Culture

Mimi Mollica: La mafia et moi

Temps de lecture : 2 min

Le photographe Mimi Mollica publie cette semaine ses photos dans Burn, magazine en ligne pour photographes émergents: sa série s'intitule «Terra Nostra». Retourné maintes et maintes fois en Sicile, sa terre natale, il raconte en images l'impact du crime organisé.

Il est loin d'être le premier à photographier la mafia, devenue un sujet éculé de photojournalisme. Elle est même devenue un objet de communication depuis qu'Oliviero Toscani, photographe et publicitaire, a utilisé l'une des photos de Letizia Battaglia, photo de scènes de crime de la mafia à Palerme, en 1976, pour une campagne des années 90. Difficile après ça de reprendre le crime organisé en photo. Et difficile de travailler dans l'ombre de Battaglia et de ses près de 600.000 images.

Mollica a pourtant réussi, révolutionnant la photo de la mafia, selon le Guardian, montrant que les photos du crime organisé n'ont pas besoin d'être sanglantes pour être réussies. Mollica regarde les choses de côté, en biais, plus mesuré, plus elliptique que Battaglia. Il y a aussi de l'humour dans ces postures parfois caricaturales, dans les armes qui dépassent des poches, dans les visages affables.

[Lire l'article complet sur le Guardian]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Photo de Mollica, près d'un abribus vandalisé, Palerme.

Slate.fr

Newsletters

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

Des voies aussi différentes qu'également originales pour explorer et donner à comprendre la réalité.

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

Newsletters