France

«J'avais rencontré au Bataclan le policier assassiné»

Repéré par Jean-Marie Pottier, mis à jour le 23.04.2017 à 14 h 05

Repéré sur BBC News

Le journaliste de la BBC Nick Garnett raconte comment il avait fait la connaissance, lors du concert de réouverture de la salle parisienne, de Xavier Jugelé, le policier tué sur les Champs-Élysées le 20 avril.

Une photo non datée de Xavier Jugelé, tué le 20 avril 2017 sur les Champs-Élysées. FAMILY HANDOUT / AFP.

Une photo non datée de Xavier Jugelé, tué le 20 avril 2017 sur les Champs-Élysées. FAMILY HANDOUT / AFP.

«J'ai vu le visage de Xavier Jugelé sur le site de la BBC. Je l'ai reconnu, mais je n'arrivais pas à me souvenir d'où je le connaissais. J'ai lu son nom, et tout s'est éclairé. Le Bataclan.»

Sous le titre «J'avais rencontré au Bataclan le policier assassiné», le journaliste de la BBC Nick Garnett raconte comment, en novembre 2016, sa route a croisé celle de Xavier Jugelé, le policier de 37 ans abattu lors d'une attaque terroriste sur les Champs-Élysées le 20 avril 2017. C'était à l'occasion de la réouverture du Bataclan, où 90 personnes étaient mortes lors des attaques du 13 novembre 2015, durant lesquelles le policier avait été appelé sur place durant la nuit pour participer à la protection de l'extérieur de la salle. Un an plus tard, Sting jouait là-bas et Nick Barnett cherchait des témoins, de préférence anglophones, pour lui faire part de leurs impressions. Xavier Jugelé lui a répété trois fois son nom, et trois fois le journaliste à échoué à le comprendre, au point que l'interviewé a fini par l'écrire: «C'était une salle de concert bruyante. Nous avons ri.»

La BBC a remis en ligne l'enregistrement du témoignage de l'époque du policier:

«Je suis venu ici plein de fois car nous y avions des soirées gay et beaucoup de concerts. C'est pour ça que je suis là avec mon ami pour célébrer la vie et dire non au terrorisme. [...] J'aime Sting bien sûr, je n'ai rien contre lui, c'est un grand artiste, mais l'important est d'être là, quel que soit le groupe.»

Xavier Jugelé avait également été interviewé par le magazine américain People, à qui il expliquait:

«Je suis heureux d'être là, content de voir le Bataclan rouvrir. C'est symbolique. Ce soir, nous sommes-là en tant que témoins, là pour défendre nos valeurs civiques. Le but de ce concert est de célébrer la vie, de dire non aux terroristes. Cela ne paraît pas bizarre, cela paraît important. Symbolique.»

Comme l'expliquait vendredi Libération, Xavier Jugelé est le sixième membre des forces de l'ordre victime d'un attentat sur le territoire français depuis janvier 2015, après Franck Brinsolaro, le garde du corps de Charb, Ahmed Merabet, assassiné par les frères Kouachi à la sortie de Charlie-Hebdo, Clarissa Jean-Philippe, la policière tuée porte de Montrouge, et Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, les policiers assassinés à Magnanville en juin 2016.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte