Culture

Mimi Mollica: La mafia et moi

Temps de lecture : 2 min

Le photographe Mimi Mollica publie cette semaine ses photos dans Burn, magazine en ligne pour photographes émergents: sa série s'intitule «Terra Nostra». Retourné maintes et maintes fois en Sicile, sa terre natale, il raconte en images l'impact du crime organisé.

Il est loin d'être le premier à photographier la mafia, devenue un sujet éculé de photojournalisme. Elle est même devenue un objet de communication depuis qu'Oliviero Toscani, photographe et publicitaire, a utilisé l'une des photos de Letizia Battaglia, photo de scènes de crime de la mafia à Palerme, en 1976, pour une campagne des années 90. Difficile après ça de reprendre le crime organisé en photo. Et difficile de travailler dans l'ombre de Battaglia et de ses près de 600.000 images.

Mollica a pourtant réussi, révolutionnant la photo de la mafia, selon le Guardian, montrant que les photos du crime organisé n'ont pas besoin d'être sanglantes pour être réussies. Mollica regarde les choses de côté, en biais, plus mesuré, plus elliptique que Battaglia. Il y a aussi de l'humour dans ces postures parfois caricaturales, dans les armes qui dépassent des poches, dans les visages affables.

[Lire l'article complet sur le Guardian]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Image de Une: Photo de Mollica, près d'un abribus vandalisé, Palerme.

Newsletters

Le français envahi par l'anglais? C'est nous qui avons commencé

Le français envahi par l'anglais? C'est nous qui avons commencé

L'Académie française s'insurge régulièrement face à la prétendue omniprésence de l'anglais dans notre langue. Il est bon de rappeler tout ce que l'anglais doit au français.

«Harry Potter» est-elle une saga sexiste?

«Harry Potter» est-elle une saga sexiste?

Depuis leur publication, les livres de J. K. Rowling font partie des lectures préférées des enfants. Mais ils semblent davantage renforcer les stéréotypes de genre que les renverser.

«Irradiés», terrible et tendre incantation fatale

«Irradiés», terrible et tendre incantation fatale

Avec son dispositif visuel inhabituel, le film de Rithy Panh met en scène de manière bouleversante des visions des massacres du XX​e siècle comme questionnement inquiet d'une pulsion de mort de l'espèce humaine tout entière.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio