France

La peur de la France qui brunche

Louise Tourret, mis à jour le 28.04.2017 à 15 h 40

Si elle est souvent décrite comme l’apanage des électeurs du Front National, la peur préside aussi aux votes plus modérés. Elle était aussi, le 23 avril, du côté des classes plus favorisées, celles qui se déplacent en uber et brunchent le dimanche.

«Le Brunch», Par P.Guayacan  via Flickr License CC

«Le Brunch», Par P.Guayacan via Flickr License CC

Dimanche, au soir du premier tour, Emmanuel Macron récoltait 8,5 millions de voix et les semaines qui avaient précédé n’avaient cessé de renforcer son socle, de solidifier son électorat –tandis que Benoît Hamon sombrait lentement. N’est-ce pas la peur –du FN face à l’échec du PS, ou de la transformation induite par une candidature de Jean-Luc Mélenchon– qui l’a emporté?

Si elle est souvent décrite comme l’apanage des électeurs du Front national (la peur des immigrés, la peur de la mondialisation, la peur de la «disruption» économique), la peur préside aussi aux votes plus modérés. Elle était aussi, le 23 avril, du côté des classes plus favorisées, celles qui se déplacent en uber et brunchent le dimanche.

Vote utile ou de peur

Les études préélectorales annonçaient bien que c’était elle qui pousserait, dès le premier tour, un certain nombre d’électeurs dans les bras de Macron. Une enquête du Cevipof montre que la moitié des électeurs de Macron affirmaient à la veille du premier tour qu’ils voteraient pour lui non par adhésion mais car c’était celui qui avait le plus de chances de l’emporter. Beaucoup des soutiens du candidat d’En Marche! ont aussi affirmé le soutenir par peur: l'ancien député européen écologiste Daniel Cohn-Bendit, par exemple, qui expliquait que Macron était le mieux placé pour battre la présidente du Front national.

Ce vote de peur –peur du FN ou peur d’un éventuel chambardement par la France insoumise est aussi ce que l’on appelle parfois le vote utile. Les Échos notaient ainsi au lendemain du premier tour

«Si Emmanuel Macron a réussi à capter suffisamment de voix pour se qualifier, c'est davantage grâce au "vote utile" que par un "vote de coeur". Sur l'ensemble des électeurs, 27% ont opté pour un "vote utile". Ils sont 45% dans l'électorat d'Emmanuel Macron. À l'inverse, ils ne sont donc que 54% à avoir adhéré au candidat d'En marche par conviction. “Il est apparu comme le recours pour éviter un second tour entre François Fillon et Marine Le Pen. C'est un choix par défaut, analyse Bruno Jeanbart. Il a récupéré les électeurs de droite qui ne voulaient pas de Fillon et ceux de gauche qui n'ont jamais cru à une victoire de Hamon ou de Mélenchon".»

Le mythe des «émotions populaires»

Au téléphone, le politologue Frédéric Sawicki m’explique:

«Au XVIIIe siècle, on parlait d’émotions populaires pour parler des révoltes contre le pouvoir. Le peuple était perçu comme barbare ou infantile, guidé par ses passions par les élites de l’époque. Idem au XIXe siècle. À la bourgeoisie, la raison, la mesure et le “bon sens”. Ce genre d’interprétation est très problématique: des gens seraient raisonnables quand d’autres, impulsifs feraient n’importe quoi. Or, dire cela revient à enlever aux gens, à des catégories de gens, des raisons objectives de voter comme ils votent. Pourquoi s’interdire de penser que des gens exclus (socialement, par leur quartier, leurs origines) ne seraient pas fondés, du fait de leur expérience à penser que la droite et la gauche c’est pareil? Et on enlève aussi aux gens la capacité d’avoir une distance avec leur candidat. L’adhésion totale et la distance sont partagés par tous les groupes politiques de toutes les catégories sociales.»

Pour Frédéric Sawicki, c'est cette peur générale qui explique la forte participation à la présidentielle:

«Cette histoire de vote utile est intéressante car elle a dirigé le vote de beaucoup d’électeurs, mais pas seulement pour Macron! L’abstention est le premier vote des ouvriers, qui sont parfois plus lucides et désabusés quant à ce que la politique peut pour eux.»

Scrutin après scrutin on assiste à une profusion, une inflation psychologisante: la colère, la peur, l’angoisse etc. La France du Canal Saint-Martin –ou de SoPi– est tout aussi prise dans les affects.

©Alexandre Léchenet pour Slate.fr

Choisir l'absence de risques

Regardons le Xe arrondissement de Paris par exemple. Nous nous référions en 2015 à la base de données de recensement de 2012 de l'Insee pour expliquer que le milieu le mieux représenté dans cet arrondissement y est celui des cadres et professions intellectuelles supérieures, avec plus de 25.000 individus (devant les professions intermédiaires avec 13.220 personnes). Une tendance plus prononcée encore dans le XIarrondissement, où cadres et professions intellectuelles supérieures dépassent les 42.000 actifs, dominant largement le quartier (les «professions intermédiaires» ne représentent que 23.000 personnes).

Benoît Hamon, lors de la primaire, avait justement séduit cet électorat jeune, urbain, éduqué. «Les diplômés fragilisés par la crise, précarisés, ont voté Hamon et rejeté ce qui fait le dénominateur commun des politiques économiques menées depuis 2008», notait alors le chercheur Gaël Brustier.

Ces Xe et XIe arrondissements de Paris, théoriquement acquis à Benoît Hamon, ont pourtant mis Emmanuel Macron en tête: En marche! a récolté  37.71 % des votes dans le Xe, et 38,8% dans le XIe.

Et de fait, les statistiques sont éloquentes: l’électorat qui a voté Macron est composé à 33% de cadres (contre 19% pour Mélenchon et 6,2% pour Hamon); les professions intermédiaires ont voté à 26% pour Macron (9% pour Hamon, 22% pour Mélenchon). Alors que les idées et le programme de Benoît Hamon sont (hors politique étrangère) plus proches de celui de Jean-Luc Mélenchon que de Macron, les diplômés, qui avaient voté pour lui à la primaire, quand ils ont fait un autre choix au premier tour de la présidentielle, ont plus souvent choisi Macron (qui recueille 30% du vote des plus diplômés devant François Fillon (24%) et Jean-Luc Mélenchon (20%)).

De Macron, Jean-Marie Colombani expliquait justement sur Slate:

«Il s’appuie sur le socle existant (y compris donc une part du bilan de François Hollande) et il propose d’améliorer, de fluidifier, de faciliter, etc. Avec lui, on change (surtout les têtes) mais on ne prend pas de risques.»

Le «risque» Mélenchon

Pour un électorat plutôt favorisé, inséré, à qui la mondialisation ne nuit pas, Mélenchon pouvait au contraire représenter un «nouveau risque français» comme l’avait titré Les Echos à 12 jours de l’élection. Le quotidien économique expliquait alors que la montée en puissance du candidat de la France Insoumise inquiétait les investisseurs:

«“Même si cette progression ne remet pas en cause l'idée d'un second tour entre Le Pen et Macron, la vitesse de la hausse de Mélenchon dans les sondages pourrait mettre la pression sur la dette française”, explique-t-on à la Société Générale. “Il existe encore un fossé entre lui et les deux principaux candidats, approuve-t-on à la Deutsche Bank, mais il est important de regarder si ce moment positif pour Mélenchon se poursuit et si l'écart se rétrécit encore.” Avec le risque que se dessine alors ce qui serait le scénario noir pour les investisseurs: une confrontation au second tour entre deux candidats épouvantails, Le Pen et Mélenchon. “Un scénario qui ne relève pas de la fantaisie”, avertit Aurel BGC.»

Ce n'est pourtant pas le scénario qui l'a emporté, puisque Marine Le Pen fait face à Emmanuel Macron pour ce second tour. Et elle n'effraie manifestement pas tout le monde –en tous cas pas assez Mélenchon, pour qu'il se permette de ne pas appeler à la contrer dès son discours du 23 avril. Probablement pas assez une partie de son électorat, qui s'époumone sur les réseaux sociaux pour renvoyer Macron et Le Pen dos à dos. Et si une légère majorité entend se reporter sur Macron (53%), 31% des électeurs de La France insoumise sont encore indécis pour le deuxième tour. La peur d'une France raciste, islamophobe, xénophobe, dévastée économiquement par une sortie de l'euro, pourra peut-être les faire basculer? Si l’adage veut que la peur n’évite pas le danger, il reste sain parfois de la ressentir, pour se souvenir qu'il doit être tenu à distance.

Louise Tourret
Louise Tourret (167 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte