Tech & internet

Un robot chargé de la sécurité dans la Silicon Valley passé à tabac

Temps de lecture : 2 min

L'homme ivre a été arrêté.

Un robot en forme d’œuf, le robot «Knightscope» ou K5, est employé dans la Silicon Valley pour effectuer des patrouilles aux abords des bureaux et des centres commerciaux. Le robot est capable de lire 300 plaques d’immatriculation par minute. En cas d’anomalie repérée sur le parking grâce à une caméra qui filme à 360 degrés, il alerte les agents de sécurité.

Alors qu'il était posté dans un parking près du siège de la société qui le commercialise à Mountain View, un homme de 41 ans saoul s’en est pris au robot et l’a renversé. Selon le site CNet, qui a joint le vice-président du fabricant du robot, ce dernier a réagi en actionnant son alarme et en envoyant un message d'alerte. L'assaillant a été retenu jusqu'à l'arrivée de la police et arrêté pour ivresse sous la voie publique.

Bien que non violent et non armé, le robot K5 qui pèse tout de même 136 kilos, avait en 2016 renversé un enfant de seize mois dans un centre commercial Stanford à Palo Alto, tout près du quartier général de Facebook. Le K5 avait également écrasé son pied droit avant de poursuivre sa route, mais les blessures étaient sans gravité.

Newsletters

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

En août 1968, l'ingénieure en informatique Lynn Conway était virée en dépit de son travail prometteur et reconnu.

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Avec la généralisation du télétravail, on oublie encore un peu plus à quoi ressemblaient nos métiers avant internet.

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

L'entreprise s'est beaucoup améliorée pour empêcher la haine de se manifester. Mais les modérateurs sont mécontents d'être poussés à retourner au bureau.

Newsletters