France

La démocratie ne consiste pas à laisser les autres faire le sale boulot

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 27.04.2017 à 13 h 03

Si vous pensez qu'un candidat ferait un meilleur président que l'autre, votez pour lui.

LIONEL BONAVENTURE / AFP.

LIONEL BONAVENTURE / AFP.

Face au choix qui nous est offert le 7 mai, vous avez trois options. Vous pensez qu'Emmanuel Macron ou Marine Le Pen fera un meilleur président de la République que son adversaire: vous votez donc pour lui ou elle. Vous pensez que Marine Le Pen et Emmanuel Macron se valent, sont tous les deux également indignes de la fonction, sont «bonnet blanc et blanc bonnet»: vous vous abstenez ou vous votez blanc ou nul.

La troisième option, on la voit en ce moment sur pas mal de murs Facebook: c'est celle qu'esquissent ceux qui voudraient s'abstenir d'exprimer un choix dans dix jours, mais chez qui on sent, en filigrane, qu'ils aimeraient bien que le reste du pays, quand même, fasse le travail à leur place en faveur d'Emmanuel Macron. Parce que vous comprenez, c'est trop bête, à deux points près, c'est Jean-Luc Mélenchon qui serait face au candidat «En Marche». Parce que les sondages ont faussé le premier tour. Parce qu'il faut attendre le résultat de la consultation insoumise. Parce que, de gauche ou de droite, on n'a pas eu Hollande pour passer le témoin à son ministre de l'Économie. Parce qu'il a trahi le PS. Parce qu'il est allé manger des asperges à la Rotonde. Parce qu'En Marche, paraît-il, est une coquille vide. Parce qu'on a déjà donné avec les 82% de Chirac, et que son deuxième quinquennat se serait bien mieux passé si Jean-Marie Le Pen avait fini à 38% plutôt que 18%, non? Parce que le terrain de la présidentielle était trop lourd et que les sangliers ont mangé des cochonneries. Parce que Macron président, c'est le FN à 30% au premier tour dans cinq ans, donc pourquoi pas le mettre à 47% tout de suite, avec la dynamique pour obtenir quelques dizaines de députés et un veto parlementaire derrière?

Mais pas plus de 47%, hein: il ne s'agirait pas d'installer finalement au pouvoir un parti qui, malgré toute la dédiabolisation du monde, est encore capable –on ne va prendre que le dernier exemple en date– d'installer à sa présidence par intérim Jean-François Jalkh, un partisan de la préférence nationale mis en examen dans des affaires de financement illégal de campagne et qui jugeait, en 2000, «impossible d'utiliser du Zyklon B dans des exterminations de masse».

Au premier tour, il est compréhensible de voter de manière stratégique, en raisonnant en fonction des choix des autres électeurs. Il peut être cohérent de voter pour son «second choix» quand, comme cette année, six seconds tours sont possibles, qu'on se dit que son second tour favori est très peu probable et qu'il vaut mieux éviter le scénario catastrophe... (Combien d'électeurs de gauche qui penchaient vers Mélenchon et Hamon sont ainsi allés voter Macron avec en tête un duel Fillon-Le Pen?). Au second tour, il n'y a que deux résultats et deux vainqueurs possibles, et plus de stratégie qui tienne. Et s'il est intellectuellement malhonnête de dire qu'une abstention ou un vote blanc le 7 mai est un vote Le Pen, il n'en reste pas moins que cela représente pour elle un vote de moins à compenser pour atteindre les 50% des voix.

Marre du chantage au front républicain, me direz-vous? Ce chantage vaudra tant que l'électorat français, dans sa majorité, verra dans le FN un danger pour les institutions républicaines. Et pour y échapper, il y avait une solution assez simple: réussir à propulser en tête du premier tour un autre candidat. Si Jean-Luc Mélenchon ou Benoît Hamon était arrivé dans les deux premiers avec Marine Le Pen, ne serions-nous pas en train de dresser, vengeurs, la liste de ceux bien plus nombreux qui, à droite, pencheraient pour le ni-ni?

Lundi, un journaliste américain me demandait en quoi le système électoral français permettait davantage aux électeurs de s'exprimer que la version américaine. Je lui ai répondu qu'il s'agissait d'une forme très pure de système «un électeur, une voix»: électeur lepéniste d'un quartier bobo de Paris ou électeur communiste de Neuilly, votre voix pèse le même poids que les autres, a la même probabilité d'être la voix qui fera la différence que toutes les autres –c'est bien plus que ne peut dire, avec ce drôle de système qu'est le collège électoral, un électeur républicain du Vermont ou un électeur démocrate du Kansas...

Chacun de nous peut, et doit, s'imaginer dans la peau du personnage interprété par Kevin Costner dans le film Swing Vote qui, à la suite d'une erreur technique qui a empêché la prise en compte de son vote, se retrouve détenteur du bulletin qui peut faire basculer le destin de son pays d'un côté ou de l'autre. Si les listes électorales françaises ne comptaient qu'un inscrit, moi, et que de mon bulletin Macron ou Le Pen dépendait le nom du futur occupant de l'Élysée, quel serait mon choix? Loin des interminables débats (plus ou moins) intérieurs auxquelles on assiste depuis trois jours, c'est le choix le plus facile que nous puissions imaginer –et il est ironique de voir certains, après s'être plaints que les sondages faisaient peser un poids collectif sur nos convictions, les utiliser aujourd'hui dans le sens inverse («Hors de question que je vote Macron, sauf si Le Pen est à 47% trois jours avant!»).

On peut voter par procuration, mais on ne doit pas voter par délégation, en comptant sur ses voisins, ses amis, ses collègues, ses concitoyens, pour faire le sale boulot. En économie et en sociologie, on parle d'un comportement de «passager clandestin» pour désigner ceux qui profitent des conséquences d'un effort ou d'un investissement collectif sans prendre leur part du coût. Ceux qui, en conscience, savent que l'élection de Macron est préférable à celle de Le Pen mais jugent indigne de devoir se «salir les mains», ou veulent pouvoir lancer fièrement «Je vous l'avais bien dit» aux premiers échecs, leur bulletin blanc en bandoulière, sont des passagers clandestins. Le second tour d'une présidentielle n'est pas la connexion wifi du voisin dont on veut pouvoir profiter sans payer l'abonnement.

Ce texte est paru dans notre newsletter hebdomadaire consacrée à la crise de la démocratie. Pour vous abonner, c'est ici. Pour la lire en entier: 

 

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (918 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte