articles)
Justine Breton
Justine Breton (1 article)
Docteure en littérature médiévale et comparée
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte